Voici les classements joueurs/matches/ événements du meilleur et du pire de la décennie établis par la rédaction de Sport/Foot Magazine. Place bien sûr à la subjectivité... Car comment hiérarchiser " scientifiquement " deux rencontres qui nous ont émerveillés, ou inversement, estimer laquelle fut la plus catastrophique ? Alin Stoica ne fut évidemment pas le pire joueur de ces dix dernières années à avoir foulé nos terrains mais fut bien, pour la rédaction, la plus grosse déception.
...

Voici les classements joueurs/matches/ événements du meilleur et du pire de la décennie établis par la rédaction de Sport/Foot Magazine. Place bien sûr à la subjectivité... Car comment hiérarchiser " scientifiquement " deux rencontres qui nous ont émerveillés, ou inversement, estimer laquelle fut la plus catastrophique ? Alin Stoica ne fut évidemment pas le pire joueur de ces dix dernières années à avoir foulé nos terrains mais fut bien, pour la rédaction, la plus grosse déception. À vous, finalement, de constituer votre propre classement en rafraîchissant votre mémoire. Bonne année 2010 ! -Joueurs : tous ceux ayant disputé la Jupiler League + les Belges évoluant à l'étranger. -Evénements : tout ce qui a marqué la Belgique du foot... -Matches : toutes les rencontres qui auront impliqué un club belge + l'équipe nationale. Dernier Belge vainqueur du Footballeur Pro (2005), plus gros écart sur le deuxième lors d'un Soulier d'Or (2004), deux titres de champions avec Anderlecht, et une pluie de louanges : Vinnie est venu et a vaincu. Reste maintenant à conquérir les Iles après s'être heurté à la rigueur germanique... Anderlecht courrait depuis cinq ans après le titre. Pour y remédier, la direction dépose trois millions d'euros (record de l'époque) pour s'attirer un lange de 2,02m venu de Lokeren en 1999. L'opération est un succès : Sterke Jan offre deux titres aux Mauves (2000,2001) et renfloue les caisses de 12,5 millions d'euros lors de son départ pour Dortmund. Des coups de sang légendaires mais aussi une patte gauche géniale et une grinta (©P. Bilic) qui ont remis pour de bon le Standard sur la carte du football belge. Son Soulier d'Or 2005 mettait fin à 23 années de disette rouge depuis Eric Gerets. Seul joueur de la décennie à avoir été élu deux fois Footballeur Pro !, et pourtant le format de poche conserve son lot de sceptiques. Le foot n'est pas une science exacte. Malheureusement pour Bous car ses stats (buts+assists) sont uniques en Belgique... Arrivé un peu par hasard - le Dr. Popovic qui le soignait le proposa au Standard -, Jova a rapidement mis tout le monde d'accord. Ses slaloms géants sont devenus la hantise des reins des défenseurs de la Jupiler League. Mériterait le Soulier d'Or pour sa flamboyance. Dans les dernières heures du mercato 2008, le Standard palpe 18 millions d'euros pour la vente de son box-to-box à Everton. Montant record pour un joueur belge ! Arrivé en Premier League, Fellaini est devenu Big Mo et a adopté la coupe afro. Avec son compère, Jan Koller, Speedy Radzinski s'est beaucoup amusé au Sporting. Le duo d'attaque le plus complémentaire de la décennie a quitté Anderlecht main dans la main à l'été 2001. Le club s'en est longtemps mordu les doigts. Souvent critiqué en équipe nationale, Big Dan est une référence à l'étranger. Après avoir brillé à Marseille et être devenu capitaine d'Hambourg, il est aujourd'hui titulaire du mastodonte Bayern Munich. " Nul n'est prophète en son pays " prend ici tout son sens. De 2000 à 2005, les arabesques de l'Ivoirien ont égayé notre souvent tristounette Jupiler League. La suite est synonyme de malheurs : la perte de son enfant en 2006 et des ligaments brisés fin mai 2008 qui le plongent en L2 avec Lens. A seulement 21 ans, il est déjà une icône du Standard. Symbole des deux derniers titres, ce petit bonhomme surdoué techniquement et au caractère de feu manque aujourd'hui terriblement aux Rouches. 2010-2020 devrait lui conférer une carrure internationale. Le Roumain aurait dû être le premier du top vu son talent hors-normes. Après avoir quitté Anderlecht pour Bruges en 2002, sa carrière s'est éteinte petit à petit malgré un sursaut à Gand sous Georges Leekens. A 30 ans, il traîne aujourd'hui son attitude de diva à Vojvodina Novi Sad (Serbie). La précipitation, c'est rarement bon. Pour preuve. Acheté à la va-vite pour combler le vide Frutos à l'été 2008, l'" attaquant " russe a fait étalage de ce que le style lourdaud veut dire. La version améliorée - De Sutter - est heureusement arrivée en hiver. Un Australien venu de Norvège pour marquer des buts, ça sentait bon l'arnaque. De fait, arrivé en 2002 pour dynamiter l'attaque des Mauves, le grand Clayton nous l'a joué pétard mouillé. A sa décharge, une grave blessure mit fin à sa carrière. Un ex-du Real et du Barça qui débarque au Standard, on croit rêver. Malheureusement, le Croate avait comme directive de ne pas sortir du rond central durant la saison 2000-2001. Baseggio imita ce style quelques années plus tard... Si ce nom ne vous dit rien, c'est normal. Cet attaquant russe (décidément !) passé par le RWDM et Charleroi décapita quelques pigeons passés dans son champ de tir. Seuls les night-shop de la capitale le regrettent encore... Il débarque du Steaua Bucarest pour 2,5 millions d'euros en juin 2007. Six mois plus tard, les Mauves cèdent le transfert de l'été à Charleroi où il est censé se refaire une santé. Deux ans plus tard, l'attaquant va mieux mais est toujours convalescent. Champion avec Nantes, Espanyol, puis PSG avant une halte à La Louvière en 2000, on se dit que le train a déraillé quelque part. En effet, le " buteur " français avait depuis longtemps perdu son football. Tony Vairelles en sera sa version " flamande " (Lierse 2005). A 18 ans, le fils d'Erwin marque comme il respire. La génétique fait décidemment bien les choses. Après des débuts dorés à Genk en 2002, la suite est moins rose. Et le caractère difficile. Paraît-il qu'il est revenu l'an dernier du côté du Beerschot ? L'icône du Sporting Portugal vit sa retraite au Standard lors de la saison 2006-2007. Jorge Costa en avait fait de même un peu plus tôt. Olivier Dacourt marche dans leurs pas... Bruges et Anderlecht se disputent le buteur de Zulte Waregem durant l'été 2006. Les Bruxellois perdent la mise mais font la bonne affaire. Le Club n'avait décidément pas retenu la leçon Jochen Janssen.Sous l'impulsion de Michel Preud'homme et d'un effectif pétri de qualité, le Standard met fin à 25 ans de disette et de sarcasmes en remportant un 9e titre face à Anderlecht, son éternel rival. Un dixième suivra dans la foulée. Pour la première fois, deux nations l'organisent. Il y a longtemps qu'on n'avait plus parlé de manière aussi positive de la Belgique,... même si elle entre dans l'histoire comme premier pays organisateur d'Euro à être directement éliminé ! Demi-finalistes de l'Euro 2007, les Espoirs y gagnent leur qualification pour les JO de Pékin où, malgré plusieurs sabotages (départs anticipés de Kompany et Fellaini), ils terminent juste à côté du podium. Cela n'était plus arrivé depuis 18 ans et il faut presque se pincer pour y croire : Anderlecht, Bruges et le Standard sont qualifiés pour les 16e de finale de l'Europa League, qui auront lieu en février 2010. Si le projet belgo-hollandais pour le Mondial aboutit, Alain Courtois aura sa statue sur la Grand-Place de Bruxelles. Et en cas d'échec, le sénateur aura réussi son pari : relancer la modernisation de stades en ruines. En novembre 2001, les Belges rentrent dans la légende après un double test-match épique contre la Tchéquie : six participations d'affilée à une Coupe du Monde. Un âge d'or qui semble révolu. 