LUNDI

Bave aux lèvres. " Dogue un jour, Dogue toujours ", la devise de l'Olympic était donc nulle : le juge de commerce écrase de son martinet les espoirs carolo-canins, le matricule centenaire passe l'arme à gauche. Le clan Harrison a baladé tout le monde, Czernia aura filé pour rien des tickets-repas et des pompes à ses joueurs fauchés. Au moins l'école de jeunes sauve sa niche. Fric toujours, Dehaene et Mariani dépècent Dexia, au Club Bruges on reste serein : " En 15 ans notre partenaire ne nous a jamais déçus ", jure le porte-parole. Qui n'a rien investi.
...

Bave aux lèvres. " Dogue un jour, Dogue toujours ", la devise de l'Olympic était donc nulle : le juge de commerce écrase de son martinet les espoirs carolo-canins, le matricule centenaire passe l'arme à gauche. Le clan Harrison a baladé tout le monde, Czernia aura filé pour rien des tickets-repas et des pompes à ses joueurs fauchés. Au moins l'école de jeunes sauve sa niche. Fric toujours, Dehaene et Mariani dépècent Dexia, au Club Bruges on reste serein : " En 15 ans notre partenaire ne nous a jamais déçus ", jure le porte-parole. Qui n'a rien investi. On a changé nos Belges. Devant la presse teutonne, le trio Leekens-Wilmots-Vande Walle décline son meilleur Goethe en changeant les concepts : " Le foot belge a évolué, on joue l'offensive, on n'a plus peur de vous. " Un prono, Georges ? " 1-2, but sur coup franc de Ciman entre les jambes de Mertesacker. " Löw en bouffe les mailles de son pull : " La ligne d'attaque belge est exceptionnelle. " Otez-en De Camargo, ligaments écrabouillés. Leekens cherche un back-up, ce ne sera pas Philippe Collin alité par la grippe : " Mais je ne comptais pas l'aligner ", cligne cet ingrat de Long Couteau. Ni Wesley Sonck. Car le Ninovite (55 caps, 24 buts en Diable) le concède enfin : " Je n'ai plus le niveau, j'arrête ma carrière internationale. " So what ? Radar mobile. Van Gijseghem imprègne la science brugeoise : le Club teste l'entraînement par GPS, chacun des 27 joueurs aura sa boîte à... 3.000 euros. Juste pour les journalistes Almebäck et Vazquèz, pourtant peu réputé coureur, pivotent entre les capteurs. Le préposé scientifique calcule : " Nous avons dix paramètres d'évaluation, si chaque facteur nous fait gagner 1 %, c'est comme si on avait un joueur de plus. " C'est fait, Bruges invente le foot à douze. Après la Ligue Pro, Verhaeghe & co visent l' International Board. Dégueulasse de s'attaquer ainsi aux p'tits vieux. Marche à l'ombre. Malgré le chambard, la commune d'Anderlecht passe son plan de stationnement : riverains exceptés, tout le monde devra taxer cinq euros l'heure, et pour les petits malins le forfait-PV passe à 60 euros. Les bobos mauves n'auront qu'à prendre le tram comme tout le monde. A moins d'avoir un pote administrateur dans la famille VDS élargie pour squatter le parking des huiles ou de faire ses courses du mois au Aldi les jours de match... Auf Wiedersehen. Au Lambermont ? Elio Ier annonce le sauvetage de la Nation, le message n'arrive pas jusqu'à Düsseldorf. Les Diables appliquent le quart d'heure académique ballant, Fellaini pose la première mine belge sous sol allemand depuis 55 automnes. Mais à la fin, c'est Gary Lineker qui passe toucher ses droits d'auteur : Özil a placé sa Kartoffel avant de faire tourner les saucisses pour Schürrle et Gomez (3-1). Nos jeunots ont fait comme chaque fois : de l'adresse à la palette mais bulle côté rendement. Rien de changé non plus face aux micros : " Ceci est le début d'une nouvelle ère " (Kompany) et " Je continue jusqu'en 2014 " (Simons). De grâce, faites cesser ce délire. Cela ira mieux demain. La nuit fut courte mais sans iota : lendemain de torchage à l'eau de Ruhr, Leekens répète que les Diables avancent bien et qu'il reste à la barre... avec Wilmots si possible. Allô Willy ? " Il faut que je digère... mais j'ai l'estomac solide. " Mais cette fois, Leekens fera tout seul son calendrier : " Je veux d'abord des matches faciles. " Critère non retenu pour les amicaux : France-Belgique vient le 15 novembre. La guerre sans les armes. L'affaire Witsel serait-elle si loin ? L'institution mauve, toujours en première ligne pour définir la classe pure, publie une vidéo ludique (?) où Proto & co promettent un " cauchemar " et un " combat " aux Rouches. Sans oublier d'argumenter : " On va vous montrer qu'on en a ! " Petit rappel utile : une seule balle est permise sur le terrain, et c'est celle du ref. Pimpon, suite : l'hymne du Sporting est prêt, 100.000 fans ont cliqué dessus, 1.500 ont envoyé leurs rimes riches. Les gladiateurs n'ont plus qu'à prester sur l'air des galères. Chiffre treize. L'UEFA tape 13.000 euros au Standard pour des fumigènes contre Zürich et Helsingborg. Mais Pierre François s'en tamponne, Porto libère les 13 millions du deal Defour-Mangala : " Un communiqué de presse marche mieux qu'une procédure FIFA... " Prends ça, Luciano. Sclessin perd un King de plus : Depireux jette l'éponge qui lui servait à astiquer les fillettes du Fémina. Slow-motion. La rumeur renaît : Arsenal zieute Biglia et aurait sept briquettes chaudes