Son fils Anton jouant depuis quelques années à Beveren, Marc Van Britsom passait régulièrement au Freethiel, en père et en supporter. Il a porté le maillot waeslandien pendant quinze ans, jusqu'en 1994. " Cette année-là, je me suis marié deux fois, avec Martine et avec le FC Malines ". De fil en aiguille, Beveren a demandé à l'ancien médian d'entraîner l'équipe B.
...

Son fils Anton jouant depuis quelques années à Beveren, Marc Van Britsom passait régulièrement au Freethiel, en père et en supporter. Il a porté le maillot waeslandien pendant quinze ans, jusqu'en 1994. " Cette année-là, je me suis marié deux fois, avec Martine et avec le FC Malines ". De fil en aiguille, Beveren a demandé à l'ancien médian d'entraîner l'équipe B. Van Britsom : " J'ai mis fin à ma carrière à cause de problèmes à la hanche. J'ai été entraîneur principal de Nieuwkerken pendant deux ans puis j'ai arrêté. J'avais envie de revenir dans le milieu, notamment parce qu'il était alors question de Johan Boskamp, avec lequel j'ai vécu de bons moments. J'ai aussi travaillé à Malines avec l'élu, WalterMeeuws. Le fait que je serve de courroie de transmission avec l'équipe A est une bonne chose pour les jeunes. J'ai dû m'organiser puisque je tiens une librairie avec un partenaire. Il m'arrive d'être en retard à l'entraînement du soir mais je m'organise avec un autre coach ". Quand les Réserves jouent le vendredi, Beveren fait essentiellement appel aux jeunes. S'ils se produisent le lundi - dans 70 % des cas jusqu'à présent - des éléments du noyau A sont alignés. Van Britsom : " Nous préférons jouer le lundi mais ce n'est pas le cas de tous les clubs. Les jeunes qu'on aligne le vendredi jouent souvent le samedi dans leur catégorie. La Ligue Pro souhaite qu'on fasse jouer les jeunes en Réserve mais nous estimons que les footballeurs du noyau A ont aussi besoin de rythme. L'entraîneur préfère les ménager le vendredi, au cas où ". Récemment, des voix se sont élevées pour qu'on verse les réserves en D3, dans un vrai championnat. " Ce serait une bonne solution pour des clubs comme Anderlecht ou Bruges. Notre budget est trop serré. Une collaboration avec un club de D3 qui alignerait cinq de nos éléments, par exemple, constituerait une alternative ". En cinq ans sous Jean-Marc Guillou, Beveren n'a plus accordé sa chance aux jeunes, qui sont partis. Van Britsom : " Beaucoup jouent maintenant en D2 ou en D1. Des talents sont restés mais ils sont peut-être encore trop verts pour entrer en ligne de compte pour l'équipe fanion. J'essaie de leur permettre de s'entraîner de temps en temps avec le noyau A. Les jeunes doivent le comprendre : désormais, ils ont leur chance de s'affirmer à Beveren ". PETER T'KINT