Un record qui n'est pas passé inaperçu a été établi lors du match opposant Osasuna à Barcelone. Ansu Fati, originaire de Guinée- Bissau, est désormais le buteur le plus jeune de l'histoire du club catalan. Samedi, il avait 16 ans et 10 mois lorsqu'il a secoué les filets. Le Barça a désormais un nouveau slogan : Amor Fati !

À la fin du tirage au sort des poules de la Champions League, seuls deux clubs pouvaient encore tomber avec le Club Bruges : Galatasaray et l'Étoile Rouge de Belgrade. Ce furent les Turcs et c'est peut-être mieux ainsi car les Serbes ont célébré leur qualification face aux Young Boys de Berne d'une façon un peu spéciale : ils ont fait le tour de la ville de Belgrade à bord... d'un char de l'armée. Ça promet.

Il a fallu attendre le dernier jour de la période des transferts pour savoir où Neymar évoluerait cette saison. En attendant, il a obtenu un petit rôle dans la série espagnole La casa de papel, diffusée sur Netflix et qui parle de gangsters voulant imprimer des faux billets. On pensait tout de même que Neymar n'avait pas besoin de ça...

Un record qui n'est pas passé inaperçu a été établi lors du match opposant Osasuna à Barcelone. Ansu Fati, originaire de Guinée- Bissau, est désormais le buteur le plus jeune de l'histoire du club catalan. Samedi, il avait 16 ans et 10 mois lorsqu'il a secoué les filets. Le Barça a désormais un nouveau slogan : Amor Fati ! À la fin du tirage au sort des poules de la Champions League, seuls deux clubs pouvaient encore tomber avec le Club Bruges : Galatasaray et l'Étoile Rouge de Belgrade. Ce furent les Turcs et c'est peut-être mieux ainsi car les Serbes ont célébré leur qualification face aux Young Boys de Berne d'une façon un peu spéciale : ils ont fait le tour de la ville de Belgrade à bord... d'un char de l'armée. Ça promet. Il a fallu attendre le dernier jour de la période des transferts pour savoir où Neymar évoluerait cette saison. En attendant, il a obtenu un petit rôle dans la série espagnole La casa de papel, diffusée sur Netflix et qui parle de gangsters voulant imprimer des faux billets. On pensait tout de même que Neymar n'avait pas besoin de ça...