LUNDI

Comptes... Wilmots explique son avion à 100.000 boules : " Il faut un lit par joueur, au besoin je paierai de ma poche, moi le fils de paysan je connais la valeur d'un euro. " Et sur ses droits d'image négociés à 80.000 euros : " Je refuse d'avoir ma tronche sur une canette ou du camembert. " Et les fermiers alors ?
...

Comptes... Wilmots explique son avion à 100.000 boules : " Il faut un lit par joueur, au besoin je paierai de ma poche, moi le fils de paysan je connais la valeur d'un euro. " Et sur ses droits d'image négociés à 80.000 euros : " Je refuse d'avoir ma tronche sur une canette ou du camembert. " Et les fermiers alors ? ... et Contes. Preuve que Willie n'est pas dépensier, Deschamps voulait jouer France-Belgique à Nice : " J'ai refusé, les hôtels sont plus chers. " Surtout pour les femmes mais vides. Witsel ne voulait plus jouer au 6 ? " Ce sera là... ou nulle part. " Au moins, Deschacht est content : " Je suis comme un fan qu'on fait descendre de la tribune pour jouer avec ses idoles. " Et échange de maillot comme avec Zlatan ? Mes que un Club. Lendemain d'incidents à Gand-Bruges, Mannaert explique : " On est trop populaires, nos supporters sont partout. " Heureusement, le Club a ses projets sociaux : " On est le Barcelone belge, plus qu'un club. " Le Cercle aussi : Cornelis & Cie mettent un bandeau pour un match de cécifoot, du foot pour aveugles. Raison pour laquelle, le dimanche, les gars du Cercle se trouvent les yeux fermés ? 14es quand même... Pince-Mi. Comment larguer un contrat trop lourd sans passer par le juge ? Pour Mboyo, Genk a trouvé : un selfie au Carré vaut faute grave, direction le noyau B et grasse amende. Après le trottoir enneigé à Noël, le coup du certif pour indigestion au lendemain de Willebroek est mal passé. Le Racing propose Pelé à Rednic, qui spécialise son Petrolul Ploiesti en récup de vieilles divas : Tchité vient d'y signer. ... et Pince-Moi. Hasi est moins strict pour ses danseurs carrés : Defour, Vanden Borre, Conte & Cyriac prennent une chiquenaude des collègues sur l'oreille, par météo glaciale ça peut faire mal. Carré magique aussi pour Boussoufa : Mbark a son non-lieu judiciaire, on l'accusait d'avoir ordonné à ses potes de ratonner un gus trop peu respectueux. Le Soulier d'Or reste maudit : scanner négatif pour Praet, bye-bye la finale de Coupe. MPH se plaint encore ? Au départ vers Moscou, Najar cale 3 heures : quoi, fallait un visa ? Fallait pas l'inviter. Langil se pète les adducteurs, un vrai mal pour un bien : Steeven jouera du piano durant les PO3 sans jouxter son Da Cruz sur la banquette. Ce dernier ressort le vieux complot : " On accuse certains des miens de vendre des matches, même les arbitres veulent qu'on descende. " Verstraete a enfin percuté : " Je réfléchirai deux fois au prochain prêt. " Ben oui. Diaboliques. Ignoré par Wilmots, Basthuayi tournerait congolais comme poto Polo. Ex-Diable éphémère, Odoi balance : " Pourquoi Kompany serait plus malin que moi pour la tactique ? " Allijns jure de se couper les tifs s'il est élu Président fédéral, Coucke s'arrache les siens : " Je n'ai toujours pas pigé comment fonctionne le Comité Exécutif, pourtant j'y siège. " Pour le Parking C, ça coince aussi : les banques refusent de prêter si la Région n'est pas garante. L'injection d'argent public, on y arrive. Oli Gazon. Veille de son 500e match en mauve, Deschacht jure qu'il stoppera à 565 : " Van Himst a 566, ce serait triste qu'un type comme moi soit l'emblème du Sporting. " Ex-buteur des Diablotins de Lochristi (68 pions en une saison quand même), Deschacht a rejoint Neerpede sur un malentendu : " Je ne voulais pas quitter Lokeren, mon papy a pris sa pension pour me conduire. " Rolando avoue, il n'ose pas conseiller Oli vu son grand âge. Mais il répond à Tielemans, qui veut tout savoir sur Porto et l'Inter. Gare, Herman : le 7 mai approche, Youri n'a pas encore signé. Foot profond. Saga Legear, le retour : en amical contre des turlurons bosniens, Jona stoppe à la mi-temps, déjà une contracture. Dans un hebdo people, Duduche dit ne rien gagner dans le foot : les dividendes, c'est pour les chiens. Reste la sous-location de stade aux clubs voisins. Comme pub, le service RH de Charlton montre un couple pratiquant le foot-percussion vertical en plein rond central. Roro est bien The King Of The Buzz. Wonderplouf. Le rose wonderbloom n'est que du mauve pâle : à Moscou, Anderlecht flâne toujours Place Rouge et passe à la roulette du Dynamo (3-1). Proto avait les jambes en courant d'air, Vainqueur tacle l'insolent Vanden Stock qui le disait loser. L'assistant des 16m, lui, se livre à la même adresse de valises que Kubla-le-Congolais et De Decker-le-Kazakh. En plein saut d'index, DG Herman épargne 30.000 euros de prime, Hasi gagne 4 jours sur la finale de Coupe : pas vrai, MPH ? Au bar du Holiday Inn local, les