Les chiffres qui étonnent

1.400.000 places sont disponibles pour les 31 matches et 85 % des billets sont réservés aux supporters. L'UEFA a reçu plus de 12 millions de demandes en provenance de 206 pays. Le ticket le moins cher pour la finale coûte 50 euros, le plus cher 600.

5.500 volontaires ont été engagés sur 20 sites. Près de 24.000 personnes (54 % de femmes) se sont proposées, venant de 142 pays.

On prévoit une moyenne de 150 millions de téléspectateurs par match. Les images seront retransmises dans 200 pays. Parmi les nations les plus exotiques qui ont acquis les droits : le Brunei, la Mongolie et le Myanmar.

12 pays enverront un arbitre principal : Angleterre, Espagne, Ecosse, Allemagne, Slovénie, Italie, Portugal, France, Pays-Bas, Hongrie, Suède et Turquie. 4 autres auront un quatrième officiel : Pologne, Norvège, Tchéquie et Ukraine. Pierluigi Collina, le responsable des arbitres de l'UEFA, a déclaré : " Cet EURO restera dans les mémoires pour la qualité du jeu mais aussi pour la qualité de l'arbitrage. "

Les clubs recevront de l'UEFA 270.000 euros par international. Durant l'EURO 2008, l'enveloppe (discutée entre l'UEFA et l'Association des clubs européens) contenait 43,5 millions d'euros. Cette somme avait été augmentée pour la Coupe du Monde (55 millions) et le sera encore pour cet Euro (100 millions, soit 270.000 euros par international). A noter que comme l'Euro 2016 en France comprendra huit équipes supplémentaires, l'enveloppe sera augmentée à hauteur de 150 millions pour cette compétition.

L'Euro va booster la Pologne

La Pologne a dépensé environ 21 milliards d'euros pour accueillir le tournoi. En décembre dernier, moins d'un citoyen sur deux (49 %) estimait que ces investissements seraient bénéfiques pour le pays. Entre-temps, le taux d'optimistes a progressé.

Aujourd'hui, 60 % des Polonais voient de bonnes perspectives économiques à moyen et long termes grâce au Championnat d'Europe.

Et si Puyol disait adieu à la Roja ?

Pilier des sacres à l'Euro 2008 et à la Coupe du Monde 2010, Carles Puyol risque de ne pas être du voyage. A 34 ans, le défenseur du Barça doit subir une opération au genou et ratera la finale de la Copa del Rey face à Bilbao le 25 mai. Comme ce genre d'intervention prévoit une indisponibilité de six semaines, l'arrière pourrait ne pas faire partie de la liste définitive. Il resterait alors bloqué à 99 sélections !

Forfaits confirmés...

Chez les Bleus, après le forfait pour problème à un mollet d' Abou Diaby, c'est un autre joueur d'Arsenal, le défenseur Bacary Sagna, qui a vu ses chances d'EURO s'envoler : il s'est fracturé le péroné contre Norwich. Il avait déjà été opéré pour une blessure semblable en octobre 2011, ce qui l'avait tenu éloigné des terrains pendant quatre mois.

...et premiers déçus

On ne sait pas encore qui sera du voyage en juin mais le noyau des Bleus prend forme. En dévoilant une première liste de joueurs évoluant à l'étranger, Laurent Blanc a fait ses premiers déçus puisque ni Louis Saha (qui, après un bon début à Tottenham, était rentré dans le rang), ni David Trezeguet (qui marque pourtant comme il respire mais qui joue en D2 argentine), ni Djibril Cissé(dont la suspension de sept matches a pesé lourd dans la balance), ni Jérémy Mathieu (qui a cédé sa place à Gaël Clichy) ne seront du voyage en Pologne et en Ukraine.

Prolongations espagnole et grecque, Bilic s'en va

Vicente Del Bosque, entraîneur de l'Espagne depuis juillet 2008, a prolongé son contrat jusqu'à l'été 2014. En Grèce aussi, on a décidé de ne pas tenir compte du verdict de l'EURO, tournoi qui a pour habitude de couper pas mal de têtes chez les coaches. Le Portugais Fernando Santos, en poste depuis juillet 2010, a également signé un nouveau contrat jusqu'après le Mondial au Brésil.

A l'inverse, Slaven Bilic, 43 ans, a annoncé qu'il quitterait la sélection croate quel que soit le résultat. Il ne sera donc plus à la tête de l'équipe au maillot à damiers pour rencontrer la Belgique dans le cadre des éliminatoires pour la prochaine Coupe du Monde. Il a fait cette déclaration dans le cadre de l'officialisation de sa pré-liste de 27 joueurs dans laquelle sont présents tous les cadors ( Luka Modric, Ivan Rakitic, Niko Kranjcar, Nikica Jelavic ou Darijo Srna).

A noter la présence de l'ancien joueur de Bruges, Ivan Perisic. Par contre, il y aura deux absents de marque : les attaquants de Bolton, Ivan Klasnic, 32 ans, et d'Hambourg, Mladen Petric, 31 ans.

