Son prénom sonne plutôt comédie franchouillarde des années septante et son nom est celui d'une marque de cigarettes bien connue dans nos contrées. Et pourtant, Michel Bastos, 25 ans, est bien Brésilien. Après trois ans d'acclimatation au championnat français, le médian gauche éclate sous le maillot lillois. Avec 13 buts et 10 passes décisives, il est un des favoris au titre de joueur de l'année en Ligue 1. Et comme il sait marquer les esprits au bon moment (3 buts contre Lyon), sa cote ne cesse de grimper.
...

Son prénom sonne plutôt comédie franchouillarde des années septante et son nom est celui d'une marque de cigarettes bien connue dans nos contrées. Et pourtant, Michel Bastos, 25 ans, est bien Brésilien. Après trois ans d'acclimatation au championnat français, le médian gauche éclate sous le maillot lillois. Avec 13 buts et 10 passes décisives, il est un des favoris au titre de joueur de l'année en Ligue 1. Et comme il sait marquer les esprits au bon moment (3 buts contre Lyon), sa cote ne cesse de grimper. Ses atouts : sa technique bien brésilienne et sa force de frappe. " Pour le taquiner, je lui disais que c'était grâce au tambicao (le poisson de la lagune), qu'il avait une telle puissance de frappe ", explique son père Argeu Madruga. " Sa vision du jeu associée à sa précision du pied gauche en font le meilleur passeur du championnat ", écrivait le site www.football365.fr. " Avant, je faisais soit des passes, soit je marquais ", explique Bastos. " Cette saison, je fais les deux. "Né dans la petite ville du Rio Grande do sul, il a débuté dans le club local avant de tenter à 18 ans l'expérience européenne. Il aboutit alors à l'Excelsior Rotterdam, puis à Feyenoord. Ses deux saisons aux Pays-Bas constituent un échec (il ne jouera pas un match) et il doit retourner au pays où il se refait une santé à l'Atletico Paranaense, puis au Gremio Porto Alegre et enfin à Figueirense avant de retourner à l'Atletico. Ses performances lui permettent, en 2006, de retenter l'aventure européenne. Pourtant, l'acclimatation sera laborieuse. Trois buts la première saison, huit l'année dernière et enfin l'apothéose lors de cette campagne. Latéral (donc défenseur en langage brésilien) de formation, il a avancé d'un cran lors de son arrivée en France. " Claude Puel a vu que j'avais les qualités pour jouer plus haut, pour apporter mes centres ", raconte Bastos. " Ici, je suis respecté, j'ai vraiment ma place. " A tel point qu'il a prolongé son contrat jusqu'en 2012 et rêve de décrocher un trophée avec le LOSC. Pourtant, il aimerait également percer en sélection brésilienne. Dunga a affirmé le tenir à l'£il mais les médias brésiliens le connaissent à peine. " Pour intégrer la Seleçao avant le Mondial 2010, Michel doit partir ", conseille son père. STÉPHANE DALMAT, le médian de Sochaux, interpellé il y a deux semaines par la police, a démenti dans Aujourd'hui Sport avoir des problèmes d'alcool. " Non, je ne suis pas alcoolique. Un verre de temps en temps. Cela reste dans la norme. " ERIC GERETS a instauré la concurrence mais cela peut parfois déraper. Cette semaine, à l'entraînement, après un tackle appuyé de Julien Rodriguez, Modeste Mbami s'est vengé sur son agresseur et l'a blessé. Le coach est alors entré dans une colère noire. SAINT-ÉTIENNE vit une période délicate et cela se ressent aux entraînements puisque Yohan Benalouane et Ilan en sont venus aux mains avant que les coéquipiers n'interviennent. Par ailleurs, le gardien stéphanois, Jérémie Janot, sera absent des terrains un mois. Kevin Mirallas était titulaire contre son ex-équipe, Lille. Il a été remplacé à la 83e. GUY LACOMBE ne sera sans doute plus entraîneur de Rennes la saison prochaine. En faisant traîner les choses, il a irrité son actionnaire principal, François-Henri Pinault. Le coach avait notamment stigmatisé le manque de moyens de son club. LE PRINCE ALBERT DE MONACO a tenu des propos assez durs sur l'ancien président, Jérôme de Bontin. " Ses exigences de rémunération étaient hors de proportion. Apparemment, la crise financière l'a aussi affecté dans ses affaires et ça a conduit à ces exigences. " ROLAND LAMAH (Le Mans) a été remplacé à la 55e face à Valenciennes sans LuigiPieroni. STÉPHANE VANDE VELDE