LUNDI

Il y a vol et vol. La scoumoune gagne les trésoriers de D1 : après Genk et Westerlo, Malines et Zulte Waregem ont vu passer des marauds nocturnes attirés par la recette du week-end. Au Gaverbeek, on a piqué les PC, Kalezic va devoir ressortir son vieux Mac. Avis aux stade-jackers : inutile de passer au Breydel, Koster a déjà volé... dehors.
...

Il y a vol et vol. La scoumoune gagne les trésoriers de D1 : après Genk et Westerlo, Malines et Zulte Waregem ont vu passer des marauds nocturnes attirés par la recette du week-end. Au Gaverbeek, on a piqué les PC, Kalezic va devoir ressortir son vieux Mac. Avis aux stade-jackers : inutile de passer au Breydel, Koster a déjà volé... dehors. Série noire. A Bruges, la déprime menace pour Coosemans : son second (Dhoest) se rétame le genou pour six mois... et Mannaert lorgne sur Gand. Jorgacevic est contacté pour la deuxième fois en six mois, Louwagie fait monter les chères enchères. Long terme, taux fixe. Van Holsbeeck sème ses petits cailloux : oui, Mannaert avait signé il y a cinq ans au Parc avant de faire volte-face. Et aujourd'hui, il pique les toubibs mauves : " Nous, on ne fait pas ce genre de choses. " Avant de rassurer Coach Ariel : " On va le garder des années. " 10-20-30 ans façon Duchâtelet pour Riga ? Puis de compléter : " Même si on suit Preud'homme ". Encore Goreux après Jova-Mbokani, et on refait les champions 2008 façon Tous les 25 ans. D'ailleurs, de Sclessin, Régi précise : " Certains sont meilleurs que les titulaires. " Pour moins que ça, d'autres ont pris 10/20/30 ans de bagne (au choix). Very Bad Trip.Expédition Poltava, la brochure du trip résumait tout façon Voronezh : la délégation rouche slalome entre les brumes de Dniepropetrovsk, les nids de poules des dessertes locales, les casseroles baladeuses du cuistot liégeois et les douaniers confiant au grand Jelle le bonjour pour le frérot JC from Hollywood. L'Hôtel Palazzo sonne creux : pénurie d'eau chaude à la douche, on fait la file à l'entrée. C'en est trop pour Bolat, il quittera Sclessin en fin de saison. Pierre François paume la valise de Madame mais trouve un sms-miracle : Porto paie pour Mangala, on enterre la plainte à la FIFA. Plus d'infos voyage page 84. Ch. entr. conf. Les yuppies brugeois se flagellent enfin dans l'affaire Koster : " Nous devons nous regarder dans le miroir ". Et publient la vacature : l'heureux (?) élu devra exciper " charisme, discipline, leadership, expérience " et tralala. Et bien sûr : il devra kiffer à fond le professionnalisme à la sauce locale - des iPads et des GPS, ça doit s'amortir après débours. Puel décline gentiment, le turbo de McCLaren est testé à Paris mais Madame freine des quatre fers, elle en a marre de faire les valises. Vermant soupèse la profondeur du burn-out de Rangnick, son pote de Schalke. Et rien n'exclut un bon vieux débauchage... y compris Houba Street : Leekens est donc " flatté ", Dury raturé par son Mannaert. Le voisin Bob Peeters avance sa conscience, Sollied met son portable sur silencieux. Eurêka. Legear aurait-il crocheté par Genk-Chelsea ? Les ultras mineurs, inspirés par les collègues montois, sortent une banderole de 75 mètres... tachée de latin de cuisine : Nec temere, nec tumide ( Sans peur, ni timidité), avec un U à la place du I. Pas grave, le message est passé : le Racing bouscule les Blues étouffés par l'arrogance, Vanden Borre re-déboule comme jadis, Köteles sort son péno syndical et intègre le Onze UEFA of the week, Vossen demeure le Mister Europe des terrils, Genk s'est enfin dépucelé en C1 (1-1). Abramovitch est reparti marri, sans même goûter aux pâtes aux truffes nappées par son chef-coq perso, venu exprès rallumer les fourneaux d'un troquet local fermé le mardi. Aucun respect, ces nababs. Un homme, une voix. A Genk, Degraen rentre du bois pour l'hiver : refroidi par certaines voltefaces aboudhabiennes, le DG mineur veut déjà prolonger son Super Mario. Been est total raccord : " Ou on fait d'abord faire voter les joueurs ? ", allusion à son lourdage de Feyenoord. Fan de loose. Enfin de la promo pour le Pays de Waes : pour son sombrero placé face à Bruges, De Ceulaer est nominé par la FIFA pour le Prix Puskas du but mondial 2011. Réaction du farfadet de Daknam : " C'est qui, Puskas ? " Pas une marque de chat, Benji... Et vu que ce sont les internautes qui votent, ça va chauffer du majeur en bord de Durme. Sans doute pour rien : le règlement impose un comportement nickel... et lors du même match, De Ceulaer fut exclu. Vous avez dit loser ? A fond le taf. Peut-être une idée à creuser pour Verhaeghe à Bruges : à Marcinelle, l'entraînement est donné par... Abbas Bayat - oui, le marchand de jus de fruits de l'avenue Louise. Tonton serait même passé par le terrain voisin, permuter deux Scolaires sous le nez du coach Affo. En voilà un qui mouille le bleu de chauffe. Et le nez rouge ? Diableries. Leekens a retrouvé sa carte de Sardaigne et son précis de scrabble : il rapatrie Nainggolan pour le diptyque Roumanie-France et