LUNDI

Erik Libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)
...

Erik Libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)Pile à l'heure. Montre au poignet, Dirar tient chaire dans son fief d'Evere : la quatrième de l'Athénée Victor Horta écoute le déroutant Nabil sur le thème de la... ponctualité. Ceux qui, de Carnaval à Pâques, accumuleront le moins de retards au cours gagneront une visite du Breydel aux petits soins du guide Dirar. Lequel, ce jour, avait 15 minutes de retard. Etrennes avant l'heure. Journée faste pour Juhasz : le Parquet efface sa carte rouge d'OHL et le Roland soucieux est élu Footballeur hongrois 2011 - notez, au même moment Bulykin reçoit la palme du meilleur Russe à l'étranger. Moins d'indulgence pour Liège : Kanu prend trois semaines de diète footeuse après son gras pointu au squelette d'El Ghanassy. A ce stade Pierre François reste zen : " Ça va le faire réfléchir. " A son geste ou à son transfert ? Petite Belgique. La Fédé a la stat tatillonne : Perbet perd sa deuxième butante du Stayen, attribuée à la nuque de Delorge. " C'est le troisième but qu'on me fauche cette saison ", râle le Montois... menacé d'un conflit de génération puisque son paternel, qui compte ses pions, est stoppé à 102. Même déprime à Lokeren, ex-fief de Perbet : De Ceulaer n'est pas retenu dans le top 3 du Prix Puskas FIFA pour le but mondial 2011. Les nominés Messi-Rooney-Neymar auraient donc plus de potentiel marketing ? Bientôt la quille. Jadis le taureau de Ternat traitait ses joueurs de vaches, aujourd'hui l'abattoir est en vue : Johan Vermeersch prend au mot son voisin mauve de Roger et annonce son retrait en fin de saison. Et voici la vraie raison : " Le foot belge est un monde de sauvages, d'escrocs et de voleurs. " Oui, et alors ? (Re)naissances. Le Judas brugeois célèbre un divin enfant : Jorgacevic tweete à mort, sa dame lui a donné un gamin après deux jouvencelles. Alors petit, Gazelle ou Buffalo ? Au Parc, Safari a fait coup(s) double(s) : Madame enfante de jumeaux, le fiston Deschacht recule deux fois dans l'ordre de succession pour le flanc gauche. Mazuch ne touche plus la mutuelle, le soir il rejoue en Espoirs après cinq mois de plâtres divers. Chatelle, double papa et doubles allocs en poche, y joue son... deuxième match saisonnier, but à la clé. Ciao, Papy (I). Anderlecht perd son concierge depuis vingt ans : José Lago (60 ans) décède d'un cancer foudroyant, les joueurs perdent leur confident. Restons dans les sépultures : gazon maudit par la fusariose, un champignon causé par le système de chauffage, le terrain est rasé et muni de 315 tonnes de bandes de gazon calqué sur Bernabeu et Arsenal. On va donc l'avoir, ce foot-champagne ? Reprendre, c'est voler. Soixante ans après, le combat des pichichis fait rage : un fan du RC Malines a repéré qu'en 1951-1952, sa légende Jozef Mannaerts avait planté deux boulettes en plus que Rik Coppens, pourtant repris sur le registre officiel. Meilleur buteur à 88 ans, appelez ça les bienfaits de l'expérience. Et Coppens de philosopher : " Je m'en fiche, je vais m'écouter une bonne plaque de jazz. " La classe. Ciao, Papy (II). Le Sporting conclut son premier transfert : voici Papy Kabangu (26 ans), le flanc droit du Tout-Puissant Mazembe, finaliste du Mondial des clubs 2010. Rassurons d'emblée la Ligue pro : en lingala, Kabangu ne se traduit pas Goor, le joueur sera affilié pour janvier. Et le jure : " J'adore jouer dans le froid. " Sûr, ce transfuge est atypique. Et serait un cousin éloigné de Dante Brogno : au pays, ce dribbleur fou est surnommé Capitaine Crochet. Jelle, toujours. A la maison, les " indescriptibles tocards " (copyright Daily Mirror) ne l'étaient pas. Pour son ultime valse au bal des champions contre Leverkusen, Genk caresse de près la victoire : Vossen volleye comme un chef, le félon Derdiyok passe sa faux en toute fin, à domicile le Racing aura astiqué tous ses rivaux. Car non, Genk n'est pas encore Zagreb... Calculette Degraen dresse le bilan : " On a douze millions en caisse, le reste on s'en fiche. " Et le président Houben de compléter : " De Bruyne ne part pas avant la fin de saison. " Da, Abramovitch ? Régime princier. Laurent à Tervuren, Philippe au Chili, et on dit Monseigneur : Leekens a bien étudié le protocole, il suit la mission économique à Santiago où ses Diables pourraient crécher en cas de Mondial brésilien. Confirmation sur son BlackBerry, Belgique-Hollande est bien pour le 15 août... et Leekens veut un Derby chaque année. De Bois-le-Duc claque un câble signé... Advocaat : " Leekens doit faire le tri parmi ses Diables. " Même loin, Big Dick l'ouvre encore. Mais si, mais non. De Sutter a enfin pigé : Tom annonce son départ du Parc, et pas question d'être prêté. Ni une ni deux, Coach Ariel réclame un remplaçant. Messi peut-être ? " Paraît qu'on peut l'avoir pour une somme X ", claque Jacobs interpellé sur le Clasico. De passage chez le webmaster mauve, Lukaku est dispo... pour plus tard : " Je finirai ma carrière au Parc " - ils ont tous dit ça. D'ici