On connaît la rivalité entre Mohamed Dahmane et Salvatore Curaba. Le premier est un pilier de l'URLC, en D1 amateur. Le deuxième est président de la RAAL, un étage plus bas. Les deux hommes n'hésitent pas à se déchirer publiquement sur fond de pratiques douteuses.

Quand la justice s'est mêlée de la comptabilité de l'URLC, avec des soupçons d'argent noir, Curaba a expliqué dans nos pages ce qu'il pensait de ce football sale. Et Dahmane s'amuse à répliquer. Bref, c'est chaud entre ces deux clubs qui partagent le même Tivoli et ont failli fusionner il n'y a pas si longtemps.

Sur le terrain, ça ne va pas ! La RAAL a été battue le week-end dernier et navigue à la neuvième place. Le club a publié un communiqué ce lundi : Nous nous désolons du niveau actuel de nos couleurs (...) À ce jour, nous envisageons toutes les pistes.

Le club doit aussi gérer la plainte d'un ancien joueur, Omar Diarra. Il attaque la RAAL pour défaut de paiement, faux en écriture et usage de faux. Salvatore Curaba parle d'une tempête dans un verre d'eau. Et Dahmane a commenté l'info avec son humour : J'apprends quoi ? Salvatore Curaba accusé ? Non, pas vous... Vous êtes ce président modèle de club de grand standing baigné dans l'honnêteté qui voulait nettoyer le football amateur...

De son côté, Dahmane ferraille depuis des semaines pour racheter l'URLC avec quelques investisseurs. Mais les négociations sont hyper tendues avec le président Huseyin Kazanci et la signature finale a été plusieurs fois reportée. Elle aurait dû intervenir en fin de semaine passée, ça ne s'est pas fait, et avant le match de ce week-end, un représentant de la direction est descendu dans le vestiaire pour annoncer que le staff et les joueurs seraient virés dès ce lundi. Le match a été perdu et l'URLC patauge à la douzième place. Dahmane a répliqué : si la signature n'était pas officialisée en ce début de semaine, il convoquerait la presse pour un grand déballage. Il a ajouté : " La Louvière, c'est un épisode de Dallas. " Bien résumé.

On connaît la rivalité entre Mohamed Dahmane et Salvatore Curaba. Le premier est un pilier de l'URLC, en D1 amateur. Le deuxième est président de la RAAL, un étage plus bas. Les deux hommes n'hésitent pas à se déchirer publiquement sur fond de pratiques douteuses. Quand la justice s'est mêlée de la comptabilité de l'URLC, avec des soupçons d'argent noir, Curaba a expliqué dans nos pages ce qu'il pensait de ce football sale. Et Dahmane s'amuse à répliquer. Bref, c'est chaud entre ces deux clubs qui partagent le même Tivoli et ont failli fusionner il n'y a pas si longtemps. Sur le terrain, ça ne va pas ! La RAAL a été battue le week-end dernier et navigue à la neuvième place. Le club a publié un communiqué ce lundi : Nous nous désolons du niveau actuel de nos couleurs (...) À ce jour, nous envisageons toutes les pistes. Le club doit aussi gérer la plainte d'un ancien joueur, Omar Diarra. Il attaque la RAAL pour défaut de paiement, faux en écriture et usage de faux. Salvatore Curaba parle d'une tempête dans un verre d'eau. Et Dahmane a commenté l'info avec son humour : J'apprends quoi ? Salvatore Curaba accusé ? Non, pas vous... Vous êtes ce président modèle de club de grand standing baigné dans l'honnêteté qui voulait nettoyer le football amateur...De son côté, Dahmane ferraille depuis des semaines pour racheter l'URLC avec quelques investisseurs. Mais les négociations sont hyper tendues avec le président Huseyin Kazanci et la signature finale a été plusieurs fois reportée. Elle aurait dû intervenir en fin de semaine passée, ça ne s'est pas fait, et avant le match de ce week-end, un représentant de la direction est descendu dans le vestiaire pour annoncer que le staff et les joueurs seraient virés dès ce lundi. Le match a été perdu et l'URLC patauge à la douzième place. Dahmane a répliqué : si la signature n'était pas officialisée en ce début de semaine, il convoquerait la presse pour un grand déballage. Il a ajouté : " La Louvière, c'est un épisode de Dallas. " Bien résumé.