LUNDI

À la culotte. Info pour Van Holsbeeck,Mitrovic a son cousin Arsic chez lui. Son job : réchauffer au micro-ondes les plats fournis par la Maïté de Neerpede... Mais pas que : " Je suis plus rapide qu'Aleksandr et je marque facilement. " Pas de bol pour Herman, le cousin postule au RWDM, chez copain Vermeersch. Dans son nouveau livre sur les recettes du désir, Madame Deschacht révèle qu'après leur rencontre... au critérium vélo d'Alost, Oli a dû patienter 8 mois avant de conclure. " Coucher le 1er soir est contre mes principes ", révèle la belle. Annelien va ouvrir sa propre agence de rencontres : Oli peut resserrer son marquage à la culotte.
...

À la culotte. Info pour Van Holsbeeck,Mitrovic a son cousin Arsic chez lui. Son job : réchauffer au micro-ondes les plats fournis par la Maïté de Neerpede... Mais pas que : " Je suis plus rapide qu'Aleksandr et je marque facilement. " Pas de bol pour Herman, le cousin postule au RWDM, chez copain Vermeersch. Dans son nouveau livre sur les recettes du désir, Madame Deschacht révèle qu'après leur rencontre... au critérium vélo d'Alost, Oli a dû patienter 8 mois avant de conclure. " Coucher le 1er soir est contre mes principes ", révèle la belle. Annelien va ouvrir sa propre agence de rencontres : Oli peut resserrer son marquage à la culotte. Silence dans la baraque. À Courtrai, Santini-le-buteur remercie Geert Goethals. Rien à voir avec feu Raimundo, l'intéressé n'en touche pas une en cuir : c'est le curé de l'église Saint-Michel, où Ivan-le-Terrible vient prier chaque jour. Avant son hat-trick contre Bruges, le Croate a même prêché aux fidèles réunis. Plus prosaïquement, le buteur coûte 2,5 briques, Neerpede serait déjà sur le coup. St-Guidon, prépare ton missel. Quoique : Jan Mulder révèle que s'il marquait chaque dimanche soir, c'était grâce à la galipette avec sa Johanna au réveil. Boum-boum. Le Lierse a son Legear, il est rasta et a un gauche d'enfer : rue de la Campine à Liège, Menga a embouti 3 autos à l'arrêt et une façade d'immeuble. Mais lui n'était ni bourré, ni trop vite - prends ça, Jona. Le Lierse signe sa charte avec les supporters : grand ami des fans depuis ses pugilats Facebook, le président Samy était justement retenu en Egypte... Canulars en série. Débarquant avec le PSG, Gregory Vander Wiel a ce mot gentil pour son copain De Zeeuw : " Demy va devenir un leader d'Anderlecht. " Comment lui dire ? Verschueren a déjà son képi : une télé flamande a monté une fausse campagne pour la police de Grimbergen, Mister Michel est en tête d'affiche. Du coup, les riverains appellent tous chez lui pour signaler des faits suspects. On appelle ça un bon client. Merci, Bart. Faute de stade, Bruges aura son Neerpede. Malgré le prix du m2 à Knokke, Bart Verhaeghe obtient tous les permis du Baron Lippens et prépare 10 millions pour son chantier. Modélisé sur Arsenal, Lille et Wolfsburg, le centre de formation accueillera le noyau A, les Espoirs et le secrétariat. À l'inverse d'Anderlecht et du Standard, pas besoin de subsides : Bart va assurer sur ses fonds propres. Et ne former que des Gonzague ? Halloween à gogo. Un vieux Diable ne meurt jamais : Tristan Peersman (4 caps) signe à Tamise (D3A), un bled plus tranquille qu'Anderlecht où le chouchou d'Aimé avait, jadis, jeté l'éponge... à la pause d'un St-Trond-Sporting trop stressant. Ronny Gaspercic (8 caps) s'est mieux recyclé : il tient à Genk le Partyhouse Kameleon, une enseigne de masques, farces & attrapes. Chouette, c'est Halloween. Robe en stock. Buzz des Diables, suite : les tickets pour le Japon et la Colombie filent en 14 minutes. Conclusion logique : Kawashima vaut bien Falcao. Alerte rouge au service marketing de Houba Street : un instit de St-Josse concurrence Burrda, il a créé une... djellaba noire-jaune-rouge : " Au départ c'était un déguisement pour le théâtre, aujourd'hui on me demande d'en fabriquer pour le Brésil. " Vite, un bataillon d'hommes en toge pour contrer l'homme en robe. Le Parc des Princes... La terre entière promettait une free-fight de la death entre crânes rasés, couteaux de charcutier