Après un an d'absence sur la scène continentale, Charleroi Action 21 a retrouvé sa place parmi l'élite internationale après avoir remporté une nouvelle fois le titre national. Le club carolo a dominé un championnat qui compte aujourd'hui 14 clubs, dont 4 francophones et un bruxellois. Après avoir livré un Tour Principal européen, c'est très légitimement que les Carolorégiens ont accédé à la suite des opérations : le Tour Elite, en l'occurrence.
...

Après un an d'absence sur la scène continentale, Charleroi Action 21 a retrouvé sa place parmi l'élite internationale après avoir remporté une nouvelle fois le titre national. Le club carolo a dominé un championnat qui compte aujourd'hui 14 clubs, dont 4 francophones et un bruxellois. Après avoir livré un Tour Principal européen, c'est très légitimement que les Carolorégiens ont accédé à la suite des opérations : le Tour Elite, en l'occurrence. Ce Tour d'Elite, qui débute ce mercredi, se déroulera en terrain connu puisqu'il aura lieu au Spiroudôme. Jusqu'au samedi, les amateurs de la discipline - les organisateurs attendent 15.000 visiteurs - pourront assister à six rencontres de haut vol. L'an dernier, toujours dans le cadre de ce Tour Elite, Top Sports Antwerpen avait dû s'incliner face à Chrudim (1-3), comme face à Kairat Almaty (1-5). Le club kazakh, qui avait obtenu de justesse sa place dans le Final 4, est cette année encore financièrement le plus puissant du plateau. Et, il ne sera pas facile pour Action 21, de l'empêcher de décrocher la seule place qualificative pour le Final 4. Flairant comme à son habitude la bonne opportunité, le patron des Spirou, EricSomme, ne s'est pas opposé à ce que la compétition soit organisée à Charleroi. Restait à mettre les désirs en perspective avec la réalité économique. Pour cet événement, un budget prévisionnel de 100.000 euros a été cité. Le soutien de l'échevinat des Sports de la Ville de Charleroi (6.000 Euros) et l'apport logistique du Parc des Sports devraient par ailleurs permettre de boucler le volet financier. Considérés par beaucoup comme des outsiders, les Carolorégiens, soutenus par leur nouveau président, Lucien Romeo, caressent le rêve de s'imposer chez eux. Seuls trois membres du noyau, confié cette saison au coach brésilien Luiz Alberto Medina faisaient partie de l'excellent groupe mis à la disposition de Sergio Benatti en 2004-2005, saison au cours de laquelle Action 21 remporta son unique trophée européen. Il s'agit de Liliu, LucioRosa Lima et André Vanderlei, tous trois originaires du Brésil, au même titre que cinq autres membres du noyau actuel. " J'avais débuté la saison sous les couleurs de Kickers, une équipe coachée par Luiz Alberto Medina et qui était, à l'époque, considérée comme le satellite de Charleroi Action 21 ", dit Liliu, de retour à la compétition en février dernier après avoir dû observer une longue période d'arrêt en raison d'une blessure à un genou. " Lors du mercato hivernal, Benatti avait souhaité m'ajouter à son groupe en prévision du second tour mais me confina le plus souvent au banc, préférant m'utiliser en dernier ressort. Ce fut le cas lors des rencontres face à Moscou, durant lesquelles il a dû faire face à bon nombre de blessures et autres défections. "Parmi ces joueurs diminués à l'époque, citons André, fraîchement naturalisé belge à l'inverse de Lucio Rosa Lima, et pour qui la relation avec Benatti n'atteignit jamais l'apogée. A ce jour, avec 62 buts en 5 campagnes de Coupe d'Europe, il apparaît comme le meilleur buteur européen de Charleroi Action 21 : " Pour moi, à cette époque, chaque but inscrit rapprochait mon équipe de la victoire et mon club d'un sacre attendu depuis de nombreuses années. Et, c'est bien là le plus important à mes yeux. "Lucio, lui, entra de plein pied dans l'histoire quand il qualifia Charleroi Action 21 pour la finale de la Futsal Cup, en reprenant de la tête un centre de Kelson à moins de 40 secondes du terme de la rencontre face à Boomerang Madrid. En arrachant le partage, il assura la qualification des siens. " Cette phase est toujours aussi fraîche dans bien des esprits ", concède Lucio. " Et c'est bien. Si pour moi, ce fut l'état de grâce, le public, qui se déplaçait dans les salles afin de vivre de tels moments, était manifestement exalté. Je suis d'ailleurs particulièrement excité à l'idée de remettre éventuellement le couvert avec mes amis au Spiroudôme. " Dans la foulée des départs de stars telles Robinho - Kelson - Eder, notre trio prit également son ticket de sortie. Alors que Liliu partit à Morlanwelz, André se retrouva au GDL Châtelet avant de rejoindre Lucio et Marcelo Salazar à Saragosse. Mais rapidement, après une excursion qui s'apparentait à un périple, ils rebroussèrent chemin. " Charleroi Action 21 possède la meilleure structure de Belgique ", estime Liliu. " C'est également le seul club susceptible de fournir un contrat pro et de pouvoir en assurer toutes les clauses d'un bout à l'autre d'une saison. Ici, le joueur ne pense qu'au futsal. Il ne se prend pas la tête avec d'autres choses. " Lucio, malgré son talent, se veut beaucoup plus sentimental. En refusant des offres émanant de Russie ou en dénonçant le contrat portant sur deux saisons qui le liait à Saragosse. Pour effectuer un come-back à Charleroi, il a choisi de renoncer à un certain confort financier : " J'ai mes amis ici, les supporters. Le président Locicero m'a toujours épaulé et ne s'est jamais montré ingrat. Pourquoi, dans ce contexte, devrais-je partir sous d'autres cieux ? J'ai tenté l'aventure avec Saragosse mais j'ai eu le mal du pays. Je suis donc revenu. Ici, seule ma fille élevée au Brésil me manque. " Que doit-on faire pour donner au fustal belge une image professionnelle ? " Il importera d'effectuer un grand nettoyage ", ajoute Liliu. " Celui-ci doit commencer au sein de l'URBSFA et au niveau de l'équipe nationale. Beaucoup trop de dirigeants sont centrés sur eux-mêmes plutôt que sur leur club et sur leurs joueurs. "Charleroi Action 21 peut-il remporter une seconde Coupe d'Europe ? Liliu : " Non, c'est un exploit qui ne se répète pas. Prenez El Pozo, l'équipe espagnole qui a enrôlé Vinicius et Lenisio d'authentiques stars au Brésil, et qui n'a jamais remporté cette Futsal Cup. " par cédric bouillon