Menaces de mort pour MacClean

La sélection irlandaise s'appuiera sur des cadres expérimentés comme le gardien Shay Given (Aston Villa), les défenseurs John O'Shea (Sunderland) et Richard Dunne (Aston Villa), le médian Damian Duff (Fulham) et l'attaquant Robbie Keane (LA Galaxy). Sans oublier la nouvelle sensation de Sunderland, James MacClean, qui a reçu des menaces de mort pour avoir choisi l'Eire plutôt que l'Ulster.

Deux nouveaux dans la liste russe

Dick Advocaat qui a annoncé qu'il entraînerait le PSV à son retour de l'EURO, a dévoilé une liste de 26 joueurs. Dans cette sélection, apparaissent deux nouveaux, le défenseur du Dinamo Moscou, Vladimir Granat et le milieu du Lokomotiv Moscou, Magomed Ozdoev, âgé seulement de 19 ans.

Autres particularités de cette liste, les présences de Marat Izmailov, le médian du Sporting Lisbonne qui n'avait plus porté le maillot de la sélection depuis 2006 mais qui profite du beau parcours du club lisboète en Europa League, et de Roman Sharonov, (35 ans), qui n'était plus apparu en sélection depuis septembre 2004. Le capitaine du Rubin Kazan doit sa présence dans la présélection à l'incertitude planant sur la présence du défenseur du CSKA Moscou Vasili Berezutski, blessé à la cuisse.

L'Allemagne à Auschwitz

L'équipe nationale allemande a décidé, après une longue réflexion, de programmer une visite au camp de concentration d'Auschwitz. Dans un premier temps, le manager de la Mannschaft, Oliver Bierhoff, avait affirmé que cette escapade n'avait pas été prévue parce que l'équipe allemande logeait sur la mer Baltique, à 550 kilomètres du camp d'Auschwitz et qu'un tel déplacement ne cadrait pas avec la préparation.

Ces propos avaient soulevé un petit tollé. Dieter Graumann, à la tête du Conseil central des Juifs d'Allemagne, avait souligné : " C'est incompréhensible que les Allemands ne se déplacent pas là où 1,2 million de personnes ont perdu la vie. La Mannschaft doit assumer sa responsabilité historique. Une visite à Auschwitz de l'équipe nationale du pays à l'origine de l'Holocauste a plus d'impact que des milliers de discours de pardon. "

L'Angleterre et les Pays-Bas, qui seront stationnés à Cracovie, située à 70 kilomètres d'Auschwitz, ont également annoncé leur visite au camp de concentration.

