Le titre en D2 est assorti d'un fameux revers : Courtrai a perdu ses buteurs. Cédric Bétrémieux, un puissant avant, a été enrôlé par Roulers et Ernest Webnje Nfor est retourné à Gand, qui l'avait loué. Le médian Vincent Provoost a également rejoint Roulers et la quête de renforts s'est avérée plus difficile que prévu. A une semaine du début du championnat, l'entraîneur Hein Vanhaezebrouck réclamait encore cinq transferts.
...

Le titre en D2 est assorti d'un fameux revers : Courtrai a perdu ses buteurs. Cédric Bétrémieux, un puissant avant, a été enrôlé par Roulers et Ernest Webnje Nfor est retourné à Gand, qui l'avait loué. Le médian Vincent Provoost a également rejoint Roulers et la quête de renforts s'est avérée plus difficile que prévu. A une semaine du début du championnat, l'entraîneur Hein Vanhaezebrouck réclamait encore cinq transferts. Peter Mollez, qui a gagné ses galons de titulaire la saison dernière, est contraint d'effectuer un pas en arrière, au profit de Glenn Verbauwhede. L'ex-Brugeois (prêté par le Club) s'est déchiré le quadriceps une semaine après le début de la préparation mais est fin prêt pour le coup d'envoi de la compétition. Verbauwhede fait face à un défi important : il doit afficher sa classe intrinsèque et prouver qu'il a le niveau de la D1. Composer la défense s'est apparenté à un puzzle car sur papier, seuls quatre joueurs sont de véritables arrières : Bram De Ly, Stéphane Demets, Tristan Lahaye et BrechtVerbrugghe. A l'arrière droit, Lahaye est en ballottage avec De Ly mais il peut aussi jouer un cran plus haut. Le Français a un bon timing aérien, il protège bien le ballon, n'hésite pas à jouer en profondeur mais ses passes manquent de précision et son tir du gauche de puissance. De Ly est fort défensivement et se distingue surtout par son fanatisme. Le capitaine Demets s'appuie sur son expérience pour combler les brèches mais est-il encore assez rapide pour la D1 ? Verbrugghe a un bon jeu de position et conserve bien sa vista. A gauche, JimmyHempte doit exploiter les brèches. Il a été formé au poste de médian, il confère beaucoup de profondeur au jeu, a une bonne passe et un brillant tir de loin. RobClaeys, un jeune du cru, est considéré comme une alternative valable à toutes les positions défensives. Courtrai opte pour un triangle composé de deux médians défensifs. Daniel Calvo est le pare-choc idéal. Il récupère sobrement les ballons et les cède à des coéquipiers au naturel plus offensif. Adlène Guédioura est un Franco-algérien doté d'un énorme abattage et d'un bon bagage technique. Il tire de loin et s'infiltre. Offensivement, le coach compte sur Karim Belhocine. Ce droitier doit assurer une transition rapide tout en soutenant les trois attaquants. Sven Kums, doté d'une bonne vista et d'une touche de balle rapide, plonge rapidement dans le dos d'un avant-centre. Istvan Bakx a vu sa brillante saison couronnée par une présélection dans l'équipe olympique néerlandaise mais il en supporte désormais les conséquences : l'avant de poche, qui évolue généralement à gauche, souffre d'une pubalgie, comme la saison dernière. L'avant brésilien William Xavier Barbosa a été enrôlé à grands renforts de publicité mais il doit apprendre à mieux centrer et à prendre ses décisions plus vite. Vanhaezebrouck veut qu'il cède le ballon aux flancs pour exploiter sa taille et son jeu de tête dans le rectangle. Elimane Coulibaly, un autre solide attaquant, peut le remplacer. A droite, Ibou Sawaneh doit devenir une arme fatale grâce à son opportunisme et sa vitesse. Vanhaezebrouck comprend très bien qu'il est susceptible de se retrouver avec un zéro sur douze initial car le début de championnat est difficile surtout s'il souhaite malgré tout développer un football offensif. Il en est convaincu : parmi l'élite aussi, son équipe parviendra à délivrer des impulsions offensives. Pour concrétiser ses intentions, il devra disposer d'un noyau plus étoffé, surtout quand on sait que Jo Vermast, revenu au nid, souffre des cartilages et ne sera pas prêt au début du championnat. Le manque d'expérience des joueurs peut constituer un handicap, sans doute compensé par l'enthousiasme et l'euphorie nés du titre de la saison dernière. Courtrai a été champion alors qu'il avait entamé l'exercice par un nul et deux défaites. L'année précédente, il ne comptait qu'un point sur 21 après sept journées et avait atteint le tour final. Il réaliserait un miracle s'il échappait aux quatre derniers strapontins. par frédéric vanheule