Combien de fois n'avons-nous pas entendu: -Mon équipe ne déborde pas assez, elle ne passe pas suffisamment par les ailes...
...

Combien de fois n'avons-nous pas entendu: -Mon équipe ne déborde pas assez, elle ne passe pas suffisamment par les ailes... Pour une équipe dominatrice, il est primordial de combiner par les flancs afin de contourner le bloc mis en place par l'adversaire. Jouer avec un seul joueur de flanc devient de plus en plus rare au plus haut niveau. Dans ce cas-là, il s'agira la plupart du temps d'un rapport de force entre deux joueurs ayant le même rôle si l'opposant joue dans le même dispositif. Si l'adversaire évolue avec une double occupation des flancs, jouer avec un seul homme équivaudra à se déforcer sur les ailes. Par contre, dans le centre du jeu, on risque de se trouver en supériorité numérique mais ceci, à un endroit où les espaces sont plus réduits. On profitera beaucoup moins de ce surnombre dans l'axe que si on essaye de le créer sur le flanc.Le sens du dédoublementEn 3-5-2, 5-3-2 avec un seul joueur par flanc, il faudra surtout posséder des éléments capables d'arpenter la longueur du terrain pendant 90 minutes, ce qui représente une charge physique énorme. En 4-3-3, nous avons parlé du caractère figé de ce système et nous ne reviendrons pas sur l'animation des flancs dans ce dispositif Nous nous attacherons uniquement sur le jeu par les flancs en 4-4-2. Il sera important de posséder des joueurs de flanc (aussi bien défenseurs que médians) ayant de la profondeur dans leur jeu. Avoir le sens du dédoublement semble primordial dans leur chef: on peut et on doit répéter aux entraînements des combinaisons basées sur les dédoublements mais les joueurs concernés doivent posséder un sens tactique aigu leur permettant de "sentir" le moment opportun pour s'engager et provoquer l'effet de surprise. Ce système permet également de ne pas focaliser le jeu des flancs sur un joueur par côté uniquement. Le dédoublement ne doit pas se réduire au seul défenseur latéral dédoublant le demi d'aile; celui-ci doit aussi être capable de dédoubler un des attaquants voire le défenseur latéral qui se trouve plus haut dans le jeu. Venir du centre du jeu en vitesse pour plonger dans le dos du joueur se trouvant sur le flanc (attaquant, défenseur ou demi-central) permettra au demi d'aile de créer un effet de surprise capable de déstabiliser l'équipe adverse.Bien définir le rôle des autres joueursL'organisation générale de l'équipe est évidemment capitale afin de ne pas déséquilibrer l'ensemble suite à l'engagement de tout le flanc en zone offensive. Pour permettre un repositionnement et une réversibilité efficaces en perte de balle :le gardien devra évidemment évoluer haut pour intervenir comme couvreur en cas de passe profonde adverse et ainsi "diminuer" l'espace laissé libre dans le dos de la défense, trois défenseurs devront se décaler vers le flanc où l'attaque se déclenche pour prévenir d'une éventuelle perte de balle. Engager le défenseur latéral de l'autre flanc n'amènerait pas grand-chose au niveau de la finition. Si le jeu est fermé d'un côté et que l'on fait tourner vers l'autre flanc (par une transversale, en repassant par le milieu ou par l'arrière), les consignes restent les mêmes et on effectue une sorte de mouvement d'essuie-glaces avec le défenseur latéral d'où l'action était partie qui rentre dans le jeu. Les défenseurs centraux peuvent-ils s'intégrer dans le milieu du jeu si l'action s'engage et s'enclenche sur le flanc? Non, l'introduction d'un défenseur central dans le milieu semble superflue voire déconseillée.les autres milieux: soumettre le demi défensif à un rôle de soutien perpétuel par rapport au ballon au cas où le jeu se referme et que l'on cherche une solution centrale pour faire tourner le jeu paraît être l'idéal. Venir couvrir le flanc en cas de perte de balle éventuelle le "sortirait" de son rôle de pare-chocs central et désorganiserait l'ensemble, c'est pour cela qu'un coulissement des trois défenseurs est préconisé. L'autre demi-latéral aura carte blanche pour se présenter en zone de finition. Tout comme le demi-offensif d'ailleurs. les attaquants: il va sans dire qu'en possession de balle, les deux attaquants sont totalement libres de laisser s'exprimer leur créativité individuelle. Etienne Delangre