PAR PIERRE DANVOYE

1.400.000 places sont disponibles pour les 31 matches et 85 % des billets sont réservés aux supporters. L'UEFA a reçu plus de 12 millions de demandes en provenance de 206 pays. Le ticket le moins cher pour la finale coûte 50 euros, le plus cher 600. 5.500 volontaires ont été engagés sur 20 sites. Près de 24.000 personnes (54 % de femmes) se sont proposées, venant de 142 pays. On prévoit une moyenne de 150 millions de téléspectateurs par match. Les images seront retransmises dans 200 pays. Parmi les nations les plus exotiques qui ont acquis les droits : le Brunei, la Mongolie et le Myanmar. 12 pays enverront un arbitre principal : Angleterre, Espagne, Ecosse, Allemagne, Slovénie, Italie, Portugal, France, Pays-Bas, Hongrie, Suède et Turquie. 4 autres auront un quatrième officiel : Pologne, Norvège, Tchéquie et Ukraine. Pierluigi Collina, le responsable des arbitres de l'UEFA, a déclaré : " Cet EURO restera dans les mémoires pour la qualité du jeu mais aussi pour la qualité de l'arbitrage. " Les clubs recevront de l'UEFA 270.000 euros par international. Durant l'EURO 2008, l'enveloppe (discutée entre l'UEFA et l'Association des clubs européens) contenait 43,5 millions d'euros. Cette somme avait été augmentée pour la Coupe du Monde (55 millions) et le sera encore pour cet Euro (100 millions, soit 270.000 euros par international). A noter que comme l'Euro 2016 en France comprendra huit équipes supplémentaires, l'enveloppe sera augmentée à hauteur de 150 millions pour cette compétition. La Pologne a dépensé environ 21 milliards d'euros pour accueillir le tournoi. En décembre dernier, moins d'un citoyen sur deux (49 %) estimait que ces investissements seraient bénéfiques pour le pays. Entre-temps, le taux d'optimistes a progressé. Aujourd'hui, 60 % des Polonais voient de bonnes perspectives économiques à moyen et long termes grâce au Championnat d'Europe. Pilier des sacres à l'Euro 2008 et à la Coupe du Monde 2010, Carles Puyol risque de ne pas être du voyage. A 34 ans, le défenseur du Barça doit subir une opération au genou et ratera la finale de la Copa del Rey face à Bilbao le 25 mai. Comme ce genre d'intervention prévoit une indisponibilité de six semaines, l'arrière pourrait ne pas faire partie de la liste définitive. Il resterait alors bloqué à 99 sélections ! Chez les Bleus, après le forfait pour problème à un mollet d' Abou Diaby, c'est un autre joueur d'Arsenal, le défenseur Bacary Sagna, qui a vu ses chances d'EURO s'envoler : il s'est fracturé le péroné contre Norwich. Il avait déjà été opéré pour une blessure semblable en octobre 2011, ce qui l'avait tenu éloigné des terrains pendant quatre mois. On ne sait pas encore qui sera du voyage en juin mais le noyau des Bleus prend forme. En dévoilant une première liste de joueurs évoluant à l'étranger, Laurent Blanc a fait ses premiers déçus puisque ni Louis Saha (qui, après un bon début à Tottenham, était rentré dans le rang), ni David Trezeguet (qui marque pourtant comme il respire mais qui joue en D2 argentine), ni Djibril Cissé(dont la suspension de sept matches a pesé lourd dans la balance), ni Jérémy Mathieu (qui a cédé sa place à Gaël Clichy) ne seront du voyage en Pologne et en Ukraine. Vicente Del Bosque, entraîneur de l'Espagne depuis juillet 2008, a prolongé son contrat jusqu'à l'été 2014. En Grèce aussi, on a décidé de ne pas tenir compte du verdict de l'EURO, tournoi qui a pour habitude de couper pas mal de têtes chez les coaches. Le Portugais Fernando Santos, en poste depuis juillet 2010, a également signé un nouveau contrat jusqu'après le Mondial au Brésil. A l'inverse, Slaven Bilic, 43 ans, a annoncé qu'il quitterait la sélection croate quel que soit le résultat. Il ne sera donc plus à la tête de l'équipe au maillot à damiers pour rencontrer la Belgique dans le cadre des éliminatoires pour la prochaine Coupe du Monde. Il a fait cette déclaration dans le cadre de l'officialisation de sa pré-liste de 27 joueurs dans laquelle sont présents tous les cadors ( Luka Modric, Ivan Rakitic, Niko Kranjcar, Nikica Jelavic ou Darijo Srna). A noter la présence de l'ancien joueur de Bruges, Ivan Perisic. Par contre, il y aura deux absents de marque : les attaquants de Bolton, Ivan Klasnic, 32 ans, et d'Hambourg, Mladen Petric, 31 ans. La sélection irlandaise s'appuiera sur des cadres expérimentés comme le gardien Shay Given (Aston Villa), les défenseurs John O'Shea (Sunderland) et Richard Dunne (Aston Villa), le médian Damian Duff (Fulham) et l'attaquant Robbie Keane (LA Galaxy). Sans oublier la nouvelle sensation de Sunderland, James MacClean, qui a reçu des menaces de mort pour avoir choisi l'Eire plutôt que l'Ulster. Dick Advocaat qui a annoncé qu'il entraînerait le PSV à son retour de l'EURO, a dévoilé une liste de 26 joueurs. Dans cette sélection, apparaissent deux nouveaux, le défenseur du Dinamo Moscou, Vladimir Granat et le milieu du Lokomotiv Moscou, Magomed Ozdoev, âgé seulement de 19 ans. Autres particularités de cette liste, les présences de Marat Izmailov, le médian du Sporting Lisbonne qui n'avait plus porté le maillot de la sélection depuis 2006 mais qui profite du beau parcours du club lisboète en Europa League, et de Roman Sharonov, (35 ans), qui n'était plus apparu en sélection depuis septembre 2004. Le capitaine du Rubin Kazan doit sa présence dans la présélection à l'incertitude planant sur la présence du défenseur du CSKA Moscou Vasili Berezutski, blessé à la cuisse. L'équipe nationale allemande a décidé, après une longue réflexion, de programmer une visite au camp de concentration d'Auschwitz. Dans un premier temps, le manager de la Mannschaft, Oliver Bierhoff, avait affirmé que cette escapade n'avait pas été prévue parce que l'équipe allemande logeait sur la mer Baltique, à 550 kilomètres du camp d'Auschwitz et qu'un tel déplacement ne cadrait pas avec la préparation. Ces propos avaient soulevé un petit tollé. Dieter Graumann, à la tête du Conseil central des Juifs d'Allemagne, avait souligné : " C'est incompréhensible que les Allemands ne se déplacent pas là où 1,2 million de personnes ont perdu la vie. La Mannschaft doit assumer sa responsabilité historique. Une visite à Auschwitz de l'équipe nationale du pays à l'origine de l'Holocauste a plus d'impact que des milliers de discours de pardon. " L'Angleterre et les Pays-Bas, qui seront stationnés à Cracovie, située à 70 kilomètres d'Auschwitz, ont également annoncé leur visite au camp de concentration. PAR PIERRE DANVOYE