La commission de contrôle entrera ce jeudi dans le vif du sujet dans le volet lierrois de l'affaire des matches présumés truqués. Elle a déjà tenu deux séances. La première a permis de résoudre des problèmes de procédure et la deuxième d'entendre les premiers témoins. Il s'agissait de PatrickVerlooy et VictorSchoups de la commission d'enquête de l'Union Belge. Ils ont expliqué à la co...

La commission de contrôle entrera ce jeudi dans le vif du sujet dans le volet lierrois de l'affaire des matches présumés truqués. Elle a déjà tenu deux séances. La première a permis de résoudre des problèmes de procédure et la deuxième d'entendre les premiers témoins. Il s'agissait de PatrickVerlooy et VictorSchoups de la commission d'enquête de l'Union Belge. Ils ont expliqué à la commission la manière avec laquelle ils ont opéré avant de présenter le dossier Lierse au parquet de la fédération. Les autres témoins seront entendus : Herman Van Holsbeeck (Anderlecht), EdwardVan Daele (Mouscron), les médecins du Lierse et Patrick Deman. Ce dernier, ex-entraîneur des gardiens n'a pas été inculpé malgré ses aveux. Il bénéficie du statut de repenti pour avoir été le premier à collaborer avec la justice de la Maison de verre. LucMisson, avocat de MariusMitu (revenu en Belgique après la fin du championnat ukrainien) estimait cette pratique illégale. Mais RogerVerstringhe, procureur de l'UB, affirme que le parquet inculpe qui il estime devoir l'être : " Dans ma carrière d'avocat, j'ai dû défendre une prostituée. Elle était inculpée pour des faits précis alors que ses cons£urs qui exerçaient dans la même rue et avaient eu le même comportement, ne l'étaient pas. Pourquoi l'une pourquoi pas l'autre ? Sans doute le parquet avait-il ses raisons ". La procédure devant la commission de contrôle pourrait être moins longue que prévu. Après l'audition des témoins, les inculpés devront eux aussi être interrogés. Ensuite viendront les différentes plaidoiries et le réquisitoire du parquet de la fédération (que la commission n'est nullement obligée de suivre au moment du jugement). Que risquent les joueurs ? D'un à trois ans de suspension selon qu'ils savaient mais n'ont rien dit ou qu'ils ont pris une part passive ou active dans la falsification. PaulPut risque nettement plus ( BartDeBruyn, corrupteur et falsificateur dans l'affaire Alost avait pris dix ans de suspension). Quant au Lierse, ce sera tout ou rien : rétrogradé si le lien entre la falsification et le club est prouvé. Acquitté s'il ne l'est pas... G. LASSOIE