et gants de boxe métallisés inclus. Au final c'est sur le pitch que le mauve se fait rosser, un grand tatoué Made in Sweden est passé par là : Ibracadabra zlatane les fiottes locales, ramasse les applaudissements de l'assistance... puis file Place Jourdan finir ses frites chez St-Antoine et vider les mousses de l'Oktoberfest etterbeekois (0-5). Au passage, Zlatan a honoré le Toque de son pote Pep sur le 0-1 (11 passes de rang), le talon de Madjer pour le 0-2 et la patate bio façon Koeman sur le 0-3. Même à Vaduz et Differdange (0-4), le PSG n'avait jamais marqué autant away. Pour les parieurs, Unibet proposait une assurance sur les buts... pris dans les arrêts de jeu : bien vu, l'arnaque. ... du Qatar. Pour la presse frenchie, les Mauve sont " des plombiers & des coiffeurs ", au 13 h de TF1 Pernault situera encore " Anderlechtte " (sic) " aux Pays-Bas " (re-sic). À la mi-temps, Mitrovic demandait déjà la vareuse Daniel Hechter au buteur du soir. Kaminski a eu son exemplaire en fin de match : pour ses 21 bougies, Thomas a surtout vu 36 chandelles - la banquette, c'est tellement mieux. Vissé sur son baquet, van den Brom ne s'est levé que pour torcher son Mati... promu back gauche pour les scouts du Barça, Manchester et Juventus. Van Holsbeeck voulait voir ses petiots à l'unif du cuir, ils les a récupérés au fond du bac à sable de la maternelle. Question de com. Un psy comportementaliste analyse pour Sud-Presse la com non verbale de van den Brom : le Batave lève trop sa main gauche, il est donc dans l'émotionnel ; sa main droite, registre du rationnel, est utilisée pour se gratter le crâne ; sa narine trop crispée veut dire Je le sens mal. Soyons sûr que Coach Johnny en tiendra compte... si Papy Roger lui prête vie. Règle de base par temps de crise, détourner l'attention : Anderlecht est couronné club le plus followé/liké sur Twitter et Facebook. Zlatan, une réaction ? Rouge toujours. À Salzbourg, le rouge du Taureau local est plus écarlate que le Rouche mosan : le Standard se fait plumer à l'ex-Casino, dire que Soriano l'archange local devait signer à Sclessin il y 2 ans (2-1). Luzon renonce à sa rotation mais passe au 4-3-3, histoire de toujours changer un truc. Et termine à 9 : Carcela et Kanu sont restés dans la note de la soirée écarlate. Malgré les bidons du sponsor local, le Standard n'a jamais trouvé ses ailes. Adieu l'Europe ? Zlatan & Cie. 24 h plus tard, l'effet Zlatan rayonne toujours. À Genk-Vienne Gorius fournit la petite soeur, mais le Racing loupe le 9 sur 9 et devra cravacher (1-1). À Zulte-Maribor, c'est Mertelj qui se la joue Grand Suédois, malgré les moufles du portier slovène l'Essevee n'obtient pas son Miracle de Maribor - n'est pas Bruges qui veut (1-3). Merci les Diables : à part vous, le cuir belge plonge toujours. Polle (pas) Gazon. À Charleroi, les backs gauches sont maudits. Comme bien d'autres avant lui (Oulmers, Diallo, Moia...), N'Ganga ressort du scanner très mou du genou : croisés rompus, sa saison est au bac. Son doigt d'honneur à Sclessin était donc moins un " Coucou " qu'un au revoir. Mandanda prolonge d'un an avec contrat rehaussé : comme pour Sifakis naguère, prolongation résonne comme " départ imminent ", bifton à la clé. Après 10 ans de chamailleries sur le loyer de stade, la Ville et le Sporting sont amis, même que le conseil communal a tenu séance au Mambour : avec capes anti-pluie fournies par Belgacom ? Mais Paul Magnette ne postule pas comme joueur : " On serait sûr de basculer en D2. " Fais dodo... Après le costard pour Vanderbiest, Marc Coucke sort ses accessoires pour la concurrence. Le pharmacien ostendais, qui fournit 10 clubs de D1 en suppléments nutritionnels, veut glisser... des somnifères dans les boîtes : " Comme ça, Ostende se sauvera. " Pas de ronfle pour Leekens, Long Couteau ne sera pas DT de Vanderbiest : " C'est sûr à 100 %, pas à... 90 % ", ironise Coucke. De fait : viré à Roulers et cité à Anderlecht, Luc Devroe sera finalement celui-là. Vas-y, gros. Même face au Cercle, La Gantoise ne gagne pas : en cumulant auto-but & carte rouge, Mertens lui a même