LUNDI

ERIK LIBOIS, AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT
...

ERIK LIBOIS, AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORTMou du genou. Odjidja s'allège de quelques nano-grammes : opéré du cartilage du genou, Vadis prend pour deux mois. " Parfois ça prend six mois... ", douche le Dr Martens. Sensible à l'argument, Mannaert annonce un renfort... et la cote de Gorius de remonter. Vadis a sa solution : " Mon successeur, c'est Thibaut Van Acker. " Merci de pousser les jeunes, mais bon... Inch' Allah. Salamalecs, danse de la pluie, incantations aux esprits du vent, tout y passe : Martens, François et l'agent de Tchité accueillent bras en croix le patron de la Fédé rwandaise. Son Excellence de Kigali rencontre sous peu Sa Lumière Sérénissime Sepp Blatter, Grand Timonnier de Zurich, son appui est donc précieux pour bétonner les matatas à son Mémé. Sauf que, Routard de Belgique oblige, le brave Célestin Ntagungira Abega a emporté son parapluie : " En fait, cette affaire ne me concerne pas. " Et le clan Tchité d'embrayer : " Si on ne gagne pas, on va au tribunal. " Voitures... Grâce au footeux, la bagnole conserve ses usages multiples. Staelens est privé de permis, le T2 circulaire a joué Fangio dans une zone 70 : c'est donc de famille car oui, le gendre du Lorre se nomme Van Gijseghem. Dans la smala Lukaku, Roger prend... le coffre arrière : le papa modèle (pas vrai, Rom ?) est inculpé pour avoir frappé sa maîtresse en pleine rue puis l'avoir rangée comme roue de secours. Toujours plus fort : le Malinois Ghomsi est jugé pour violences à Madame qu'il a lacérée de verre brisé. Le bon Antonio jure qu'on ne l'y reprendra plus, le juge le croit sur parole. Qui causera encore, derrière les ex-Casernes, d'une percussion tranchante par le flanc ? ... partagées. Traces de crampons sur la moquette du Salon de l'Auto : Bruges et Malines passent saluer le sponsor, Anderlecht a délégué Gillet, De Sutter, Juhasz et Kouyaté pour tester les caisses électriques. Chez Cheikhou, la batterie est rechargée, Double Latte prolonge avec salaire rehaussé. Puis fait son fayot : " Il faudrait engager un défenseur pour me tenir en éveil. " Et Oli alors ? Foot elbow. En tennis, les gauchers sont toujours meilleurs : CEO Martens n'a rien oublié, Thans reçoit l'ex-bureau trois fenêtres de DT Dury. Benoît-l'optimiste ne change rien : " J'arrive dans une Fédé du top, je serai directeur comme j'étais joueur... un grand travailleur. " Sacré Ben, il ose quand même. En annexe, DJ Steevie présente son armée de top-managers (finances, marketing, communication) polycopiée sur le tennis flamand et chouchoute le personnel : hop hop, la Maison Houba aura bientôt son mess. Pour info, Thans est le roi du risotto : on l'a vu retourner le grain dans l'émission-cuisine griffée Reyers. Courageux, pas téméraire. Van Holsbeeck confirme, un club russe propose 12 briques pour un Suarez qui n'est pas chaud pour l'air du grand froid. Plus modestement, DG Herman prolonge Kabasele et refile Garcia-Calvete au Duché de De Graafschap. Libérez les fans : les grillages du Parc sont ôtés côté visité. Pour les visiteurs, on attendra encore un peu. Osso Bacca. Présentation du buteur Bacca à Bruges : Carlos s'inspire de son joyeux aïeul-chanteur, il jure de mettre la bonne humeur et d'être l'ami de tous, Vleminckx y compris. En plus le Narco sait déjà tout du Club : " J'ai vu de fameux matches sur internet ". Epoque Koster alors ? Quant à cette Colombienne qui a porté plainte pour