pour le capi mauve que Wenger identifie comme successeur idéal... de Fabregas. Arsène, ressaisis-toi. Président Roger le fait pour toi : " Biglia ne nous quittera jamais en pleine saison ! " Sur la difficulté à accélérer le tempo des normes belges à la Premier League, Jova peut toujours briefer Lucas. V-V'. Retour à Genk, Ogunjimi se fait savonner le crâne par Degraen : le DJ majorquin a joué avec les Diables alors qu'il était porté pâle pour son Racing. " J'ai guéri plus vite, Chef ", tente le crooner mineur. Difficile de contredire : Vossen, Chelsea en tête, a gagné deux semaines de revalidation et peut déjà pointer. Sifflons ensemble. A Bruges, les alcooliques ne sont plus anonymes, l'exemple vient du haut : Mannaert suit Van Gijseghem et cède deux mensualités aux victimes de la route. Le DG blauw-zwart rend son permis pour avoir fait son Legear après un petit pousse, la façade de la bicoque ne s'en est pas remise. Daan invite le patron sur son tandem. Attention : celui qui pédale devant prend les rafales. Bienvenue... A J-2, le Clasico fait déjà chauffer l'E40 section pneus crevés. Les services presse ont prévu la sortie des ex : depuis l'Académie, Van Damme réclame des quolibets pour se motiver, à Neerpede les jumeaux Jova-Mbokani se trémoussent à s'en bleuir les épaules. Van Holsbeeck et François confirment : " Aujourd'hui on s'entend bien. " Jacobs résume cette journée de l'amitié : " Des provocations ? Oui, venant de la presse. " Beaucoup ? ... chez les Bisounours. En clôture de sa grande semaine de la com', la maison mauve ajoute à sa tribune des malvoyants un espace pour moins-valides, avec toilettes adaptées et tôle anti-pluie. Un Purple Wheel regrette déjà : " Avant on était mouillés mais plus près des joueurs. " Façon Deschacht. La fin des haricots menace pour Sonck : l'ex-puncheur est privé de son brassard, puis éjecté de la sélection lierroise pour aller à Zulte. " Pure décision sportive ", explique vaguement le T1 Janssens. Oli du Parc, c'est comment qu'on tweete ? Plus dure... Gare à la voltige : avant Chelsea, Genk s'oublie à Lokeren, Benteke bat de la semelle et fâche son coach tout orange (3-1). L'avant-veille le visionnaire Brys avait écourté l'entraînement pour " médiocrité " : Malines prend sa cinquième tôle de rang, le Cercle du grand Bob repart podium en poche (1-2). Attention à la loi des cycles : début septembre, le Malinwâétait leader. Message reçu par Doudou, Mons honore le linceul de Bailleul en perçant le bunker courtraisien : Perbut a fait comme d'hab, Ibou a montré à son ex-coach que lui aussi pouvait cadrer (3-1). ... est la chute. En hiéroglyphe moderne, Sonck se traduit El Gabas : le Lierse exulte à Zulte pour un premier succès (1-2). Même Westerlo s'ébroue : Kaminski-le-distrait file un coup de main au Caje, OHL se sauve par son Chuka (1-1). Au final Vander Elst vomit ses pommes : Saint-Trond fait bosser l'homme du marquoir mais, manque de bol, Losada doublonne, le crève-c£ur Sidibe tourne casaque, Custo lobe sans flop, le Beerschot ramasse les fruits de saison après treize mois de disette away (2-4). L'arbitre livre encore du matos pour le best of local, Coach Franky file en tribune chez Gaston Roelandts. Un petit steeple vers la D2 ? Hâché menu. Après la méthode bovine (" Mes joueurs sont des vaches dans un pré "), le service lift (" Après le match ils rentreront à pied ") ou la méthode off-shore (" Je vais les jeter à la mer "), Vermeersch reprend au Brussels la méthode Harrison à La Neuville : plus de bouffe ni de gnôle tant que l'équipe ne prestera pas. Au moins avec T1 De Wolf, Madame fournissait la sauce bolo. Mais ça marche : le soir, Wetteren se prend quatre boulettes. Et Eupen se paie la première tranche. Mâtines du dimanche. 1382-2011 : la nouvelle bataille des Flandres n'a pas eu lieu, Bruges torche Gand à sa main (2-0). Avec Meunier, Vleminckx ne dort plus, Vadis règne en maître, Jorgacevic ramasse deux fois. Seul Hoefkens a la larme chaude pour un genou tordu. Et cette fois, Coulibaly n'y est pour rien. Malgré Sollied, Gand tangue encore dans les sommets. Phase à chaud. Un an après le 5-1 de Sclessin, six mois après les réservistes de Coach Dom, le Parc sort la riposte. Le Standard subit sa phase à chaud, l'axe liégeois perd le centre et la boule, Gumienny préfère toujours ses biscottes jaunes aux lignes de chaux. Et comme promis, Jova décline la joie intérieure, Dieu pichenettise son premier caviar au Parc, Gillet tape son quatrième pion de suite en Clasico et réinvente la passe aveugle à Suarez, Wasyl chasse ses vieux démons (5-0). Proto avait donc raison : les Rouches ont bouffé du " cauchemar " et Halloween avant tout le monde. Les 25.000 écharpes offertes avant le kick-off sont déjà historiques. Et l'hymne mauve était prémonitoire. " Si la campagne démarrait maintenant, on se qualifierait. "Georges Leekens " Van Damme a dû être transplanté, son c£ur change sans cesse de couleur. "Roger Vanden Stock " Le Club Bruges, c'est comme la CIA : trop d'informations. "Trond Sollied " Suarez est mon concurrent pour le Soulier d'or. "Jelle Van Damme.