La valeur sportive d'un club est pour ainsi dire toujours proportionnelle à son budget annuel de fonctionnement. Ceux qui présentent les chiffres les plus élevés comme le Real Madrid (438,6 millions d'euros), FC Barcelone (398,1) ou Manchester United sont également le plus souvent à la fête sur le terrain. Avec son enveloppe financière de + ou - 40 millions d'euros, Anderlecht, premier de classe en Belgique, est à distance très respectable de ce trio. Classé aux alentours du 150e rang il y a trois ans, il est plus proche de la 200e place aujourd'hui. Au petit jeu des comparais...

La valeur sportive d'un club est pour ainsi dire toujours proportionnelle à son budget annuel de fonctionnement. Ceux qui présentent les chiffres les plus élevés comme le Real Madrid (438,6 millions d'euros), FC Barcelone (398,1) ou Manchester United sont également le plus souvent à la fête sur le terrain. Avec son enveloppe financière de + ou - 40 millions d'euros, Anderlecht, premier de classe en Belgique, est à distance très respectable de ce trio. Classé aux alentours du 150e rang il y a trois ans, il est plus proche de la 200e place aujourd'hui. Au petit jeu des comparaisons, on notera qu'il se situe à la même hauteur que Nancy ou Sochaux en France, Feyenoord aux Pays-Bas ou Benfica au Portugal. Dans ces conditions, il n'y a pas de honte, bien sûr, à être privé de la phase des groupes de la Ligue des Champions par Lyon, comme ce fut le cas en 2009. Avec ses 150 millions, l'OL ne joue pas dans la même catégorie. En revanche, il est permis de se poser des questions en ce qui concerne les évictions des Mauves, lors du même 3e tour préliminaire, face à BATE Borisov en 2008 et contre le Partizan Belgrade au départ de cette saison. Car les Biélorusses ne disposaient alors que de 3 millions tandis que les Serbes, eux, en avaient une petite dizaine à peine. D'autres petits poucets ont encore fait mieux que le RSCA cette saison. En Ligue des Champions, on pouvait relever la présence des Néerlandais du FC Twente, toujours en lice en Europa League aujourd'hui avec leurs 35 millions d'euros. Les Israéliens d'Hapoel Tel-Aviv n'en sont pas à leur coup d'essai non plus au plus haut niveau. Pourtant, ils doivent se débrouiller avec 12 millions, autant que les Turcs de Bursaspor ou les Slovaques de Zilina. Les Suisses du FC Bâle, autres habitués des rendez-vous continentaux, avaient 30 millions en caisse, soit autant que les Roumains de Cluj. La palme de cette compétition 2010-11, revient toutefois aux Danois du FC Copenhague qui, riches de 9 millions d'euros, ont réussi à s'extirper d'une poule avec le FC Barcelone, Rubin Kazan et Panathinaïkos, avant de succomber en huitièmes de finale face à Chelsea ! En Europa League, on note la présence aussi, au même stade des huitièmes de finale, de quelques clubs avec des budgets + ou - équivalents à celui des Mauves. Outre les Benfiquistes, il y a là leurs compatriotes du FC Porto (40 millions), l'Ajax Amsterdam et le PSV Eindhoven (45 millions) ainsi que les Glasgow Rangers (47 millions). L'exploit, dans cette C2, est à mettre à l'actif des Portugais du FC Braga qui, avec leurs moyens limités (9 millions) sont parvenus à éliminer en seizièmes de finale le FC Liverpool (225,3 millions). Ces dernières années, Anderlecht a quand même bafoué à deux reprises la logique financière : en 2009-10 face à l'Athletic Bilbao (fort de ses 59,5 millions d'euros) de même que contre les Girondins Bordeaux (2008-09) avec leurs 80 millions d'euros.