violence, ce serait juste un truc de son ex-club pour le tenir au pays. Roger L. & Antonio G., un avis sur la question ? Doudou relooking. Quand le rendement décline, autant soigner les formes : Mons rhabille ses joueurs de haut en bas, chacun est libre de composer les pièces comme il veut. Le ticket gagnant : pantalon et cardigan noir, veston gris, chemise bleu ciel. Même le jardinier a les bretelles remontées : la pelouse du Tondreau est totalement remplacée. Pour les râteaux jambon-fromage signés Nicaise, rendez-vous dès samedi. Dédé, as-tu du c£ur ? Il aura encore fallu l'infar' d'un jeune sur un terrain : l'Union belge décide d'imposer la visite médicale annuelle à ses 400.000 jeunes. Le roi du communiqué, par ailleurs ministre du Sport francophone, loue l'initiative. Mais personne ne dit qui va payer... Le divan... Le Standard perd sa Coupe dans les rayures du Lierse : Bolat plagie Boeckx, Bidaoui bidouille son flanc, Adesanya est plus qu'un concept juridique, les valeureux Rouches du Beerschot sont déjà loin (2-4). Risette amère : au retour le boss lierrois Samy place le pif de son bolide sous un camion polak, l'Egyptien ressort le nez cassé et le visage raturé d'éclats. Son bras droit jure : " Maged ne boit que du thé et du Coca ". ... d'Ivan. De Witte, plaquette de psy en poche, reconnaît ses limites : " Il faut un suivi mental. " Car les Buffalos s'emmêlent encore l'âme et les plumes : Boeckx ne quitte plus ses gants à trous, Lokeren dézingue les rêves locaux (3-3). Louwagie enrage : " Boeckx nous fait perdre 750.000 euros. " Prends ça, la WAG. Coupe enfant(ine). A Rupel-Boom, creuset des Lukaku, le duo Ibou-Perbet enflamme le Dragon malgré un retour briqueté des pizzaiolos locaux. Qui s'en foutent, trois fûts de blonde attendent à la buvette (2-2). Au Kiel, Courtrai se fait peur mais Veselinovic passe sa pommade sur le bedon à son Hein (2-1). Première en neuf ans, le G5 est absent du dernier carré. Défense de rire. A Genk, c'en est trop pour Been, Coach Mario éjecte Vanden Borre : " Je ne compte plus ses écarts, ma patience a des limites. " Et c'est un ex-mariole qui le dit. Un autre sabot minier cherche godasse à chausser : Sarr se teste à Auxerre. Depuis Roux, l'AJ a gardé le goût des vieux. Töszer se dirige vers Genoa. SDF. Réunion sur la Coupe à Houba Street : l'organisateur fait triste mine, les quarts de la veille ont attiré... 17.000 spectateurs. Pire : les demi-finalistes ne sont pas en mesure d'obtenir la licence UEFA qui impose des stades Trois étoiles (places assises, éclairage). Préparez les caisses de déménagement. Comme un ouragan. Kagelmacher biffe les brumes du Palatinat pour les pipoles du Rocher : le Beerschot gifle Kaiserslautern, Gary file à Monaco. Pour l'explication, sondez le portefeuille : Vanoppen palpe une brique en plus, l'Uruguayen se la coulera tranquille dans son Louis II désert de fond de Ligue 2. Avec en option, des séances de bobsleigh indoor avec son Prince Albert. Les Teutons tonnent, des avocats sont saisis sur le thème d' Une parole est une parole. Interdit de rire. Visa tous pays. Au Bosuil, le monde reste un village : le buteur de l'Antwerp Kevin Oris (ex-Mons) signe au club... coréen de Daejeon Citizen, avant-dernier de la K-League. Sur son site, le club évoque un " transfert de marque ". Notez, la chèvre Denilson a aussi transité chez Kim et Park. Exotica. Le rêve s'ensable pour Mémé : MPH change ses plans, le Standard veut trop de pétrole, Tchité n'ira pas à Al-Shabab. L'avant bonneté