Le FC Cologne continue de cafouiller. Le 31 janvier dernier, l'international U21 Florian Wirtz, formé par ses soins pendant dix ans, a mis le cap sur le Bayer Leverkusen. L'adolescent n'a coûté que 200.000 euros et doit devenir, à terme, le successeur de Kai Havertz (21 ans), international à dix reprises, qui a signé un contrat de cinq ...

Le FC Cologne continue de cafouiller. Le 31 janvier dernier, l'international U21 Florian Wirtz, formé par ses soins pendant dix ans, a mis le cap sur le Bayer Leverkusen. L'adolescent n'a coûté que 200.000 euros et doit devenir, à terme, le successeur de Kai Havertz (21 ans), international à dix reprises, qui a signé un contrat de cinq ans à Chelsea en septembre, contre la coquette somme de cent millions d'euros. Leverkusen vit une excellente saison. Mardi prochain, il affronte l'Eintracht Francfort en seizièmes de finale de la Coupe et figure tout en haut du classement de Bundesliga. Le club développe un football soigné et dominateur, basé sur les combinaisons et la possession du ballon. L'entraîneur néerlandais Peter Bosz a fait éclater des jeunes comme Nadiem Amiri, Leon Bailey (ex-KRC Genk), Moussa Diaby et Wirtz, qu'on surnomme les Bosz Babes, en référence aux légendaires Busby Babes de Manchester United. Wirtz, un vrai format de poche (1m75) vaut actuellement 24 millions. Seuls deux de ses compagnons d'âge font encore mieux: Jude Bellingham (Dortmund, 27) et Rayan Cherki (Lyon, 25). "Ce qui fait la force de ces jeunes, c'est leur liberté", déclare Bosz. "Je ne commente pas leurs erreurs. Florian est tellement bon que j'ai peur de faire plus de mal que de bien en parlant de lui." Le directeur sportif Simon Rolfes et le CEO Rudi Völler veillent de leur côté à ce que leur diamant brut obtienne son diplôme. Bosz l'a promis à ses parents. C'est pour cela que Wirtz n'a pas joué contre le Slavia Prague en Europe League. "L'entraîneur estime que les humanités sont la Champions League de Florian", a expliqué le père du prodige.