Les play-offs endéans les trois ans, la Stanley Cup - le titre en National Hockey League (NHL) - après six saisons. Ce sont les objectifs fixés par Bill Foley quand il a obtenu le feu vert en 2016 : sa nouvelle franchise, les Vegas Golden Knights, était admise en NHL. Le milliardaire a déposé 500 millions de dollars à répartir entre les trente autres équipes de NHL. Nul n'a émis d'objection à ce premier élargissement depuis 2000-2001 et l'admission des Columbus Blue Jackets et de Minnesota Wild.

Las Vegas n'était pas représenté dans les sports professionnels américains. Pas de basket-ball (NBA), pas de football américain (NFL), pas de base-ball (MLB) ni de hockey, la grande passion de Foley, qui a lancé un site internet : VegasWantsHockey.com. " La ligue de hockey est légendaire et nous en faisons désormais partie. C'est un cadeau du ciel pour les 2,3 millions d'habitants de notre ville fantastique ", a déclaré le propriétaire, qui avait déjà vendu 14.000 abonnements pour la T-Mobile Arena quelques semaines après son admission. Le stade est situé entre les hôtels et les casinos sur The Strip. " D'ici un an ou deux, quand l'équipe sera animée d'une mentalité de battants, nous remplirons la salle à chaque match (17.500 places, ndlr). "

Il n'a pas dû patienter aussi longtemps. Las Vegas adore son équipe de hockey sur glace. Elle a dominé la Pacific Division de la Western Conference, gagnant 51 de ses 82 matches, avant de laminer les Los Angeles Kings en huitièmes de finale des play-offs. " L'équipe a confirmé qu'elle avait une chance de remporter la Stanley Cup. C'est exceptionnel car les nouvelles formations doivent généralement patienter des années avant même de participer aux play-offs. Les Golden Knights dépassent toutes les attentes ", relève le Las Vegas Sun. Et : " Ils reflètent la mentalité de la ville. Pression, vitesse, agressivité et flashy. "

Vegas marque en moyenne 3,3 buts par match. Seuls quatre clubs font mieux. Le gardien canadien Marc-Andre Fleury, triple vainqueur de la Stanley Cup, est avec Antti Raanta (Arizona Coyotes) le moins souvent passé de NHL (2,24 buts contre) et aucune équipe n'a fait mieux dans ses 41 matches à domicile, tous disputés dans un stade comble.

" Je vis ici depuis treize ans et jamais je n'ai senti une pareille solidarité ", écrit Ed Graney, éditorialiste du Las Vegas Review-Journal. " C'est comme si une tragédie conduisait au succès ", faisant référence au massacre du 1er octobre, quand Stephen Paddock a mitraillé 58 participants d'un festival de country, du 32e étage du Mandalay Bay. Le maillot numéro 58 a immédiatement été retiré. " La réaction du club et des joueurs dans ce sombre moment de notre histoire a été fantastique. C'est clair ; une équipe de hockey peut guérir la ville. "

Les play-offs endéans les trois ans, la Stanley Cup - le titre en National Hockey League (NHL) - après six saisons. Ce sont les objectifs fixés par Bill Foley quand il a obtenu le feu vert en 2016 : sa nouvelle franchise, les Vegas Golden Knights, était admise en NHL. Le milliardaire a déposé 500 millions de dollars à répartir entre les trente autres équipes de NHL. Nul n'a émis d'objection à ce premier élargissement depuis 2000-2001 et l'admission des Columbus Blue Jackets et de Minnesota Wild. Las Vegas n'était pas représenté dans les sports professionnels américains. Pas de basket-ball (NBA), pas de football américain (NFL), pas de base-ball (MLB) ni de hockey, la grande passion de Foley, qui a lancé un site internet : VegasWantsHockey.com. " La ligue de hockey est légendaire et nous en faisons désormais partie. C'est un cadeau du ciel pour les 2,3 millions d'habitants de notre ville fantastique ", a déclaré le propriétaire, qui avait déjà vendu 14.000 abonnements pour la T-Mobile Arena quelques semaines après son admission. Le stade est situé entre les hôtels et les casinos sur The Strip. " D'ici un an ou deux, quand l'équipe sera animée d'une mentalité de battants, nous remplirons la salle à chaque match (17.500 places, ndlr). " Il n'a pas dû patienter aussi longtemps. Las Vegas adore son équipe de hockey sur glace. Elle a dominé la Pacific Division de la Western Conference, gagnant 51 de ses 82 matches, avant de laminer les Los Angeles Kings en huitièmes de finale des play-offs. " L'équipe a confirmé qu'elle avait une chance de remporter la Stanley Cup. C'est exceptionnel car les nouvelles formations doivent généralement patienter des années avant même de participer aux play-offs. Les Golden Knights dépassent toutes les attentes ", relève le Las Vegas Sun. Et : " Ils reflètent la mentalité de la ville. Pression, vitesse, agressivité et flashy. " Vegas marque en moyenne 3,3 buts par match. Seuls quatre clubs font mieux. Le gardien canadien Marc-Andre Fleury, triple vainqueur de la Stanley Cup, est avec Antti Raanta (Arizona Coyotes) le moins souvent passé de NHL (2,24 buts contre) et aucune équipe n'a fait mieux dans ses 41 matches à domicile, tous disputés dans un stade comble. " Je vis ici depuis treize ans et jamais je n'ai senti une pareille solidarité ", écrit Ed Graney, éditorialiste du Las Vegas Review-Journal. " C'est comme si une tragédie conduisait au succès ", faisant référence au massacre du 1er octobre, quand Stephen Paddock a mitraillé 58 participants d'un festival de country, du 32e étage du Mandalay Bay. Le maillot numéro 58 a immédiatement été retiré. " La réaction du club et des joueurs dans ce sombre moment de notre histoire a été fantastique. C'est clair ; une équipe de hockey peut guérir la ville. "