somatise à mort : l'après-midi, il rechute ses adducteurs pour quelques semaines... puis claque la porte du vestiaire - version non confirmée. Demandez la tôle suivante : Kanu repart pour le Brésil, sa mère est dans un état critique. Dur, dur d'être un Brugeois. Après son labo, ses GPS et ses coaches de ligne, Bruges sort sa machine à tubes : voici Jordi du Rayo Vallecano, Figueras de son joli nom qui, comme stopper, n'aurait rien d'une figue. Almebäck va devoir cesser de jouer toupie, Donk de tweeter même aux lavatories. Back to the roots. Après des touchettes à Courtrai, Westerlo et Zulte-Waregem, Ibrahim Salou cocotte au kot d'OHL. L'ex-Brugeois, libéré par les New York Red Bulls, y retrouvera son co-loc Geraerts. Et Titi Henry, ce faisant, de soulever l' Emirates Stadium. Fond de mine. Le derby limbourgeois brouille la hiérarchie : les idées noyées dans le mercato, les divas genkoises bredouillent, Saint-Trond gaspille. Ngawa déflore après 415 minutes de panne sèche mais Kotysch déplume ses propres oisillons, Benteke pour vous remercier (2-1). A la sortie, Fox Vander Elst a la queue de renard toute molle : " Déçu ? Non, je suis déprimé. " La dépression mélancolique, que ça s'appelle. La pire. Tarif Daum. A Courtrai, Anderlecht cède le jeu, pas le marquoir : Suarez fait sa nymphette dans le box, Gillet place sa onzième veste, Jova simonise l'alu local, Nfor se lâche sur le pif à Colemonts (0-1). En soirée, Daum éructe son propre score Arsenal : le Malines siglé Cordaro humilie Bruges et son ex Bjorn crollé avec (0-1). Le soir même, Herr Christoph est convoqué par ses patrons, la moustache sent déjà le roussi. Le voisin circulaire tourne fou au bowling du Kiel, même que Losada s'est pris pour Panenka - mais sans la poilue (4-0). Merde, Vanoppen va devoir payer une prime. Sauce poivre. " Gand s'est trompé sur moi ", avait prévenu Dury. Au final, Zulte repart de Gentbrugge avec le 0-0, Louwagie reprend du moral, cette fois son ami Boeckx a bouclé sans blouse sa grande semaine de la lose. Aller ou retour, Mons-OHL reste une truc de refs foireux : l'agent Ottevaere s'adosse la famille Doudou, l'Albert rejoue la vendange de Boom malgré Perbet force 17 et Ibou force 9 Beaufort (2-2). A Lokeren-Lierse, De Ceulaer répète la demi de Coupe en cochant deux cases (2-0). Puis révèle son secret : " Contre le froid, je mets du poivre dans mes chaussettes. " A la nantaise. De Sart réactive sa filière nantaise : après Vainqueur, le Standard signe le médian Serge Gakpé, un ex-Bleuet qui a opté pour le Togo, son pays d'origine. Encore un gars passé entre les mailles de ces maudits quotas. Westerlo, morne plaine. A distance, Anderlecht continue de savourer : dans le duel des éclopés, le Standard accule Westerlo mais bute sur un Verbauwhede requinqué et un assistant en bisbille avec sa Loi 11 du hors-jeu. C'était bien le week-end des points paumés. Pomme pourrie. La poire du boss est blette, Benoît Morrenne, le président de Saint-Trond, jette l'éponge et ses plumes canari avec. Reste le goudron : l'intéressé avait juré que son team se sauverait, au besoin devant le juge vu l'affaire Bart Goor. A la sortie, les Canaris lanternent en fond de classe et l'héritage Duchâtelet pèse façon mammouth : bientôt le méga-stade en D2 ? Droit du travail. Ça grenouille au Tondreau, van Wijk se taillerait en fin de saison, Scifo trépignerait déjà en salle d'attente. Pire, Dennis n'aime pas la télé : il convoque Nicaise pour la Tribune... du match de Réserve du lendemain.