Le 7 février 2017, il y a presque un an, Feirense affrontait Rio Ave en première division portugaise. Résultat final 2-1 mais avant le coup d'envoi, la Jogos Santa Casa avait déjà retiré tous les paris concernant la partie. L'organe supervisant les paris au Portugal avait été alarmé par le nombre anormalement élevé de mises faites sur ce match. Au total, i...

Le 7 février 2017, il y a presque un an, Feirense affrontait Rio Ave en première division portugaise. Résultat final 2-1 mais avant le coup d'envoi, la Jogos Santa Casa avait déjà retiré tous les paris concernant la partie. L'organe supervisant les paris au Portugal avait été alarmé par le nombre anormalement élevé de mises faites sur ce match. Au total, il y en avait pour un demi-million d'euros. A la fin du mois passé, on a appris que quatre joueurs de Rio Ave étaient soupçonnés d'avoir reçu de l'argent pour ce match. Le club de Porto resserre les rangs et fait front. Marco Carvalho, le directeur de la communication de Rio Ave : " Nous avons toujours formé un groupe soudé et nous soutenons nos joueurs. " Il n'empêche : cette affaire prend des proportions énormes. Plusieurs journaux annoncent que la justice enquête aussi sur d'autres matches, comme Benfica-Rio Ave, du 24 avril 2016 (1-0). Le président Luis Filipe Vieira réagit violemment : " On vise Benfica dans une campagne désespérée pour le priver d'un cinquième titre d'affilée. Les supporters peuvent dormir sur leurs deux oreilles car aucun membre du club n'a tenté d'acheter un arbitre ou des joueurs adverses. " Ce n'est pas la première fois que le football portugais est touché par le match fixing. Il y a deux ans, Europol avait révélé que la mafia russe utilisait Uniao de Leiria, alors en division trois, pour blanchir son argent et se livrer à des paris. L'agent russe Aleksander Tolstikov, devenu propriétaire du club en 2015, avait été arrêté en mai 2016. Un mois plus tard, il était toutefois libéré. Il est toujours président d'Uniao de Leiria. En 2016, la division deux lusitanienne a également été secouée par un scandale. Quinze personnes, joueurs et dirigeants de plusieurs clubs, avaient été arrêtés.