L'année dernière, lorsqu'il a annoncé son retour en Formule 1, il a été accueilli par le doute : était-il encore capable de piloter ? Après ses adieux en 2009, Kimi Raikkonen n'a plus fait grand-chose : il a roulé en rallye mais il a surtout fait de la casse. Entre les coups, il a pu tenter sa chance dans la NASCAR américaine, sans plus de succès. En plus, un fâcheux précédent s'est gravé dans la mémoire collective de la F1 à propos des come-backs. Depuis son retour en 2010, Michael Schumacher n'ava...

L'année dernière, lorsqu'il a annoncé son retour en Formule 1, il a été accueilli par le doute : était-il encore capable de piloter ? Après ses adieux en 2009, Kimi Raikkonen n'a plus fait grand-chose : il a roulé en rallye mais il a surtout fait de la casse. Entre les coups, il a pu tenter sa chance dans la NASCAR américaine, sans plus de succès. En plus, un fâcheux précédent s'est gravé dans la mémoire collective de la F1 à propos des come-backs. Depuis son retour en 2010, Michael Schumacher n'avait pas réussi grand-chose. Neuf mois et 14 courses plus tard, le Finlandais de 33 ans est pourtant troisième au classement des pilotes, devant Hamilton, Button ou Webber. Mathématiquement, il est toujours en course pour le titre mondial. Evidemment, en F1, il faut une bonne dose de chance pour jouer un rôle de premier plan. La Lotus-Renault a brillamment entamé la saison et après la deuxième place de Raikkonen à Bahrein, tout le monde était certain qu'il gagnerait des courses cette saison. Alors qu'il en reste six, Lotus-Renault n'a pas encore remporté de GP et il semble bien que ce ne soit pas pour cette saison. " Nous sommes trop loin sur la grille de départ ", a commenté Raikkonen le week-end dernier à Singapour. Deux semaines plus tôt, à Monza, il avait également échoué, tout comme à Francorchamps. L'été est donc raté. Malheureusement pour l'équipe de Raikkonen, on discerne un schéma dans cette absence de succès : en 2010 et la saison passée, l'équipe des Luxembourgeois Gerard Lopez et Eric Lux avait débuté la saison avec une très bonne auto. Dans la première course de la saison 2010, Robert Kubica a été deuxième avec Renault (c'était encore le nom de l'écurie) et un an plus tard, Vitaly Petrov était troisième. Chaque fois, l'équipe a régressé en cours de saison. Lotus-Renault ne parvient manifestement pas à faire évoluer le véhicule au fil des mois, contrairement aux autres écuries. Or, en F1, ne pas progresser, c'est régresser. Kimi Raikkonen doit surtout sa troisième place à sa régularité. A l'exception du GP de Chine, où il n'a pu prendre de points suite à une erreur tactique de son équipe, il en a gagné lors de toutes les épreuves, grâce à une concentration qui semble surréaliste à de nombreux observateurs. " La façon dont il parvient à s'isoler pendant un week-end de GP et à se concentrer sur sa tâche est absolument incroyable ", a déclaré Romain Grosjean, son coéquipier, à Singapour. Sur ces entrefaites, Kimi est sorti de sa coquille pendant une interview - un fait rarissime dans le chef du Finlandais : " Il y a des choses plus importantes que la F1 dans la vie. Il n'est donc pas exclu que je fasse autre chose la saison prochaine... " JO BOSSUYT