Oud-Heverlee Louvain est confronté à ses limites. Le président Callewaert a annoncé qu'il faisait passer le budget de 8,5 à 9 millions mais jusqu'à présent, il n'a pu concrétiser son ambition. Il n'a pas non plus trouvé de nouveau sponsor principal et est le seul pensionnaire de D1, avec Charleroi, à ne pas organiser de journée pour les supporters. La préparation a été assombrie par un Remacle qui a tenu le club en otage pendant des semaines avec ses menaces de transfert.
...

Oud-Heverlee Louvain est confronté à ses limites. Le président Callewaert a annoncé qu'il faisait passer le budget de 8,5 à 9 millions mais jusqu'à présent, il n'a pu concrétiser son ambition. Il n'a pas non plus trouvé de nouveau sponsor principal et est le seul pensionnaire de D1, avec Charleroi, à ne pas organiser de journée pour les supporters. La préparation a été assombrie par un Remacle qui a tenu le club en otage pendant des semaines avec ses menaces de transfert. Le talon d'Achille de la saison passée. OHL a engagé une toute nouvelle défense, gardien y compris. Bailly n'a pas convaincu Genk mais retrouve son ancien entraîneur à Louvain. Van Geneugden se fait fort d'entretenir sa concentration. Une fracture du doigt a retardé son intégration et permis à Lenaerts de défendre le but pendant la préparation. De Roeck apporte son expérience et est le nouveau patron. La saison passée, Raymaekers a séduit son entraîneur et il a l'avantage d'être gaucher. Les autres options dans l'axe : Buysens et Hayen, lequel revient prudemment d'une grave blessure au genou. La maladie de Thompson est ennuyeuse pour l'arrière gauche et son retour n'est pas pour demain. Weuts conserve le poste mais s'il est indisponible, OHL n'a plus personne. A droite, l'équipe a profité de la rétrogradation de Westerlo pour enrôler Vanaudenaerde. Le coach considère Boi comme un médian, désormais. Van Geneugden s'en tient à deux médians défensifs. Gislason est une certitude, comme Van Goethem, le seul dont l'option a été levée. Si l'un d'eux est forfait, le triangle médian devra être renversé, faute d'alternatives. Vermeulen ne s'est pas imposé la saison passée et reste en dehors de l'équipe de base. Louvain a encore besoin d'un médian créatif. Roelandts manque de grinta et s'appuie trop sur les phases arrêtées. Du coup, Geraerts risque d'être encore coulé dans un rôle qui ne lui convient pas. Le médian est un peu trop souvent en contact avec le ballon, compte tenu de son style. Annys, Ngalula et Diandy sont partis et n'ont pas été remplacés. Faute de gauchers, Louvain a flirté avec Saglik (ex-Eupen) mais celui-ci a préféré Lokeren. Chuka reste le numéro un en pointe. Le club n'a d'ailleurs personne pour le remplacer : opéré au genou, Ruytinx est indisponible pour des mois et Salou, enrôlé comme doublure en hiver, n'a pas été remplacé. Dehond a joué pendant la préparation mais n'a même pas 17 ans. L'équipe n'a pas la possibilité de lancer un attaquant de plus en cours de match pour refaire un retard ou développer plus de pression. Le jeune Azevedo a bien saisi sa chance après le départ de Iakovenko et la grève de Remacle. De Vriese poursuit sa revalidation après son opération au genou. Ibou plaît et on attend beaucoup de sa collaboration avec Chuka -les premiers matches amicaux ont été prometteurs. Cependant, du trio Remacle-Ruytinx-Iakovenko, qui a évolué de concert au second tour et pendant les play-offs, il ne reste personne et seul Ibou a été embauché. Verbist est nouveau aussi mais il est trop vert. Louvain s'est aisément maintenu parmi l'élite, grâce à sa sagesse et à un brin de chance. Chaque fois qu'il a été menacé, il a gagné. Saint-Trond et Westerlo ont fait le reste. Compter sur pareille chance cette saison reviendrait à jouer à la roulette russe. Louvain a procédé à une injection de qualité en défense mais pas dans les autres compartiments. Pire même : plusieurs départs ont aminci le noyau. La sélection manque d'équilibre, de possibilités de rechange et Van Geneugden doit revoir ses ambitions. Actuellement, une 12e place ne lui semble pas réaliste. Le maintien reste donc l'objectif. Louvain fait du surplace. PAR JAN HAUSPIE