20 millions d'euros pour le Standard, 12 millions pour l'Ajax : en plus d'être les deux plus gros transferts belges, Fellaini et Vermaelen sont devenus des piliers d'Everton et d'Arsenal. Après avoir arraché sa qualification à Porto, le Sporting se paie le luxe de terminer premier de son groupe devant Manchester United et met à genoux des pointures comme le Real Madrid, la Lazio, le PSV et le Dynamo Kiev. Les Loups entrent dans l'histoire en disposant de Saint-Trond : jusque-là, Tournai était le seul club hennuyer à avoir remporté ce trophée ! La saison suivante, en Coupe de l'UEFA, ils sont éliminés avec honneur par Benfica. En 2005, Belgacom avait besoin d'un produit fort et le trouva avec les droits de la D1 qu'il renouvela en 2008 pour la somme historique de 44.7 millions d'euros par an. Depuis, l'opérateur a influencé calendrier et... réforme. 8 mai 2008 : Sterchele crashe sa Porsche contre un arbre et c'est tout un pays qui se réveille avec la gueule de bois. La décennie a aussi charrié son lot de disparitions : Guy Thys, Raymond Goethals, Constant Vanden Stock, Régis Genaux,...Le procès du plus gros scandale de notre foot doit débuter en 2010 ; six ans après la mise en place d'un système de contrôle des clubs par la mafia chinoise ! Les dernières affaires (Namur) montrent que rien n'a été solutionné. 35e minute du huitième de finale du Mondial 2002 : Willy ouvre la marque d'une tête. Mais le but est injustement annulé par l'arbitre Prendergast. Les Belges s'inclinent 2-0 et reçoivent le prix du fairplay. Il y a eu Mouscron cette année et avant : La Louvière, Alost, Malines, Lommel et le RWDM. Le système des licences a apporté des améliorations mais la mauvaise gestion reste un mal belge. L'arrivée de Dick Advocaat ne peut occulter la chute aux enfers d'une équipe nationale incapable de se qualifier pour un grand tournoi et classée 71e au ranking FIFA en juin 2007. Sa pire place. En décembre 2007, fusillé de toutes parts, VDE devait partir mais est resté ! Par une seule voix de différence, l'Union belge vote son maintien. La mascarade durera jusqu'en avril 2009. Que de temps perdu pour notre foot ! Aucun président n'aura autant fait l'unanimité contre lui. Dépassé par les événements, Jovial a participé à la dégradation de notre football par son laxisme et des déclarations qui ne font rire que lui. Les images de Witsel qui brise la jambe de Wasyl ont fait le tour du monde et symbolisent la guerre en coulisses des deux poids lourds. Le calumet de la paix a été fumé. Et la hache de guerre enterrée ? Gilbert anime la rubrique faits divers. Suspecté durant l'affaire Ye, accro aux jeux et criblé de dettes, il s'est rendu complice du braquage des Grottes de Han. Aujourd'hui, en attendant son procès, il se reconstruit. Les Bayat ont sauvé Charleroi de la faillite mais se sont attirés un lot invraisemblable d'ennemis. A commencer par un public qui a déserté et ne reconnaît plus son équipe depuis le passage de Mathijssen. 84e minute : après avoir plongé dans le dos de Mihajlovic, Radzinski trompe Peruzzi d'un astucieux pointu et met le stade Constant Vanden Stock en transe. Anderlecht se place en tête avec le Real Madrid de la deuxième phase de groupes (derniers 16) de la Ligue des Champions. Une double défaite face à Leeds anéantira cependant le rêve d'une place en quarts. Après 34 minutes, Fabulous Fab (Barthez) est déjà battu deux fois par Radzinski sur services de Baseggio puis de Koller. Les Mauves sont en apesanteur. Et pourtant, l'artillerie lourde était de sortie : Beckham, Scholes, Yorke, Cole, Giggs, etc. Début novembre, Anderlecht est même élu meilleur club du monde... Le scénario rêvé pour la tribu rouche : fêter le titre face au rival bruxellois sur un doublé de Mbokani, snobé par Anderlecht quelques mois plus tôt. La fête qui suit est à la hauteur des 25 ans d'attente. Les trois dernières rencontres ne feront que la prolonger... Après l'élimination douloureuse face à Liverpool, le Standard prend sa revanche à quelques centaines de mètres