là, Romelu apprend la cuisine à Chelsea. C'est vrai qu'il y a du temps libre, le Rom. Fessée pour tout le monde. Les bannis de Zulte, époque Broos, remettent le couvert. Chevalier passe à la caisse pour un bras d'honneur peu cavalier à son public chéri, l'ours Teddy promet d'entraîner... la section handicapée du SV. Point de salut pour le duo Maâzou-Habibou : le groupe vote sa mise à l'écart, Big Habib file à West Ham proposer son jet du duck. Ça commence bien : en match-test contre Bradford, l'avant palmé plante deux fois. Rassurons les rescapés du brasier de 1985, pas de quoi mettre le feu au stade. Je me vengerai. A Sclessin, les directions passent, le bon vieux poussin noir chapeauté de coquille d'£uf demeure. Pierre François veut la tête du procureur fédéral, suspecté d'avoir coupé sa vidéo sur la semelle de Mboyo sur Kanu. L'intox mosane marche à plein régime, la Maison de Verre sort un communiqué tremblotant, le dossier reste ouvert. Mais Louwagie vaut bien François, côté joute : " Pierre n'en touche pas une en foot. " Hé Mich : quand même champion du monde des avocats, le Piet ! Château de sable. Petit à petit, Daum déconstruit le beau Lego bâti par ses patrons. Après avoir dégommé le duo Mariman-Vermant, le führer blau-schwarz met au frigo le trio Clement-Vanderheyden-Brylle : malgré son goût pour le travail des lignes bien fait, l'ex-snifeur veut moins de monde à l'entraînement. Même le fameux labo est en péril : les iPads sont plats de batterie, les joueurs ont paumé leurs logins. Et Herr Daum touche même aux transferts : il réclame un nouveau contrat pour Akpala, l'ex-banni de l'été. Maréval (Zulte) est pisté pour la gondole locale. Fin de lignée. Francesco D'Onofrio a le nom trop pesant : jadis hué par Sclessin pour son unique montée au jeu, l'héritier des frères mécréants se fait couper son contrat rouche. Pas fini : Conceiçao vilipende Pierre François, accusé de jouer les Tartuffes dans la nébuleuse Kanu. L'été de la hache prolonge en hiver. Crotte, alors. A chacun son action. Malines porte à sept minutes le record mondial de la Ola et vend du papier toilette sang et or pour la lutte... anti-diarrhée, le tout sponsorisé par une crème au chocolat. Anderlecht porte le brassard au biceps pour son défunt responsable matos, mais le crêpe était trop large : le Sporting patine, la Kavéressort de son long tunnel. Destorme imite Nilis sur un dégagement labellisé Preud'homme-Den Boer, Cordaro bat Proto dans le duel des Louviérois, De Sutter inhume sa dernière chance, Renard avait bourré ses gants d'aimants (2-1). A la sortie, Brys révèle son secret : " J'ai remis mon caleçon porte-bonheur. " On y revient toujours. Top en rote... L'allergie aux sommets à peine gommée, Gand développe l'urticaire au leadership. Les Buffalos perdent face au Beerschot l'occase de prendre la tête de la D1 : Brüls palpite, Boeckx crépite, Sidibe salive (0-1). Le Standard renoue avec son acné hors-Sclessin : Gumienny aime moins les cagoules que les pénos, Ciman et le poteau sauvent Bolat avant que Cyriac n'assure d'un but sa fin de soirée au Cherry Moon (1-1). Ciman fait son plan Nong : " Je ne suis pas un bouche-trou, si je ne joue pas je pars. " ... subtop en cloque. Courtrai file bon : Veselinovic enfonce Westerlo, Hein installe ses Eperonnés en bordure de podium (1-0). Ceulemans entasse blessés et cartonnés : Delen voit rouge, Deelkens et Owusu en prennent pour six mois. Le Cercle crève le brevet du Tondreau, malgré les soutiens d'Elio Ier et Miss Hainaut : Coach Bob bétonne derrière avant d'en placer deux glaciales via ses renards Rudy et Iachtchouk (0-2). Surplace. Chaud derrière : à OHL, Zulte rempile pour un neuvième (!) partage, Trajkovski a ressorti ses Scuds pour rien (2-2). A Genk, Kawashima avait sa culotte percée : le Nippon passe au travers, Barda doublonne, le Racing local regoûte au succès (4-0). Rien sans ma famille. L'hostilité des comitards mauves, la tiédeur du communiqué, le blues prépension de Tonton Roger, les perles s'enfilaient sur le collier anderlechtois : Lucien D'Onofrio passe son tour sur la Grande Roue du Parc. La grande muette italo-liégeoise rêvait d'un poste en vue sur l'esquif mauve, et c'est raté. Chacun son destin : le neveu Francesco file en test au Cercle... où Mutombo, autre banni rouche, signe un an. Bia à Sclessin, Mboyo à Gand : les cousins sont à nouveau unis en D1. Herr Kommissar. L'iPad est calé, mais la VHS usée tourne toujours sur le vieux magnéto : quatrième week-end de suite, Daum nous refile un Derrick tendance Arsenal avec cette fois Vleminckx au flingue royal, et toujours Dirar à l'assist (1-0). Le Club revient à deux points des Mauves, Saint-Trond a bouffé à son tour le réalisme à la sauce brugeoise. Mais le 3-3 de l'aller était quand même moins rasoir. " Je souhaite au Standard... la deuxième place. "Milan Jovanovic " Je joue mieux quand je peux sortir en discothèque. "Gohi Bi Cyriac " De Sutter est important pour moi, et il le sait "Ariel Jacobs. " Pierre François, c'est le Stevie Wonder du foot. "Trond Sollied