évité le revers vert de honte (1-1). Rednic se plaint toujours des blessés... mais il a écarté Dejaeghere & van der Bruggen et titularisé 5 de ses obèses. Louwagie plaide : " Un footballeur n'est pas un lutteur gréco-romain, moi je mange des fruits le matin et des légumes le midi. " Depuis Lommel, Loris Brogno propose la télé-cuisine : " Mon papa Dante contrôle mes repas, je lui envoie chaque soir une photo de mon assiette. " Conseil d'expert. Dézingué par VDB, Suarez somatise : Mati pète son genou à l'entraînement, saison terminée. Trop con : en décembre, il sera belge et se voyait déjà filer à l'anglaise. Car sur les visites médicales, Mati somatise aussi... Anderlecht veut prolonger Mbemba, les écuries britonnes se pressent au guichet. Depuis Kiev, Daron Dieumerci a conseillé au gamin de ne pas trop vite partir. Question de vécu. Biscottes sans biscotos. Welcome à la soirée-cancres du samedi : stress du maintien total, 6 biscottes rouges arrosent la boum glauque. À Malines, OHL finit à 9 : Kamavuaka (2 buts) a servi le scrabble, le Kavé sort du marais (4-2). À Lierse-Ostende, les pilules-sommeil du patron percutent déjà : Siani doublonne dans un Lisp qui ronfle, Vanderbiest découvre par un journaliste qu'il n'est plus relégable (0-2). Pas pour longtemps : Fredje a fait monter un type non qualifié, depuis Adesanya le Lierse connaît la musique, merci pour ces futurs 3 points. Battu par Harbaoui dans le derby, Waasland s'affaisse (0-2), De Boeck dézingue son capitaine Sibum mais son parapluie à lui reste solide : " On a juste... pas de chance ", dit son DT. Abdication. À Mons, Beleck ricane : Janevski l'a envoyé une semaine en Espoirs pour avoir brossé le repas du team, le coach a aussi instauré l'amende à 50 boules pour les GSM qui sonnent au vestiaire. La main de fer n'y fait rien : Courtrai gagne au Tondreau, Werner a mis ses gants dans vaseline, l'Albert abdique bientôt (0-1). Buteur, Coulibaly pratique la double peine : cet été, Eli avait refusé l'offre montoise. Façon Mokulu, quoi. Je vais parler. À table avec Sud-Presse, Luciano ne s'est pas enfui : c'était donc le vrai, pas le sosie de France 2. Après 30 mois mutiques, D'Ono re-sème sa parole sacrée : il faut laisser 5 ans à Duchâtelet pour le juger. Et non, il n'a pas dépouillé le Standard en sous-marin : même que lui n'aurait vendu que Defour et aurait gardé Witsel-Carcela-Mangala. Mais Licio le jure : même quand Duduche mettra son Standard sur e-Bay, il n'enchérira pas. Quant au transfert manqué en mauve, c'était pour ne pas mettre Roger " en difficulté ". Trop sympa. Mode mineur. Bien au chaud dans les business-seats, Preud'homme constate que sa magie à distance n'opère plus : Genk sert la leçon d'efficience, Mario Jambe galope invaincu depuis mi-août (0-2). MPH découvre le syndrome brugeois : pour le 2e dimanche de suite, le Club pouvait prendre les commandes de la D1. Et si le titre n'était pas pour cette fois (air connu) ? Sang pour sang. Pour le Clasico, Saint-Guidon s'est mis en mode combat : Van den Brom passe au 4-4-2 et se lève enfin de son banc, Tintin Gillet crochète par la boucherie Sanzot, pour son baptème Thuram découvre les tranchées à la belge (1-1). Preuve que plus rien ne tourne normalement, même Deschacht s'est proposé pour que N'Sakala reste sur le pitch... Comme à Salzbourg, le Standard repart à 9 : Opare et Vainqueur chauffent la douche pour les copains, Nzolo disjoncte encore et porte à 10 breloques le grand Week-end du Rouge. Mais Luzon s'en tape : " Même à 6, on ne perdait pas ici... " Entre paralytiques, chaque camp a juste stoppé l'hémorragie. Crinière au vent. Oui, le Zèbre relève les naseaux : après les fumées de Sclessin, Charleroi va grappiller sous l'Arc-en-Ciel de Zulte, Dury loupe la 2e place qui s'offrait à lui (1-1). Malgré la butante de son ex-enfant Habibou, le Sporting s'est libéré de ses complexes : encore impérial, Mandanda a déjà honoré son beau contrat. Confirmation chez Colpaert : " Charleroi a le potentiel des PO1. " Steve, prends un verre pour Mehdi. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT