Demain, le Helsingin Jalkapalloklubi - le club de football d'Helsinki - espère accueillir 10.000 personnes. Le Sonera-stadion serait alors comble. Il abrite le plus grand club de football de l'histoire de la Finlande, celui qui a récolté le plus de succès. L'été dernier, le HJK a disputé quelques joutes amicales dans le stade olympique, plus vaste. 40.000 personnes ont alors assisté au match contre le FC Barcelone.
...

Demain, le Helsingin Jalkapalloklubi - le club de football d'Helsinki - espère accueillir 10.000 personnes. Le Sonera-stadion serait alors comble. Il abrite le plus grand club de football de l'histoire de la Finlande, celui qui a récolté le plus de succès. L'été dernier, le HJK a disputé quelques joutes amicales dans le stade olympique, plus vaste. 40.000 personnes ont alors assisté au match contre le FC Barcelone. La plupart du temps, le HJK évolue au Veikausliiga, devant 5.000 spectateurs. C'est beaucoup pour un championnat qui attire une moyenne de 2 à 3.000 personnes et dont le suspense n'existe plus depuis longtemps. Le week-end passé, grâve à sa victoire 1-4 au TPS Turku, le club de la capitale a ainsi glané son 6e titre d'affilée. L'autre représentant de Turku, le FC Inter, est le dernier à avoir ravi le titre à Helsinki, en 2008. Le HJK, fondé en 1907, est le plus grand club sportif du pays avec 2.500 membres. Il a gagné 25 titres et 11 coupes. Son dauphin, le Haka Valkeakosken, compte 9 titres et 12 coupes. Bien qu'il ait été assuré du titre depuis des mois, le HJK a enrôlé quatre joueurs pendant le mercato estival, pour compenser quelques blessures et pour faire bonne figure sur la scène européenne. Parmi les nouveaux, Aristide Bancé (ex-Lokeren), qui a marqué dès son premier match. " C'est un transfert de dernière minute ", précise le responsable de la communication du club, Joel Aaltonen. " Nous suivions quelques avants finlandais mais nous n'avons pu trouver d'accord et on nous a proposé Bancé, qui était libre. " Le HJK n'a pas une grosse enveloppe pour ses transferts. La crise économique et quelques scandales ont provoqué la disparition de plusieurs clubs et le football n'est pas le sport le plus populaire : il est dans l'ombre du hockey sur glace, qui attire le plus de spectateurs, de sponsors et d'argent. HJK n'a aucune concurrence dans la capitale. Le seul derby l'oppose à Honka, situé dans la banlieue moderne d'Espoo. Olli-Pekka Lyytikaïnen, le président et propriétaire du club, est un magnat de la presse. Il a hérité la présidence de son père. Le budget du HJK représente environ un dixième de celui du Club Bruges. Il oscille entre 3 et 4 millions. Les autres clubs de D1 sont encore moins bien lotis. Le HJK, qui joue depuis dix ans sur une pelouse artificielle, comme la plupart des clubs finlandais, espère beaucoup de sa première participation à la phase par poules de l'Europa League. Il a été le premier club de son pays - et le seul - à disputer la phase par poules de la Ligue des Champions, en 1998-1999. Versé dans le groupe de Benfica, du PSV et de Kaiserslautern, il a pris cinq points. Cette année, il a été éliminé au tour préliminaire par Apoel Nicosie, qui était pourtant mené 2-0 au repos. Dans les années à venir, le HJK espère surtout bénéficier de plus de concurrence au niveau national, afin de progresser : il est trop grand pour la Finlande et trop petit pour l'Europe. PAR GEERT FOUTRÉLe HJK est trop grand pour la Finlande et trop petit pour l'Europe.