LUNDI GARE À LA DAME BLANCHE

Rednic-Duduche, 1 partout. En attendant le pow-wow de fin de saison, Rednic égale son boss au protocole : après l'Ambassadeur nippon, voici celui de Roumanie, le sieur Tinca est même reparti avec un maillot floqué à son nom. Mais Mircea a oublié de tester son pied gauche, dommage pour son quota de transferts roms. Pour l'avenir, Mirallas le jure : " Je finis ma carrière au Standard. " De Vérone, Théréau dit pareil pour Charleroi... mais d'abord le taf : " Je vise les Bleus car Deschamps me suit. "
...

Rednic-Duduche, 1 partout. En attendant le pow-wow de fin de saison, Rednic égale son boss au protocole : après l'Ambassadeur nippon, voici celui de Roumanie, le sieur Tinca est même reparti avec un maillot floqué à son nom. Mais Mircea a oublié de tester son pied gauche, dommage pour son quota de transferts roms. Pour l'avenir, Mirallas le jure : " Je finis ma carrière au Standard. " De Vérone, Théréau dit pareil pour Charleroi... mais d'abord le taf : " Je vise les Bleus car Deschamps me suit. " A donf... A Zulte on fête la 1re place, Dury en oublie son propre règlement diététique : Franky & Loulou, les traiteurs du Spelershome, ont une Dame Blanche pour chaque joueur. France Football vient sonder le duo Hazard/Malanda, Thorgan jure qu'il restera en cas de Champions League. Même le maïeur jubile : " Cette saison vaut 20 ans de marketing. " La preuve, le stade sera rénové pour l'Europe : le club athlétique accepte qu'on lui bouffe 4 m de piste et... les toilettes seront agrandies. Pour soulager d'avance les soirées arrosées ? Monsieur l'agent. Pour info à Mogi, son pote Stef Demol est libre et, pour l'habituelle communication par textos, son n° GSM n'a pas changé. Le Bruxellois quitte la Thaïlande après 4 mois, les moussons très peu pour lui. Charleroi signe Sébastien Dewaest, un défenseur de Roulers. Car Frenay, le copain de Mogi, injecte des thunes au Schiervelde : le cas White Star fait école, les clubs deviennent guichets pour les intermédiaires. Les mots... Au comité des litiges, on kiffe George Washington et sa Déclaration des Droits ricains. Avec son Premier Amendement juste pour Van den Brom : la libre expression est aussi un droit à Laeken, surtout dans l'émotion d'après-match et vu les finesses de la langue. Oui, verneuken veut dire entuber, mais outre-Moerdijk c'est fait avec délicatesse : Boucaut peut donc dormir tranquille sans sa culotte en zinc. Coach John paiera juste 300 soussous : à compter une brique de salaire annuel, le T1 mauve rogne... 52 minutes de son taf. ... pour le dire. VDB ne doit pas postuler tout de suite outre-Manche : pour ses diatribes anti-refs, même Sir Alex a pris, depuis 2007, 13 matches en tribune et... 102.000 euros d'astreinte ! Depuis Courtrai, Vanhaezebrouck ironise : " Les Hollandais ont droit à un autre dico que nous. " Promis-juré : la prochaine fois, Johnny fait son Luis Suarez dans le bras de Ref Alex. Au max, ça tarifera un sursis pour enthousiasme. Ladies First. A Mons, Lommers re-kiffe les PO2 : malgré son serment d'en rester là, l'Alain de l'Albert fait appel pour le coup du joker-fantôme courtraisien. Car le règlement, c'est le règlement : " Si on laisse passer ça, on met 15 joueurs sur la feuille, 10 en tribune et on fait monter n'importe qui. " Scifo verse plutôt dans les hochets, à 47 ans Enzo joue les papys destroys, il est grand-père d'une petite Romy. Losada est cité au Tondreau, le Kiel a entamé sa grande braderie. Liquidation totale. Au Parc, Van Holsbeeck prépare son grand dé-stockage de l'été : sur les 54 joueurs du noyau, 37 filent à l'étalage car la masse salariale atteint... 