La tradition veut que le GP d'Italie à Monza donne le coup d'envoi du mercato de la F1. A la veille de cette course que toute l'Italie attend, quel état des lieux peut-on dresser ? Commençons par les certitudes : Nick Heidfeld et Robert Kubica défendront encore le pavillon de BMW, idem pour Jenson Button et Rubens Barrichello chez Honda et le duo Kimi RaikkonenFelipe Massa côté Ferrari. Toro Rosso affiche aussi complet après les arrivées de Sébastien Vettel et Sébastien Bourdais tandis que Red Bull maintient sa confiance en David C...

La tradition veut que le GP d'Italie à Monza donne le coup d'envoi du mercato de la F1. A la veille de cette course que toute l'Italie attend, quel état des lieux peut-on dresser ? Commençons par les certitudes : Nick Heidfeld et Robert Kubica défendront encore le pavillon de BMW, idem pour Jenson Button et Rubens Barrichello chez Honda et le duo Kimi RaikkonenFelipe Massa côté Ferrari. Toro Rosso affiche aussi complet après les arrivées de Sébastien Vettel et Sébastien Bourdais tandis que Red Bull maintient sa confiance en David Coulthard et Mark Webber. Certaines écuries n'ont dévoilé que la moitié de leurs effectifs. Ainsi Toyota conserve Jarno Trulli mais n'a pas encore désigné son équipier ; Ralf Schumacher s'est réveillé lors des derniers GP mais pour conserver sa place, il devra accepter une grosse réduction de salaire. Et puis on dit le constructeur japonais intéressé par Nico Rosberg, lequel affirme pourtant qu'il prolongera chez Williams-Toyota où la situation d' Alexander Wurz n'est pas claire malgré quelques bons résultats. Il reste les cas Super Aguri où Takuma Sato semble incontournable grâce à l'appui de Honda, Spyker dont les dirigeants ont d'autres chats (financiers) à fouetter et bien entendu Renault et McLaren où Fernando Alonso détient la clé de l'énigme : l'Espagnol honorera probablement son contrat chez les gris aux côtés de Lewis Hamilton mais s'il choisissait de partir, le team français en referait volontiers son chef de file avec Heikki Kovalainen comme n°2. Et tant pis alors pour Giancarlo Fisichella, qui a de toute façon intérêt à se secouer lors des ultimes courses s'il veut éviter d'être sacrifié au profit de Nelson Piquet jr. Voilà où l'on en est, en théorie du moins car la planète F1 raffole des coups de théâtre...MARCUS GRÖNHOLM a remporté le rallye de Nouvelle-Zélande avec... 3 dixièmes de seconde d'avance sur Sébastien Loeb et creuse à nouveau l'écart au championnat du monde. Le Belge Stéphane Prévot a fini en 4e position aux côtés de l'Australien Chris Atkinson. FRANçOIS DUVAL est assuré de disputer le rallye de Catalogne sur une Citroën Xsara et les discussions sont encourageantes à propos du Tour de Corse. JAN HEYLEN a terminé à une remarquable deuxième place la course de Champ Car disputée à Assen et gagnée par l'Anglais Justin Wilson. HEIKKI KOVALAINEN : le pilote Renault de F1 va disputer le marathon de New York. ALEX ZANARDI a été sévèrement puni par les commissaires sportifs du WTCC pour avoir été impliqué dans plusieurs accrochages et il sera rétrogradé de 10 places sur la grille de départ des quatre prochaines courses. FREDERIC VERVISCH (4e puis 5e) et Nico Verdonck (3e et 4e) n'ont pu profiter des courses d'Assen pour réduire l'écart sur le Hollandais Carlo Van Dam, net leader du championnat d'Allemagne de F3 avec 124 pts contre 93 à Vervisch. RALLYE DE NOUVELLE-ZELANDE : 1. Grönholm-Rautiainen (Ford) ; 2. Loeb-Elena (Citroën) à 3/10e de sec ; 3. Hirvonen-Lehtinen (Ford) ; 4. Atkinson-Prévot (Subaru) ; 5. Latvala-Anttila (Ford) ; 6. Sordo-Marti (Citroën) ; 7. Solberg-Mills (Subaru) ; 8. Aava-Sikk (Mitsubishi) ; etc. Championnat du monde pilotes : 1. Grönholm 90 pts ; 2. Loeb 80 ; 3. Hirvonen 69 ; 4. P. Solberg et Sordo 31 ; 6. H. Solberg 28 ; 7. Atkinson 25... 13. Duval 8 ; etc. Constructeurs : 1. Ford 159 pts ; 2. Citroën 113 ; 3. Subaru 60 ; 4. Ford-Stobart 55 ; 5. Kronos-Citroën 35. PAR eric faure