OFFRE PAYANTE PROXIMUS

L'un des produits phares reste la Champions League, avec l'intégralité des rencontres et le multi-live. " Le supporter va choisir un match précis tandis que le passionné, celui qui veut tout savoir immédiatement, va se brancher sur le multi-live ", explique Marc Delire. Proximus a supprimé le studio d'avant et d'après-match pour le championnat belge afin de réaliser des économies. Par contre, il est préservé en Champions League. L'équipe de consultants ne change pas. Entraîneurs en D1 belge, Yannick Ferrera et Johan Walem seront présents en fonction de leur disponibilité.
...

L'un des produits phares reste la Champions League, avec l'intégralité des rencontres et le multi-live. " Le supporter va choisir un match précis tandis que le passionné, celui qui veut tout savoir immédiatement, va se brancher sur le multi-live ", explique Marc Delire. Proximus a supprimé le studio d'avant et d'après-match pour le championnat belge afin de réaliser des économies. Par contre, il est préservé en Champions League. L'équipe de consultants ne change pas. Entraîneurs en D1 belge, Yannick Ferrera et Johan Walem seront présents en fonction de leur disponibilité. " Thomas Chatelle, Alex Teklak et Benoît Thans forment le reste de l'équipe, tandis que Khalilou Fadiga et Walter Baseggio sont dans le groupe élargi. " Quand il accueille deux consultants en plateau, Delire veille à la complémentarité des profils. " Peu importe qu'il s'agisse de deux entraîneurs ou d'anciens joueurs : ce qui importe, c'est qu'ils ne soient pas toujours d'accord, sans créer pour autant la polémique. Thans a dépassé la cinquantaine alors que Ferrera a la trentaine : on peut jouer sur le conflit de générations. Si Walem et Teklak débattent ensemble, je sais qu'aucun des deux ne se laissera faire par l'autre. Mon rôle est de veiller à ce que le niveau d'analyse reste élevé. " Pour le reste, l'offre 11+ de Proximus (foot européen) contient toujours le championnat portugais et s'est enrichie des deux chaînes Eleven. Le " petit nouveau " du paysage télévisuel se décline en deux chaînes : Eleven (football, avec les droits des championnats espagnol, français, italien, écossais et brésilien ainsi que la FA Cup) et Eleven Sports (cyclisme, basket, etc. mais aussi du foot quand deux affiches seront programmées en même temps). La première chaîne a officiellement vu le jour le 2 août, avec le Community Shield entre Arsenal et Chelsea comme rampe de lancement. Des matches écossais et brésiliens ont été programmés dans la foulée. Ce vendredi, Eleven couvrira l'ouverture de la Ligue 1 et le duel Lille-PSG. " L'avant-match sera enrichi d'un magazine officiel de la Ligue 1 ", précise Jan Mosselmans, rédacteur en chef. " Nous utiliserons le même genre de contenu pour les autres championnats. Nous disposons aussi des images des chaînes de clubs que nous diffusons, comme celles de l'AC Milan et d'Arsenal. " Pour le reste, c'est encore flou. Le fait que Mathieu Istace et Alex Teklak, indépendants et traditionnellement employés par Proximus, aient commenté le Community Shield participe à cette confusion. Eleven a d'abord pensé à l'acquisition des droits et puis seulement à la mise en place d'une structure qui suscite, au sein du milieu, des commentaires négatifs (journalistes travaillant en cabines et pas depuis les stades, etc.) Quelle sera la programmation précise ? Qui commentera ? De grosses avancées sont prévues pour août, avec deux buts : créer une équipe de journalistes/consultants et donner une visibilité à la marque. On en saura plus le 21 août, jour de la conférence de presse de présentation d'Eleven Sports (visible, elle, à partir du 22). A l'heure de rédiger ces lignes, aucun accord avec Voo n'avait été conclu. En coulisses, on serait plutôt tenté d'observer durant quelques semaines ce qu'Eleven met en place et la qualité du produit avant de lancer. Be tv a (pour l'instant ?) perdu la Série A et la Ligue 1 mais compte mettre le paquet sur l'Eredivisie, la Premier League et la Bundesliga, dont la chaîne conserve les droits, pour apaiser le mécontentement des abonnés. Et si Eleven débarque, Be tv aura le même contenu que ce qu'on trouve sur Proximus, plus les trois compétitions citées. Les " perdants " seraient les journalistes de Be tv, qui auraient moins de matches à commenter. Dans cette optique, à un an de l'Euro 2016, la rédaction compte miser sur l'ancrage belge (Maxime Lestienne au PSV, les internationaux des clubs anglais, etc.), notamment dans L'Europe des 11, où les débats et les analyses seront adaptés en fonction des rencontres. Deux soirées de Champions League le mardi et le mercredi, une soirée d'Europa League avec deux rencontres le jeudi : si on y ajoute les nombreux résumés des autres matches, le menu reste copieux pour Club RTL, qui comptera toujours sur Stéphane Pauwels et Anne Ruwet à la présentation. Pas de grands bouleversements mais quelques aménagements : décor actualisé, une nouvelle table qui servira de lien entre les programmes foot, etc. Auparavant, la direction cloisonnait ses programmes, la Champions League étant synonyme de prestige alors que le côté plus populaire de l'Europa League était mis en avant. Aujourd'hui, la chaîne veut plus de relations entre ses équipes et des journalistes/consultants aptes à travailler sur les deux compétitions. PAR SIMON BARZYCZAK PHOTOS ISTOCK/ BELGAIMAGE