Pour la première fois depuis la création de la Ligue des Champions, les clubs italiens ont récolté le maximum des points mis en jeu lors de la journée d'ouverture. Cet exploit n'a rien d'étonnant puisque la saison dernière le Calcio a placé trois de ses représentants en demi-finales. Mais la portée de ce carton plein est tout autre : il prouve que, sur le terrain, le football a gagné malgré les gros problèmes de structure connus pendant l'entre-saison suite aux décisions d'une fédération incohérente et qui, écarté...

Pour la première fois depuis la création de la Ligue des Champions, les clubs italiens ont récolté le maximum des points mis en jeu lors de la journée d'ouverture. Cet exploit n'a rien d'étonnant puisque la saison dernière le Calcio a placé trois de ses représentants en demi-finales. Mais la portée de ce carton plein est tout autre : il prouve que, sur le terrain, le football a gagné malgré les gros problèmes de structure connus pendant l'entre-saison suite aux décisions d'une fédération incohérente et qui, écartée des grands comités internationaux, a fait en sorte que l'Italie n'a pas plus de poids que les Bahamas. Pour expliquer ce bon moment, certains observateurs prétendent que les équipes transalpines profitent de la baisse des droits de TV en Angleterre et en Espagne et que le fait que l'Italie a vécu cette crise deux ou trois ans plus tôt constitue un avantage à l'heure actuelle. S'il est vrai que ces dernières années, il y a eu de moins en moins de gros transferts entrants et de plus en plus de gros transferts sortants, cet argument économique n'explique pas tout puisque des équipes comme le Real ou Manchester ne ressentent pas le problème comme les autres clubs de leur championnat. En revanche, probablement pour des raisons économiques, les clubs italiens ont misé sur une certaine stabilité dans leurs noyaux et cela finit par payer. Il y a aussi le fait que les dirigeants des équipes habituées à figurer sur la scène continentale ont décidé d'avancer la préparation. Il n'est plus question de disputer le premier match européen alors que le stage d'été est à peine commencé et que dans les autres pays le championnat a déjà repris depuis plusieurs semaines. Comme toujours la médaille a son revers : la différence entre les grands et les petits n'a fait que s'accentuer. L'expression qui voulait que le championnat d'Italie n'était pas le plusbeau mais le plus difficile n'est plus d'actualité. Le fossé entre clubs métropolitains et clubs provinciaux s'est creusé et la glorieuse incertitude du foot en a pris un coup. (N. Ribaudo) CESAR, le Brésilien de la Lazio, s'est occasionné une lésion du cinquième métatarse du pied gauche. COUPE D'ITALIE : le programme des matches de qualification à la phase finale (aller 30/9 retour 29/10). Le vainqueur rencontrera l'équipe figurant entre parenthèses Pro Patria-Sampdoria (Milan), Palerme-Brescia (Rome), Venise-Empoli (Parme), Sambenedettese-Modène (Lazio), Salernitana-Reggina (Inter), Brindisi-Bologne (Udinese), Cesena-Pérouse (Chievo), Teramo-Sienne (Juventus). BUTEURS : 1. Adriano (Parme) 4 buts ; 2. Bresciano (Parme), Chiesa (Sienne), Shevchenko (Milan), Trezeguet (Juventus), Di Vaio (Juventus) 3.