La scène se déroule dans un des meilleurs établissements de Turin, à l'automne 2019. On sert des plats succulents, accompagnés de vin rouge d'un grand cru. Plusieurs personnalités de la Juventus savourent le succès de leur équipe, qui vient de s'imposer 2-1 en Ligue des Champions, contre le Lokomotiv Moscou. Le président, Andrea Agnelli, occupe la place d'honneur, avec Pavel Nedved. Ils sont accompagnés de Gianluigi Buffon et de l'agent Jorge Mendes. Un seul visage est sombre : celui de Cristiano Ronaldo. Ce soir-là, il n'a pas marqué et même si la Juve n'a pas été défaite, on aurait dit qu'elle avait avalé une bouteille de Javel avant le match, tant sa prestation avait été pâle. Et s'il y a quelque chose que CR7 ne supporte pas, c'est que l'équipe n'évolue pas à son niveau. Quand c'est le cas, il n'hésite pas à rêver tout haut d'un autre employeur. Ce n'est d'ailleurs pas un secret : le PSG et Manchester United figurent tout en haut de sa liste.
...

La scène se déroule dans un des meilleurs établissements de Turin, à l'automne 2019. On sert des plats succulents, accompagnés de vin rouge d'un grand cru. Plusieurs personnalités de la Juventus savourent le succès de leur équipe, qui vient de s'imposer 2-1 en Ligue des Champions, contre le Lokomotiv Moscou. Le président, Andrea Agnelli, occupe la place d'honneur, avec Pavel Nedved. Ils sont accompagnés de Gianluigi Buffon et de l'agent Jorge Mendes. Un seul visage est sombre : celui de Cristiano Ronaldo. Ce soir-là, il n'a pas marqué et même si la Juve n'a pas été défaite, on aurait dit qu'elle avait avalé une bouteille de Javel avant le match, tant sa prestation avait été pâle. Et s'il y a quelque chose que CR7 ne supporte pas, c'est que l'équipe n'évolue pas à son niveau. Quand c'est le cas, il n'hésite pas à rêver tout haut d'un autre employeur. Ce n'est d'ailleurs pas un secret : le PSG et Manchester United figurent tout en haut de sa liste. Avant le début de la pandémie, les intimes du Portugais estimaient qu'il y avait de fortes chances qu'il aille voir ailleurs au terme de la saison. Car Turin n'est pas Madrid. Turin n'est pas en Premier League. Turin est située à l'ombre des montagnes. CR7 n'est pas malheureux dans le nord de l'Italie, mais il n'y rayonne pas de bonheur non plus. Toutefois, la pandémie a fortement réduit le pouvoir d'achat de nombreux clubs, qui ne sont plus aussi enclins à dépenser des sommes considérables pour un seul joueur. Début août, Ronaldo a assisté au premier rang à la défaite de la Juventus en finale de la Coppa Italia contre Naples, et en Ligue des Champions face à l'Olympique lyonnais. Il a certainement rêvé de s'en aller, mais la réalité s'est imposée à lui. Et puis, il a quand même pu ajouter un deuxième titre en Serie A à son palmarès. En outre, Vinovo, où se trouve le centre d'entraînement de la Vieille Dame, est désormais débarrassé de Sarri et l'arrivée d' Andrea Pirlo offre plus de latitude à Cristiano. Ses relations avec Maurizio Sarri étaient pour le moins compliquées, mais apparemment, le courant est passé dès le premier jour entre Ronaldo et le nouvel entraîneur. Fin août, le Portugais a mis les points sur les " i " en postant un message sur Instagram : " Nous allons recommencer à travailler d'arrache-pied pour conquérir l'Italie, l'Europe et le monde ! " Ce n'est sans doute pas un hasard si, dès le premier match amical sous les auspices de Pirlo, CR7 a inscrit un but après vingt minutes, contre Novara. Marquer le premier but sous la direction du nouvel entraîneur, c'est de bon augure ? Probablement, car Cristiano Ronaldo continue à chercher comment s'améliorer. Pendant le confinement du printemps, il a été fasciné par The Last Dance, la série sur Michael Jordan et son incroyable dernière saison aux Chicago Bulls. Une histoire qui l'a inspiré. Mais que peut encore atteindre CR7 durant les dernières années de sa carrière sportive ? Son obsession pour la préparation " invisible ", comparable aux gains marginaux en cyclisme, est intacte. Au fil des années, elle semble même s'accroître. La fête organisée à l'occasion de ses trente ans avait fait couler beaucoup d'encre. On avait dévoilé des photos d'un Ronaldo guindaillant dans un quartier chic de Madrid, avec 150 invités, quelques heures après le blâme 4-0 encouru face à l'Atlético de Madrid. Le 5 février dernier, il a célébré ses 35 ans en s'entraînant, avant de faire une sieste et de déguster un plat d'avocats. Avant ses trente ans, CR7 avait inscrit 52 buts en 118 matches pour l'équipe nationale du Portugal. Depuis, il en est à 49 goals en 48 rencontres et a pu ajouter deux trophées à son palmarès : l'EURO 2016 et la Ligue des Nations 2019. Et la Champions League ? C'est pareil. À trente ans, il avait marqué 72 buts en 109 matches, soit une moyenne de 0,66 but par joute. Depuis, il a trouvé le chemin des filets à 56 reprises en soixante matches, soit une moyenne de 0,93. Il a remporté la coupe aux grandes oreilles à trois reprises. Et il voudrait bien rééditer l'exploit, encore une fois, cette saison.