Mauves étaient aussi mauviettes : face aux voyous locaux, les fans ont lutté " avec des fourchettes " (sic). Peu pratique. Ouste, le Viking. Après Bröndby & Copenhague, MPH boucle son Danish Tour : exit les joueurs de cricket de l'Aalborgsche Boldspilclub. Vázquez propose le but-grand pont, Meunier singe l'exté pied droit victorien et intègre l'UEFA Team Of The Week. Et avant d'aller à Besiktas, les djeuns Oulare & Bolingoli ont mixé Volare en mode bunga-bunga (3-0). En quart, la Gazelle devra donc briser la guitare à riffs de Slaven Bilic, bloquer le Cafu ghanéen Opare et priver Demba Ba de son b. a-ba. Casé à Istanbul, Donk prépare les kebabs. Sauf que Poto Vadis n'est plus là. Wang-Bang. MPH a intérêt à ne pas bâcler sa finale de Coupe : 4 heures avant l'ouverture des guichets, il y a 100 m de file pour les 1ers tickets. Ne pas bousiller non plus le championnat : Duarte a signé à Palerme, il ne restera que si Bruges attrape un ticket Champions League. Fini les nuits de Chine : Wang file à Guangzhou où Cannavaro lui montrera la fraude fiscale. 4e pouvoir. 13 pions, et pourtant : " Je n'ai aucune offre de transfert " pleurniche Santini. Message reçu, Genk lui propose le casier Mboyo. La presse sert parfois : le Racing annonce Okriashvili menacé de suspension, c'est un journaliste qui signale que les bristols en Espoirs ne comptent pas. Vivent les femmes. David Goffin passe à Standard-Cercle, le smash gagnant ne tombe qu'à la toute fin : avec Riga, c'est grinta jusqu'au bout, on attend le jeu maintenant (1-0). Werner fait stresser son ex-Sclessin, Faty assène la magie du banc : prends-en de la graine, Jelle. Rayon graines, Riga n'aura pas sa pelouse neuve. Y a qu'à imiter le Fémina, champion sans jouer avec... 21 points d'avance sur les sales Mauves. Dommage que Luzon ait pas eu la recette l'an passé. La vie en rose. Le Pays Noir ne l'est plus, contre Lokeren les Zèbres posent un sabot en PO1 : Verhulst évite la raclée que Kaya rêvait tant pour son pote Maes (1-0). Coulibaly ratisse Hyper Cash(er), Tainmont bute avec ses pompes CR7, Mazzù sprinte tel Wilmots au Brésil : " Je lui ai dit Je t'aime ! " Clémente aussi, Madame Julie ? 4 fois sur 5 depuis la réforme, 46 points ont suffi pour le top 6, mais pas cette fois. Peter Maes sauve ses boucles, il avait juré se tondre en cas de qualif. On vous met le feu. Tous les chemins mènent aux PO1 : à Charleroi la brillance, à Genk l'ultra-médiocrité. Mutique pour la presse en semaine, le Lierse le reste sur le vert : poussé vers l'Exit 123, De Ceulaer régale juste pour ses vilains chefs (0-2). " Le Carré, olé, olé " chantaient les fans miniers : Mboyo n'a pas entendu, sûrement la sono trop forte de La Rocca voisine. Liquidation totale. À Zulte-Malines (2-3) et Westerlo-Ostende (3-0), on répète les PO2. Dury a sa 300e feuille de match en Boer grillée par le joker Verdier : une touche et but, Cordaro et Naessens sont restés cois face aux ex. Au Kuipje, une meuf en peignoir lance le match, la suite sent le shampoing sec : Gounongbe revient après 4 mois, ses potos rejouent Stannard au Nieuwsblad, sale journée pour Coucke et ses vitamines Etixx trop molles. Burger King Maertens quitte la D1 : celui que Vandereycken voyait " futur pilier des Diables " videra les Carapils à Westhoek. Dépêchons, Colruyt liquide les stocks. Épluchures. Daesh sévit même en D3A : contre Tamines, un fan de Dender brandit un tifo copié de Sclessin, avec bourreau décapitant... un oignon. C'est Zwazi, la mascotte d'Alost : en manque de stade, l'Eendracht négocie pour jouer à Dender, sur place les fans éructent. Patrick Aussems, lui, a quitté Al-Hilal au Soudan : " C'était devenu trop dangereux pour ma famille, les Islamistes sont partout. " Phase terminale. Donner le kick-off de Bruges-Mouscron était le dernier rêve d'un fan local avant l'euthanasie : 10e revers de suite, le RMP gagne le coma profond, le LOSC ne payant plus, Preud'homme ne craignait pas la double prime (3-0). Même la visite de Verhaeghe chez le ref était inutile, Boli a fait le job : Tonton Basile assurait mieux derrière. Vázquez tartine sa cheville et prend 2 mois, MPH a son excuse toute trouvée dans le sprint aux lauriers. Sergio Leandro. La cheville est la marque des grands : contre Courtrai, Defour passe aussi à l'étal, on repart à zéro pour le titre. Mitrovic fusille de la tête, Dendoncker fait son Busquets : à 11 contre 10, Vanderhaeghe respectait trop son ex-futur boss Besnik (2-0). Rolando tâte du sifflet à la belge, Hasi va pouvoir remettre Oli avec Chancel sans cas de conscience. Et se faire pardonner de lui avoir grevé son beau brevet-minutes. Un prophète. Waasland encaisse le duo chic-choc de Gand : Depoitre bosse, Simon impose ses 10 Commandements (0-1). Et Louwagie calcule déjà pour son petit Moïse : " Il a quintuplé de valeur. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT