LUNDI

Fox-trot. Le Stayen découvre Vander Elst, le néo-T1 fait courir ses oiseaux avec chasubles lestées. Dans la pochette le mini-trombinoscope local sert à situer chacun : tentez, vous aussi, le colin-maillard Nils Schouterden-Giel Deferm, et on en reparle. La tronche à Voets, Fox ne la kiffe pas, l'éternel T2 est privé de ses cônes. " Peter est un monument, on va le recaser ", dit le président Morenne. Direction le placard aux intrigants squatté par Mangelschots ? Tiens, voici le roi du cumul : Duchâtelet vient scruter son gazon synthétique. Stayen-Sclessin, aller-retour : de l'herbe aromatique en échange de joueurs ?
...

Fox-trot. Le Stayen découvre Vander Elst, le néo-T1 fait courir ses oiseaux avec chasubles lestées. Dans la pochette le mini-trombinoscope local sert à situer chacun : tentez, vous aussi, le colin-maillard Nils Schouterden-Giel Deferm, et on en reparle. La tronche à Voets, Fox ne la kiffe pas, l'éternel T2 est privé de ses cônes. " Peter est un monument, on va le recaser ", dit le président Morenne. Direction le placard aux intrigants squatté par Mangelschots ? Tiens, voici le roi du cumul : Duchâtelet vient scruter son gazon synthétique. Stayen-Sclessin, aller-retour : de l'herbe aromatique en échange de joueurs ? Ô mon beau stade. La Gazelle est maudite : l'auditeur du Conseil d'Etat recale les plans du stade brugeois à La Chartreuse. " En Belgique, le politique plombe le sport ", tonne Mannaert. A Gand, De Witte sourit : après 147 premières pierres, les fondations du stade sont terminées. Fin des travaux mi-2012. Et interdit de rire. Thanksgiving for Big George. Malgré le câlin de l'ambassadeur ricain, le clin d'£il est humide : Leekens digère moyen les critiques et traîne Wilmots au point-presse, question de tacler l'opinion francophone. Collin résume : " Georges est l'homme de la situation ". Klinsmann croit rendre service : " Ces Diables sont les meilleurs depuis 15 ans ". Bad timing, Jürgen... Au moins, Timothy Derijck a la banane : l'ex-roitelet de Dender devenu cireur au PSV accroche sa première cap. Plus que 84, et Timmy sera égalé. Un étage plus bas, Lamisha Musonda (Anderlecht, 0 minute en Première) arrive en Espoirs. Bons de sortie. Au Parc, Vargas boucle sa première séance en groupe et sera prêt fin du mois, interrogé sur la future place du Narco, Jacobs reste grand : " Sur la feuille de match ". Déjà mieux que Chatelle : le chic flanc revient dans le noyau A mais ne peut jouer... qu'en Espoirs. Car Saint-Guidon, règlement rouche en main, serre la vis : Veselinovic, prêté à Courtrai, est privé de retrouvailles, une injonction du conseil des joueurs mené par... Deschacht, décidément très perturbé par la paternité. Le diktat ne vaut pas pour l'autre éperonné Chavarria : il est si gauche, le Gaucho ? Foule au tribunal. Devant le juge de Bruges, Stijnen réclame 750.000 euros au Laatste Nieuws qui avait écrit que Mijnheer Clic se trouvait trop bon pour un test au Celtic. A Liège, Dominique D'Onofrio ajoute 20.000 boulettes pour son pauvre CDI de DT tout fripé. Verdict fin mars. Rayon finances, le Standard saura alors dans quel play-off il jouera. Plus modeste, le juge des faillites de Charleroi offre un mois à l'Olympic pour dénicher 200.000 sesterces. Stijn et Dom, une piécette pour le cuir carolo ? Merci les petits. En prélude à Belgique-USA, Dury venge Leekens : ses Espoirs dissolvent les gars de Bakou avec goût et bagout (4-1, assez pour éviter les retours tardifs). En soirée, les Diables hachent sobrement le steak ricain, en toute logique Hazard sert la mangeaille, Witsel flingue le Far West, Simons ose l'égalité de caps avec Gerets et Vander Elst. Et merci aux arrières d'avoir fait double tâche : un bon zéro derrière, tout arrive, et une mine de Lombaerts savonnée par Howard (1-0). Pour les matches en bois, les Diables sont toujours vernis. Et si la roue tournait vraiment ? A Vienne, les Turcs testent le péno gaufré, spécialité très belge (0-0). Agent double. Si Leekens prend les claques, Wilmots sirote à l'aise : on lui offre une prolongation à Houba Street jusqu'en 2014. Méfiance quand même : Willy est suspecté d'avoir joué les entremetteurs en poussant Mangala vers Chelsea. La saillie est signée Pierre François qui, après avoir nettoyé Sclessin, sème ses cailloux pour l'avenir : alors Marco, toujours tenté par un retour Rue de la Centrale ? Bientôt la lumière sera : De Keersmaeker ordonne une enquête. Sept fois dans la bouche. Chez les Ogunjimi, la nuit porte conseil. Encore virulent la veille face aux stylos (" Je ne mets plus un pied à Genk ! "), Marvin-le-crooner adoucit le groove : " Le Racing m'a toujours respecté, c'est réciproque. " Cela tombe bien, l'avant va devoir prolonger jusqu'en janvier : la FIFA refuse le boarding-pass pour Majorque, tout ça pour sept malheureuses minutes... Le Real des Baléares s'insurge et file devant le TAS. Coups de pompes. Un litige chasse l'autre au Parc. Jovanovic a trié ses godasses, Bisou adoube le cordonnier mauve officiel et recycle son ex-contrat pour les pantoufles au jardin. Au tour d'Odoi qui a la tendon d'Achille blême... depuis qu'il porte les godasses syndicales. Un peu de tape, Denis, et il n'y paraîtra plus. Avant l'hiver, la cuve est vide chez Mazuch : le Tchèque a abusé des infiltrations à l'Euro Espoirs et risque une deuxième opération. Premiers de classe. Anderlecht et le Standard se placent au premier banc : ils intègrent l'échantillon-test de Dehaene, comme le Real le Barça et Chelsea. Mauves et Rouches appliquent dès cette saison le fair-play financier. Au Standard - pourtant - rien n'est facile : " La masse salariale est plus élevée qu'avec Defour, Witsel, Mangala et Carcela, vu qu'on a dû acheter dans l'urgence ", dit Duchâtelet. Crime de lèse-Dehaene, à Bruges, c'est pire : le budget a augmenté de 14 % et le poste salaires monte à 15,4 millions. Plus que la barre des 50 % de l'UEFA, mais... deux fois moins que les étrennes annuelles de Messi. Son pote Vazquèz en est sûrement malade. Coqu wallon. Tonton Abbas a un nouveau trip : la collection de portiers. Après avoir pétri Baguette, fait zozoter Dzozo et débaptisé Mandanda, Charleroi contracte un... cinquième gardien, le Français Stéphane Coqu (Boussu-Dour). Bientôt la fin du cocufiage ? Stéréo(caco)phonie. Le Beerschot passe encore entre les mailles du hamac laekenois. Dans l'affaire Kawa/Fukushima l'amicale des Rats craignait le match à huis clos, soit 200.000 euros de perte sèche. Les comitards infligent 25.000 boulettes, dont un tiers... sous sursis, et le devoir d'aller implorer le vénérable pardon de ce cher Eiji et de Son Excellence l'Ambassadeur. A quand des sanctions au classement ? Avis de bonne arrivée. De Xéxénie, Legear assène ses premiers borborygmes : " Je sais compter jusqu'à cinq en russe ". Puis décrit son quotidien : " Ma villa est digne d'Hollywood, le président file des enveloppes de 75.000 dollars même si le niveau de jeu est plus faible qu'à Anderlecht... disons comme au Standard ". Y en qui ne peuvent pas s'empêcher. Grosminet bouffe Titi. Outre des escort-girls et des Canaris, le Stayen loge aussi des chats noirs : Saint-Trond échoue encore contre Genk malgré un retour type brugeois, Töszer finit le crochet tressé par Buffel et offre à Been un succès aux chiffres bataves (3-4). Vander Elst a bien dégusté : en tribune les fans ont réclamé leur Guido. Et un derby reste un derby : un excité castagneur loupe Degraen mais touche le vice-président du Racing. People-marketing. A Bruges, les anciens Verheyen, Lambert, Houwaart et Borkelmans sont au guichet pour vendre les mini-abonnements européens. Les acquéreurs gagnent une visite des nouveaux vestiaires : au spelershome naguère baptisé le Cloître pour son silence et son obscurité, le billard a disparu pour des XBOX et des écrans LCD, chaque joueur dispose d'un iPad dans son casier pour consulter son plan de travail perso. Aux murs, pendouillent les icônes du temps jadis comme Simons, Vander Elst ou encore Jensen. Bjorn, le vieux chauve-là, c'est Raoul Lambert. Un Bob pour la route. Avec son Bob, le Cercle roule droit : Peeters offre aux bonshommes verts la tête de la D1, sa chaloupe portuguès pilotée par Rudy fait griller la sardine du Kiel, pour son retour au Breydel, Stijnen rêvait mieux (2-1). Comme Töszer la veille, Berrier et Mokulu déclinent la fable du but tardif et fatal. Le Standard domine petitement Westerlo mais salue les (r)entrées de Seijas et Cyriac (1-0). Premier coup d'arrêt pour l'Albert dans le duel des promus : Mons est mis en bière par OHL et surtout l'arbitre. Anne Cheron, première dame juge de ligne, glisse un peu de tendresse dans ce monde de brutes (3-1). Du rouche au rouge. Roland Duchâtelet n'oublie pas Saint-Trond : de Sclessin, le boss mosan postule comme futur maïeur canari. Avant d'exposer son modèle politico-économique : " Des équipes de top managers pour remplacer les partis politiques avec la Chine comme exemple à suivre. " A quand la distribution des P'tits livres rouges ? Davino Verhulst se contente d'un contrat : l'ex-chasseur de mouches genkois signe au Stayen. Au petit trot. Anderlecht et Bruges complètent le tir groupé de nos Européens avant l'entrée en poules. Suarez et Canesin se la jouent Twin Towers, Jovanovic place son pion syndical, Courtrai s'en repart éperonné en mode Ground Zero (2-0). A Malines, Vleminckx vit des tribunes son match de l'année mais comme d'hab' le brave Akpala joue les back-up, le Club talonne le Cercle, pas déconner non plus (1-2). A Zulte, Gand allume toujours en mode diesel avant de retourner la crêpe après la pause, Thijs plante deux prunes pour son jubilé (300 piges en D1), Brüls complète la Nuit du Renard, Sollied s'offre un 12 sur 12, et toujours en sifflotant (1-3). n " Ils ont tellement la trouille de moi, à Anderlecht ?" Veselinovic " Genk est plus fort que le Standard champion de 2008. " Momo Sarr " Tout bon président commence par virer son coach. " Herbert Houben. " Gand sera champion, le seul suspense c'est notre avance. " Bojan Jorgacevic.