36 millions d'euros - allô Platoche ? Odoi, Safari, Canesin, De Sutter et... Vargas intègrent la charrette aux rebuts : l'infirmerie mauve a suffisamment scruté leur anatomie. Ahmed Hassan a tout compris : il fourgue en test l'un de ses protégés, sobrement intitulé... l'Iniesta égyptien. Pleine lucarne. La bombe van den Brom fait son effet : Jeurissen a peur, la CCA écarte Boucaut des matches mauves. Car selon la formule consacrée : " Il faut protéger l'arbitre contre lui-même. " A Laeken, Paul Allaerts a trouvé de quoi booster les hommes en noir : faire du foot avec Walem et Verheyen. On est curieux de voir Nzolo marquer du genou et Gumienny brosser une frappe liftée dans la lunette. Un conte de fées. Genk a déjà gagné la Coupe dans les tribunes : le Racing enverra 30.000 fans au Heysel face au Cercle, nouveau record du genre. Le soir, Simaeys fait sa chochotte devant Dortmund-Real : " Ce Lewandowski ne casse rien, je l'avais mangé avec Bruges contre Poznan en 2009. " Degraen éructe, Anderlecht lui refait le coup de Praet en débauchant Ademoglu, un talent de 15 ans suivi par toute l'Europe. Car Herman aime aussi faire le bien : le bambin est issu d'une famille de réfugiés, son père a la leucémie et son petit frère est handicapé. Une déprime de Diable. Wilmots casse l'ambiance pour la 1re Twitter-interview de mémoire de dircom à Houba Street : " Non, devenir coach fédéral n'a jamais été mon rêve, non je ne plongerai pas dans l'Amazone si on est champion du monde, non mes meilleurs souvenirs sportifs ne sont pas liés aux Diables mais à... mes 4 titres avec Jodoigne entre 9 et 13 ans. " Sinon, pour cette 15e place FIFA, ça farte quand même Marco ?Totale pression. Twitter vous rend le moral,van den Brom poste une photo de lui, pleine banane et full swing, au Golf de Waterloo : la pile mauve se fait 18 petits trous avant de filer l'apéro au clubhouse. Tournée générale à 300 pièces, Johnny ? A Neerpede, son capi happe la pression : " Cassez-moi si ça vous chante, au moins l'équipe sera tranquille. " Biglia le jure, le vestiaire respire la confiance et lui n'a plus de migraine, même si ses Skype de janvier avec l'Inter n'ont rien donné. Place même aux fleurs : " La plus forte équipe des play-offs, c'est le Standard. " Les fans apprécieront. Au Clasico, les Mauves sortiront les vieux maillots de 73 avec Belle-Vue dessus, car le brasseur familial a 100 balais : de la pression, toujours de la pression sur Coach John. Tiens : et si on rappelait aussi Van Binst, Dusbaba, Haan et Geels ? Encore ces arbitres. Encore un tacle-carotide de Duchâtelet pour son Pif François ? Saint-Trond reluque sa place au tour final, le White Star dénonce des pressions sur le comité. Ben oui : malgré les pétrodollars de leurs golfeurs dubaïotes, les Etoilés ratent la licence et penchent vers la D3. Heureusement il reste le Comité d'Arbitrage avec le Beerschot juste devant dans la file. Prosit. Les points divisés par deux, les tribunes vides... et maintenant un décès : ces play-offs sont maudits. Le bureau Ernst & Young reporte son rapport, le chargé de projet est... mort : les fans d'une D1 à 18 auraient donc opté pour la lutte armée ? " Supprimer la division des points serait un non-sens " martèle Ivan De Witte, l'homme qui avait un jour osé le partage... aux 2/3. Allez, santé : " On ne va pas vidanger un Grand Cru pour une vinasse. " Droit de réponse aux fans Jupiler. La voix de son maître. Avant le week-end, atelier Macramé &Com de crise au Parc : après Capi Lucas, Coach John et DG Herman enchaînent devant stylos et micros bien triés par le desk com. John Dusolex a pigé le savon du chef et se flagelle dans toutes les langues, Van Holsbeeck embraie : " Si les vedettes ne se bougent pas, elles auront affaire à moi. " Un mot quand même pour nos amis refs, Herman ? " Marre des erreurs, marre de la politique, il faut des pros car on joue 15 millions d'euros. " Ben oui, comme chaque année. On retaille... Garrido peut reprendre son activité favorite, le Puzzle 11 pièces : Odjidja est désossé par un collègue dont le Breydel conserve l'identité secrète. Le toubib replace le tibia sans sortir le hachoir, l'opération est évitée. Et surtout : le transfert estival reste jouable. Mais gare aux kg pris entre-temps par le médian-bibendum : les nouveaux maillots du Club sont très cintrés. Et surtout équivoques : le 3e jeu, de teinte Bordeaux, penche dangereusement sur le mauve. Et les immondes vareuses jaunasses iront sûrement à une opération com du service social. ... le costard. A Lokeren aussi on refait la garde-robe, une designeuse locale a même sondé l'imagination des joueurs. Le jaguar baveux conçu sur le torse par le duo Persoons-Overmeire a toutes ses chances. L' histoire ne dit pas si Harbaoui a proposé comme logo le Ciman écartelé. Lunette à gogo. Un Köteles au régime poulpe vaut bien un duo Kawa-Ciman tout pâteux : passé son intermède Standard, Harbaoui repart tout sec contre Genk, Lokeren reprend son rythme de play-offs (0-0). Titulaire et sans son plaid hivernal, Plet ne pèse pas lourd, la Been Factory loupe encore le coche. Et le Cercle peut déprimer : si le Racing rate le top 2, adieu l'Europe. Oui, même en D2. Pelé forever. " Pelé est un parfait imbécile " : en crochetant par Gentbrugge, Romario reverrait son jugement. Contre Courtrai, Mboyo fête le Sabbat avec sa 18e graine... mais c'est van der Bruggen qui est élu Buffalo de la saison (1-0). Dernier espoir des Montois vainqueurs au Lisp via l'ex-régional Jarju (0-1) ? Que ce bon vieux délégué du KVK ait re-foiré l'un des changements à Gand. The Loveboat. Les play-offs 2, c'est sympa tout plein : illustration en poule B où OHL, Malines et Charleroi se partagent la tête... avec moins de 50 % des points (7/15). A Louvain, les Zèbres bétonnent leurs stats Catenaccio mais paument leur destin : je n'encaisse pas mais je ne marque pas non plus, d'autant qu'Ibou ravit son agent Mogi en vautrant son péno comme un vulgaire Mauve. A Malines la croisière s'amuse : l'insubmersible Bateau fait chavirer son KV en lestant grave le rafiot Waasland (2-0). Si ce n'est toi... Le Coach de l'année 2012 retrouve un futur, Courtrai va prolonger Vanhaezebrouck. Sous-question : le délégué distrait fait-il partie du deal ? A Charleroi, Mehdi doit donc biffer Billie Turf de sa short-liste : reste Mazzu, déjà présent en tribune à Louvain. Au White Star, Felice ne voulait pas servir de prête-nom, Ludovic Batelli bien : l'ex-coach de Troyes signe au Fallon. Au Brussels, Kevin Nicaise encore plus fort que Baguette : Vermeersch fait jouer son salarié... le pied cassé contre Heist (1-1). C'est le secret, Molenbeek reste en D2 Mea Maxime culpa. Dans son sermon, DG Herman avait omis d'évoquer la damnation des pénos. De fait, Mbokani pique la place de Nuytinck et moufte le cuir dans les papattes à Kujovic : à Bruges Anderlecht coule encore des 11 mètres, Dieu passe la main. Cette fois, Garrido avait tiré les leçons des toppers d'avant : un entrejeu musclé et un Lestienne rhabillé en vraie Gazelle (2-1). " Ce résultat est un drame, notre beau jeu n'est pas récompensé ", conclut T1 Johnny, toujours myope sur l'animation mais élève modèle, cette fois, sur le ref presbyte sur le but de Tommeke. Faites vos jeux, rien ne va plus : le grand casino des play-offs tourne au vinaigre mauve. Un poco de Paulo. Comme la France gauchiste de 2002 votant Chirac pour tacler Le Pen, le peuple mauve se pince le nez pour pousser le rouche à l'autre bout de l'E40. Ca marche : annoncé blessé toute la semaine, Mpoku (4e but de suite en PO) fait son Balotelli mosan et montre à Bruxelles ce qu'est un péno bien profond, (1-0). Et pourtant oui : l'action était encore hors-jeu. Et pourtant non : ce n'était pas l'assistant dormeur du Gaverbeek. Mais promis-juré : on ne parle plus du titre d'ici le Clasico, à prester sans Kanu. Zulte n'avait plus perdu away depuis août 2012 : le leader ré-exultera-t-il ?