Nos étudiants ne sont pas les seuls à suivre des cours en ligne. Les joueurs de Tottenham reçoivent par cette voie des schémas d'entraînement, mais aussi de véritables leçons de théorie. José Mourinho organise des séances vidéo que les joueurs peuvent suivre en ligne et en direct.

D'autres footballeurs donnent cours à leurs enfants à la maison. L'Irlandais James McCLean de Stoke City a dérapé. Il a posté une photo de son cours d'histoire sur les réseaux sociaux. Il s'agissait apparemment de l'IRA, car pendant le cours, McCLean portait... une balaclava, une cagoule de bivouac. Face aux multiples critiques essuyées, il a ôté le cliché de son fil.

Beaucoup de footballeurs sud-américains ont quitté leur club européen pour retourner provisoirement au pays. Le Costaricain Keylor Navas (PSG) a été un des derniers à quitter la France. Comme celle-ci était déjà en lockdown, il a été obligé de prendre un jet privé, ce qui lui a coûté... 200.000 euros.

La Biélorussie a toujours été un pays bizarre et elle le prouve encore : elle a entamé sa nouvelle saison et en est déjà à la deuxième journée de championnat, en pleine pandémie.

Nos étudiants ne sont pas les seuls à suivre des cours en ligne. Les joueurs de Tottenham reçoivent par cette voie des schémas d'entraînement, mais aussi de véritables leçons de théorie. José Mourinho organise des séances vidéo que les joueurs peuvent suivre en ligne et en direct. D'autres footballeurs donnent cours à leurs enfants à la maison. L'Irlandais James McCLean de Stoke City a dérapé. Il a posté une photo de son cours d'histoire sur les réseaux sociaux. Il s'agissait apparemment de l'IRA, car pendant le cours, McCLean portait... une balaclava, une cagoule de bivouac. Face aux multiples critiques essuyées, il a ôté le cliché de son fil. Beaucoup de footballeurs sud-américains ont quitté leur club européen pour retourner provisoirement au pays. Le Costaricain Keylor Navas (PSG) a été un des derniers à quitter la France. Comme celle-ci était déjà en lockdown, il a été obligé de prendre un jet privé, ce qui lui a coûté... 200.000 euros. La Biélorussie a toujours été un pays bizarre et elle le prouve encore : elle a entamé sa nouvelle saison et en est déjà à la deuxième journée de championnat, en pleine pandémie.