Le 11 mai 1981, Bob Marley s'éteint à 36 ans dans un hôpital de Miami, des suites d'un cancer. Six mois auparavant, en septembre 1980, son meilleur ami, Allan SkillCole, l'a vu s'effondrer au cours d'un match à Central Park, New York. " De la bave s'échappait de sa bouche, il ne pouvait plus parler. Il était tout blanc et refroidissait. " Le lendemain, les médecins diagnostiquaient une tumeur au cerveau. Les poumons et l'estomac étaient déjà touchés également. Un jour plus tard, le 23 septembre à Pittsburgh, Ma...

Le 11 mai 1981, Bob Marley s'éteint à 36 ans dans un hôpital de Miami, des suites d'un cancer. Six mois auparavant, en septembre 1980, son meilleur ami, Allan SkillCole, l'a vu s'effondrer au cours d'un match à Central Park, New York. " De la bave s'échappait de sa bouche, il ne pouvait plus parler. Il était tout blanc et refroidissait. " Le lendemain, les médecins diagnostiquaient une tumeur au cerveau. Les poumons et l'estomac étaient déjà touchés également. Un jour plus tard, le 23 septembre à Pittsburgh, Marley donnait le dernier concert de la tournée Uprising avant d'entamer une chimiothérapie. Esther Anderson, qui fut l'amie du chanteur au début des années 70 et était l'ex de Marlon Brando, prétend toujours que c'est une blessure encourue en jouant au football qui a entraîné la mort de Marley. " Il aurait mieux fait de répéter et de composer au lieu de dribbler comme un malade ", confiait-elle à Wiep Idzenga. " Bob s'est blessé à l'orteil et c'est cela qui a causé le cancer l'entraînant dans la mort à 36 ans. " Anderson fait référence à un match de football en 1977, au début de la tournée Exodus. A Paris, Marley, son groupe et quelques musiciens français affrontent les Polymusclés, une équipe de journalistes et d'acteurs. Après un contact rugueux avec un défenseur français qui lui marche sur le pied, Marley quitte le terrain en boitant et constate qu'il a perdu l'ongle du gros orteil. Deux mois plus tard, à Londres, un docteur lui annonce une terrible nouvelle : acral lengitinous melanoma, une forme rare et agressive de cancer de la peau. Seule une amputation peut le sauver mais Marley refuse et, quelques mois plus tard, à Miami, il se fait soigner chez le Dr William Bacon, qui ne retire qu'une partie de l'orteil et lui conseille de passer une visite de contrôle tous les trois mois. Il ne le reverra cependant que fin 80, plusieurs mois après que des spécialistes de New York lui avaient annoncé qu'il était en phase terminale. En dernier recours, en 1980, l'icône du reggae rencontre Jozef Issels, un médecin allemand controversé pour son passé nazi et auteur du livre au titre douteux Mein Kampf gegen den Krebs (Mon combat contre le cancer). Admis à l'hôpital d'Issel dans les Alpes bavaroises, Marley joue régulièrement au football dans la grande salle des malades et regarde chaque semaine l'enregistrement de Match of the Day que lui envoie l'attaché de presse britannique de sa firme de disques. Le 9 mai, après une dernière opération, Jozef Issel abandonne la lutte et Marley prend l'avion pour Miami, où il meurt deux jours plus tard.