ajoute le trio Gillet-Mirallas-Vanden Borre. Ciman rentre à Sclessin car titulaire des deux côtés serait presque indécent, Vleminckx peut réfléchir chez lui à l'art de la semelle, Proto et Van Damme prolongent leur congé sans solde. Graine d'Ukraine. " On vient, on gagne, on repart " : Van Damme avait vu clair, 202 ans après, le Standard gagne sans ciller sa bataille de Poltava et irradie en 4-4-2 (1-3). Seijas nettoie les toiles et fait oublier celles de Ciman ; Kanu et Tchité fixent les neutrons. " En Coupe d'Europe, on est plus motivés ", résume Goreux. C'était donc ça. Façon Koster. Avec ou sans Adrie, rien de neuf pour Bruges à Birmingham. Ça séduit devant : Meunier passe sa meule, Akpala clôture une action tiquée Barça. Et ça flanche derrière : pour la... neuvième fois cette saison les Gazelles se font bouffer les sabots (2-2). Et cette fois, Coosemans avait reculé pour Kujovic. Caramba ? Cinéma, cinémas. Jacobs voulait envoyer tout le monde à Kinepolis, Suarez et Gillet se chargent des projos : Graz maigrit, Suarez grandit, un manager fixe les prix à... 20 millions. Les Mauves se calent au printemps, même De Sutter a placé sa bûche (3-0). Que demande le peuple ? Un sourire, Ariel : " On n'a pas bien joué ". Vous faites pas de mouron, c'est la dépression d'automne. Kiel pas cool. La Ville d'Anvers rachète le terrain où Vanoppen voulait construire son stade pour son Beerschot chéri - et rien que pour lui. Mais le maïeur veut joindre l'Antwerp, le chef des Rats perd donc la main. Stijnen aussi : pogne fracturée, il s'en va pour un mois. Et devra donc cliquer de l'autre côté. Rayon menotte, celle du comité d'appel s'allège dans l'affaire Fukushima, l'amende descend de 30.000 à 20.000 francs suisses. En évocation, on retranchera bien encore un tiers. A la Cour européenne, l'objectif zéro est donc jouable. Côté biloutes. Question de convivialité sans doute, au pays chti les voisins se reniflent mieux qu'à Anvers : Lille et Mouscron-Peruwelz fondent leur union dans le maroilles, le club dogue devient actionnaire à 26 % et prêtera des joueurs en cas de montée en D2. Allez Eden : en cas de pépin, pense à nous. Jeu, set et match. Sur ce point, Ariel aurait sûrement dit de Trond qu'il joue au tennis : Gand mate Malines dans le dernier quart (6-2). Brüls stoppe la clope et met le feu, Yaya et Yassine cultivent les ailes du désir, en bon joker Mboyo cisèle deux fois même si c'est Gorius qui s'offre la pépite du soir. Oui, en Norvège on produit aussi du champagne. Le samedi, c'est réforme. Les vieilles idées ont la vie dure. A Lokeren, Lambrecht ressort son maintien calculé sur trois ans. Même chez les grands, Duchâtelet pense encore petit : il veut sa D1 à... 24 clubs. Et Pierre François se verschuerenise dangereusement, il plaide pour une Ligue Benelux. Cure d'iode. Un nul n'est pas l'autre : après Chelsea, Genk se prend les pattes dans les plis de son ex-Hein de Courtrai (2-2). Le roi du coude, Nfor, a aussi une main mais ce serait " celle de Dieu ", Mister Been embroche Boucaut. Un scout anglais demande au Kiel un ticket pour Beerschot-RAEC Moutains. De fait, les Dragons butent sur leur Everest anversois : septième défaite de suite au Kiel malgré l'indic Pieter-Jan Montagne (2-0). Losada place son piolet, Lépicier se fait rougir bio, l'Albert chute de son piton rocheux. A l'entrée, des militants du Vlaams Belang diffusent des feuillets anti-wallons. Pathétique. De l'eau dans la cave. Au Lierse, le directeur financier veut virer la moitié du noyau : le message percute, la seigneurie jaune-noire accélère le rollator et augmente de moitié sa ration de buts, OHL retourne au kot gueule en terre (3-1). Même le Kuipje tangue : contre Lokeren Westerlo s'en prend quatre, le bon Caje propose son propre C4 (2-4). Zulte-Saint-Trond réunit bien le boiteux et le rachitique : notez juste le retour pleine latte du fieffé Maâzou, et rangez le crayon (0-0). Le Breydel... Au Cercle, Anderlecht ne marche ni droit ni rond : Vervecken tombe dans la trappe à Vidarsson, Jova se fait sortir mystérieusement, Proto joue Stijnen mais sans dommage. Les Mauves raclent le plancher et re-goûtent à la défaite domestique : Rudy pointe son Marcel en toute fin (1-0). Mais si les Blancs ne savent pas danser, au moins sur un point Jacobs avait raison : " Les Noirs guérissent plus vite ". Annoncé blessé, Mbokani est venu. Du moins son corps. ... chancelle. Si Dieu somnole au Breydel, Mémé fait florès à Sclessin : Tchité clôture sa semaine-dynamite en sortant Bruges tout seul (2-1). Et même les Mimines à Lolo Ciman n'ont fait ni déborder la Meuse, ni sourciller Nzolo. Bon, ils chantent quoi maintenant, les anti-José ? Au Club, rien ne va plus : même le feignant Vazquèz dénonce la mauvaise mentalité. " Mon secret me suivra dans ma tombe. "Laszlo Köteles " Je donne trop de liberté ? On a tous voulu la liberté pour Mandela. "Trond Sollied " Je suis le Président idéal pour le Standard. "Roland Duchâtelet " 80 % des entraîneurs ne sont pas capables. "Abbas Bayat