d'Anfield. A Goodison Park, les Liégeois sont explosifs. Au retour, les Rouches ne trembleront pas (2-1) et se rendent en poules de la Coupe de l'UEFA. D'un extérieur du pied gauche magique, Mendoza punit Dida et envoie le Club au 7e ciel. Toutefois, les Milanais prendront doublement leur revanche : en s'imposant à Bruges et en " laissant " le Celta Vigo faire de même à San Siro ; privant Bruges de la 2e place. Pour ces barrages de Coupe du Monde, les Belges débarquent à Prague avec dans les bagages le but de Verheyen inscrit à Bruxelles. Face aux Nedved, Rosicky, Poborsky, les Diables Noirs sont héroïques. Wilmots va même sceller la qualif' sur penalty à la 85e. Les Rouches touchent la barre avec Fellaini et Dante missile son penalty sur Reina. Le nul est flatteur pour les Reds. Et le retour est du même tonneau. Les Rouches brillent sans conclure. Kuyt, lui, la pousse au fond à la... 118e minute. Menés 3-0 puis 4-1, les hommes de MPH sont baladés. Mais au final, c'est Emilio Ferrera qui fait la gueule. En 20 minutes, Fellaini, Onyewu et enfin Lukunku (d'une tête... couchée à la 89e) inscrivent ce match dans la légende. Youla glisse entre les jambes de Waterreus la balle du 2-3 dans les arrêts de jeu et envoie les Mauves à la première place de sa poule de la Ligue des Champions. Devant Manchester United. Dix ans, c'est si proche et tellement loin... 2-0 et réduit à 10, on se dit que l'affaire est pliée. Mais la bande à Waseige en a ... D'abord Wilmots, puis Van Buyten à la 92e assomment les Ecossais. Ces derniers termineront troisièmes à une tête de Van Buyten (2 points) des Belges.Les Bruxellois disputent le match le plus important de leur saison avec le seul Kanu (aucun but depuis son arrivée en Belgique...) en pointe et Kruiswijk derrière pour solidifier le tout. Résultat des courses : une défaite suivie d'une élimination (2-2 en Biélorussie) de toute compétition européenne.On connaissait le 0-7 face à Arsenal période nineties, voici sa copie des années 2000. Et dire que ce jour-là, le Standard jouait sa qualif. Le splendide tifo indiquait même " Ce soir l'Europe brillera rouge et blanc ". Pas faux, l'Athletic joue en rouge et blanc... Trois exclusions, sept jaunes, ce topper est celui des provocations, simulations, coups de coudes. De Bleeckere perd tout contrôle. Ce combat de rue se poursuit en dehors : les vitres de la maison de l'arbitre sont brisées par des pavés de " fans " mauves. Un Clasico nauséabond avant pendant et après. Rendez-vous le 17 janvier 2010, pour les bonnes résolutions de nouvel an. Cinquième et dernier match pour Vercauteren à la tête de l'équipe nationale. L'intérimaire démissionne dès la fin du match après une parodie de rencontre. Fini la galère Diables pour Frankie ; place désormais à celle de Genk... Malgré l'astucieux long ballon après long ballon préparé par Maître René, la bande à Blazevic s'amuse à Genk. Même en tribunes, les Belges ne font plus le poids. Les Bosniaques foutent le feu à la Phoenix Arena. Un entraîneur qui parade devant ses supporters après une débâcle, le surréalisme belge a encore frappé. Quoique ce soir là, le coach s'appelle Brio et vient d'Italie. Le foot est universel. En Asie, on s'en est frotté les mains. Éliminatoires Euro 2008. Face à la 140e équipe FIFA, les Diables assurent l'essentiel. VDE avait placé Dembélé comme seul avant puis sorti sa perle : " Nous sommes premiers du groupe ". Les autres n'avaient pas encore joué... C'est ce jour-là que le gardien Francky Vandendriessche dispute à Zagreb son maiden (et last) match avec les Diables. C'est aussi ce jour-là que le déclin des Diables se met en marche... Les Diablotins perdent dans les dernières minutes alors qu'ils l'avaient emporté 2-3 en Ukraine. L'Euro 2006 s'envole et les choix tactiques de Jef de Sart très critiqués. Le coach prendra sa revanche à l'Euro 2007 et aux JO. par thomas bricmont et simon barzyczak