Lorsqu'il annonce à RonJans, après le match amical du Standard à Ciney, qu'il signe à Mons le lendemain, le coach néerlandais tombe des nues : le jeune ArnorAngeli a pourtant été l'auteur de deux buts et d'un assist dans les trois premiers matches amicaux des Rouches. Visiblement, son sort est déjà scellé : il n'est revenu de son prêt au Beerschot qu'en transit. Mons, qui s'est déjà intéressé à lui un an plus tôt, saute sur l'occasion pour lui offrir un contrat de trois ans. EnzoScifo le veut absolument et le joueur est enchanté à l'idée de travailler sous sa direction.
...

Lorsqu'il annonce à RonJans, après le match amical du Standard à Ciney, qu'il signe à Mons le lendemain, le coach néerlandais tombe des nues : le jeune ArnorAngeli a pourtant été l'auteur de deux buts et d'un assist dans les trois premiers matches amicaux des Rouches. Visiblement, son sort est déjà scellé : il n'est revenu de son prêt au Beerschot qu'en transit. Mons, qui s'est déjà intéressé à lui un an plus tôt, saute sur l'occasion pour lui offrir un contrat de trois ans. EnzoScifo le veut absolument et le joueur est enchanté à l'idée de travailler sous sa direction. Depuis son arrivée à Mons, il continue sur sa lancée de la préparation au Standard. " On a l'impression qu'il porte le maillot des Dragons depuis toujours ", constate Scifo. C'est peut-être le vrai départ pour ce milieu de terrain gaucher, international chez les jeunes, mais malchanceux. On ne saura jamais s'il aurait percé au Standard sans cet accident survenu à l'entraînement, en décembre 2009, lorsque le lourd KristofVanHout lui retombe sur le genou. " LaszloBölöni m'avait dit, juste avant cela, qu'il comptait sur moi pour le deuxième tour ", se souvient-il. Ce que confirme Jean- FrançoisRemy, entraîneur ad intérim de l'équipe nationale U21. " Bölöni croyait énormément en lui. Arnor a mis du temps à récupérer, physiquement mais aussi mentalement, après son opération. Il a les qualités pour réussir au plus haut niveau. On n'est pas le meilleur dans les catégories d'âge, en U16, U17 ou U18, si on ne possède pas des capacités au-dessus de la moyenne. Son point fort, c'est son pied gauche, qui lui permet d'adresser de longues ouvertures très précises, et qui s'exprime aussi sur les phases arrêtées : coups francs, corners, etc. Je lui vois surtout deux gros défauts : chez les jeunes, il était fort jouette, et surtout, il manquait de vitesse d'exécution. Pas tellement au niveau physique, mais plutôt au niveau de la capacité d'analyser une situation plus rapidement que les autres et d'anticiper. Et plus on monte dans la hiérarchie, plus cette vitesse est indispensable. " Je ne suis pas lent ", assure Arnor, " C'est peut-être ma nonchalance qui donne cette impression. Quant à ma frappe du gauche, elle n'est pas innée : c'est le fruit de longues heures d'entraînement, tout jeune, au parc. "La saison dernière, le Standard l'a prêté au Beerschot, mais de nouveaux pépins physiques l'ont empêché de jouer plus de 14 matches. JackyMatthijssen était toutefois content de lui : " Je ne parlerai pas de ses qualités footballistiques - sa frappe et sa technique - que tout le monde connaît, mais de ses qualités mentales. Il a réussi à s'imposer dans le vestiaire, même en Flandre, et s'est toujours montré à l'écoute. Je me souviens d'un match où il a livré une première mi-temps catastrophique. Après une mise au point au repos, il a livré une deuxième mi-temps magnifique. Si vous croisez Scifo, dites-lui qu'il a effectué un excellent choix en l'engageant. " A Mons, Angeli porte le n°27. " C'était le mien à l'époque de Bölöni au Standard. J'espère qu'il symbolise un nouveau départ. Le numéro dont je rêve, c'est le 10, mais il est déjà pris. Ce dont j'ai besoin, c'est d'un entraîneur qui me fasse confiance et me confie les clés du match. J'aime donner libre cours à mon inspiration. "Angeli a quasiment fait le tour des clubs bruxellois : après des débuts de 6 à 7,5 ans à l'Union Saint-Gilloise, il est parti à Anderlecht, jusqu'en U16. C'est l'arrivée de GeertEmmerechts, aujourd'hui T3 et qui ne croyait pas en lui, qui l'a incité à voir ailleurs. D'abord au Brussels, puis au Standard. Il y a deux ans, son père, pompier à Anderlecht, a sauvé la vie du joueur croate AlenPamic victime d'un arrêt cardiaque à l'échauffement d'un match des Espoirs à l'Académie. " Depuis qu'il est rentré en Croatie, je n'ai plus de contact avec lui. On m'a dit qu'il a eu un nouveau problème cardiaque par la suite " PAR DANIEL DEVOS" On a l'impression qu'il porte le maillot des Dragons depuis toujours " (Scifo)