LUNDI 15 AOÛT MBOKASSÉ

- Contes de pompes. Mbokani en mauve, l'histoire reste compliquée. Deuxième entraînement et premier coup de mou : un contact avec son frère Kouyaté envoie Dieu en enfer pour deux mois, ligament latéral du genou distendu. Y a des 15 août comme ça, où vaut mieux se farcir la Batte à Liège. " Di Djû ", lâche Vanden Stock, en brusseleir dans le texte. Avant de promettre aux fans censeurs : " Mbokani sera aussi bon que Lukaku ". On note ça, ça resservira. Les ex de Sclessin font tous très fort : Jovanovic se fait tancer pour avoir porté des pompes non agréées par le sponsor-maison. Au prochain carton, c'est le rouche !
...

- Contes de pompes. Mbokani en mauve, l'histoire reste compliquée. Deuxième entraînement et premier coup de mou : un contact avec son frère Kouyaté envoie Dieu en enfer pour deux mois, ligament latéral du genou distendu. Y a des 15 août comme ça, où vaut mieux se farcir la Batte à Liège. " Di Djû ", lâche Vanden Stock, en brusseleir dans le texte. Avant de promettre aux fans censeurs : " Mbokani sera aussi bon que Lukaku ". On note ça, ça resservira. Les ex de Sclessin font tous très fort : Jovanovic se fait tancer pour avoir porté des pompes non agréées par le sponsor-maison. Au prochain carton, c'est le rouche ! - Dans les plumes. Malgré le deuil du pater familias Duchâtelet, Saint-Trond voit toujours grand. Pour son Fan-day le Stayen la fait Bernabeu : comme le Real en Chine, les Canaris mêlent des fans à l'entraînement de l'équipe A, le score n'est pas communiqué. Panique chez les ornithologues de Hesbaye, le nouveau président veut remplacer le sobriquet Canari par l'Aigle méconnu trônant sur le blason. " Notre image est trop sympa, nous serons plus agressifs ", explique Benoît Morenne qui vise... l'Europe. Les plumes d'accord, mais gare au goudron. Et puis, des aigles jaunes ? - Terminus, tout le monde prend. Le feuilleton est terminé, Pierre François officialise les départs de Defour et Mangala pour les caves de Porto, le duo-pack lui rapporte 13 millions. Genk et Malines jubilent : le Racing touche 20 % des six millions pour Steven, le Kavé... 1 % mais c'est déjà ça. Le DG mosan évoque pour la première fois la main agissante de Luciano D'Onofrio... et exhibe une jolie carte à fleurs signée Dominique : Nouvel An avant l'heure l'aîné des frères réclame ses étrennes, 20 mois d'indemnités pour son CDI de directeur sportif. Jules De Sart ressasse un vieil air du coin : " Ce sera une saison de transition ". Puis annonce la signature pro de... Ngawa, un Espoir maison aussitôt prêté à Saint-Trond. Mouais. - Panda récup. Le recyclage du Panda se poursuit : Lepiller se teste à La Gantoise, où il côtoie un certain Luis Hernandez, un back pêché au Real Madrid B. Milicevic rejoint Charleroi : c'est sûr, l'ex-capi de Cartier est passé, lui, Galerie Louise. - Malbouffe. Legear sort la face B méconnue de son hit biannuel Je veux partir. Le titre : Je veux rester. Le goéland mauve promet de contrôler durant un an ses spasmes de migration, priorité au temps de jeu et à une santé du top. A ce propos : " J'ai une hygiène de vie parfaite, y a juste pour la nourriture que je ne regarde pas les étiquettes... " Pour des conseils sonner Eden, l'hagard du Nord. Jona confirme avoir négocié avec Sclessin : " Mais je ne veux pas reculer ". Relance de la phase à chaud en bord de Meuse. Van Holsbeeck peut oublier Vela (Arsenal) pour relayer Mbokani : le Mexicain rejoint la Real Sociedad. Mais Herman engrange Kaminski : le ganté du Kiel signe cinq ans et file direct en second sess à OHL. - Boutons le Belge. La Perfide Albion customisée moujik poursuit sa mise à sac du cuir noir-jaune-rouge : après Courtois et Lukaku, Chelsea négocie avec De Bruyne, l'enchère monte à dix millions avec prêt garanti un an à Genk -Allô Thibaut ? Villas-Boas ne bosse pas que pour son oligarque Roman, il a aussi laissé des fiches au Dragão : Porto vise cette fois Vossen. Quoi, Luciano cible encore son vieux Jos Vaessen ? " P... de mois d'août ", se dit Degraen. Oui, Dirk, 31 jours. - Dragon Ball. A Porto justement, Defour et Mangala montrent du c£ur, du poumon et des artères : visite médicale réussie, ils signent pour cinq ans. Et une clause libératoire de... 50 millions chacun. Reste le bizutage estampillé couleur locale : ils défilent entre les joueurs alignés en deux haies, chacun leur donne de la baffe, c'est la coutume là-bas. Démentons illico : Pierre F. ne s'est pas glissé dans le rang. - Malbouffe (II). Deschacht et Vargas tournent la crêpe au Nutella et dorent le smoutebol " juste comme ça doit, fieu ". Très épris de son identité bruxelloise " par-delà les clivages communautaires " ( copyright Steegen), le Sporting passe la tête Foire du Midi, avec pub gracieuse pour la Friterie De Corte et le maïeur Thielemans, accouru à douze mois du passage aux urnes locales. T3 Renders est venu checker que ses deux oiseaux n'ont pas filé sur le Giant Booster XXXL ou perdu un os dans la Maison de l'horreur. - Roger pas content. Tout arrive, au départ de Zaventem, Vanden Stock prône la révolution populaire : " Nos fans critiquent mais ils râlent dès qu'ils doivent payer cinq euros ; quand on veut le pouvoir il faut aussi payer ". Par bonheur, l'UEFA publie les primes d'Europa Ligue pour l'an passé : le Sporting (1,72 million d'euros) devance Gand (1,53) et Bruges (1,32). - Le retour de l'antichambre. Pour sa première en D2, Charleroi fait son big-bang, et ça marche : rayures... horizontales sur le dos, les taulards carolos se libèrent face à Tirlemont. L'" Anderlecht de la D2 " ( sic Abbas Bayat, bien sûr) s'arrache au final (2-1). Eupen surprend Visé dans le duel des ateliers mondialisés (1-0), le White Star se prend l'étage supérieur contre Waasland (1-3), le Brussels ferme boutique trop vite contre Ostende (1-1), Boussu-Dour et Tubize butent aussi contre Roulers et à Alost (1-1). Bonne saison à tous. - Préparez les mouchoirs. Douche écossaise à Bursa, veille de match Juhasz se claque après cinq minutes. Info ou intox ? Pendant que Van Holsbeeck vérifie ses poupées vaudous, le Hongrois file à l'hosto du coin et revient, scanner à la main, témoigner de sa bonne foi. A Sclessin, le parapluie est aussi de sortie : " Ce ne sera pas la fin du monde si on est éliminé ", lâche Riga. Bombez les torses. - Racing quasi macchabée. Genk revient d'Israël les épines au front : face au Maccabi Haifa, Vossen & Co frôlent la lapidation puis comptent sur leur Judas joyeux, Barda enfonce les clous de son ancien employeur, la chasse aux millions reste ouverte (2-1). Retour à l'aéroport local, Vercauteren exhibe un autre boarding pass : Genk c'est bien fini, il file Gate G5 et s'envole direct voir ses émirs. Et pour l'assister lors du muezzin matinal, Hugo Broos jouera les T2. Le bon Pierre Denier s'y recolle pour la 61e fois mais implore déjà : " Pas plus de trois matches svp ". Depuis ses vacances au soleil, Claude Puel ne dit pas non. - Petits riens. Depuis Madrid, Courtois règle les comptes : " Genk m'a traité comme un déchet, mon départ chahuté est dû à Degraen qui voulait garder mon pourcentage ". Alors Dirk, un vieux réflexe d'agent ? De la voirie au bétail, il n'y a qu'un pas : un certain... Mangala, l'agent de Tshimanga pisté par Genk, accuse Lokeren de traiter son coyote comme " un b£uf " et brandit la loi de 78. A Daknam depuis Davy De Beule, on connaît. - Au suivant. Le tambour-machine tourne toujours vite au lavoir du Lisp. Sitôt signé sitôt parti : El Takky retourne à Wadi Degla. Après quatre jours, sa smala lui manquait déjà. L'incorrigible Dequevy contribue au boudin-compote de fin de saison : il passe à la caisse pour avoir critiqué son remplacement. " D'autres étaient plus mauvais que moi ". Ben oui, Joeri. - Adams Family. Oui, il y a pire dans la vie : Moses Adams quitte brutalement Westerlo pour le Nigéria, au chevet de son frère sauvagement assassiné. Le Kuipje accueille un successeur à De Winter : Mike Van Hamel, un gardien belge du Havre, signe trois saisons. - La bourse ou la vie. Anderlecht ressort les fouilles pleines du pseudo-traquenard de Bursapor, les Crocodiles locaux étaient venus sans les crocs et n'avaient de vert que la couleur des Taxis idoines (1-2). Le ref confond les menottes dans les seize, pas grave : Suarez rayonne, Legear cadre, Jova percute même avec ses vieilles Puma. Mais on retiendra surtout le déjà mythique hakka bedon-épaule-tendre joue improvisé entre Milan-le-dingue et Coach Ariel. - Euro-optimistes. Perclus par les doutes, donné mort face à l'inoxydable Helsingborg, le Standard se libère avec le revenant Berrier, ferme derrière et vendange devant : Leye mord son péno, Benteke mange le poteau, encore heureux que Tchité ait fait pschitt dans l'épuisette venue du Nord (1-0). " Plus jamais ça ", avait dit Koster après Saint-Trond. Ben non : à Zestafoni, Bruges retrouve un champ bovin et gaspille une double avance (3-3). Droit de rachat jeudi prochain. - Un peu de tenue. Classieux balle au pied, Refaelov l'est moins côtés semelle et sapes. Le Brugeois prend cinq matches (dont deux avec sursis) pour sa ruade face à OHL. Et pour son look ? Le garçon est venu devant le comité en chasuble et tongs, le président De Ketelaere a très peu goûté. Ljubijankic prend trois dimanches mais Gand n'a pas oublié le coup de Pierre François pour l'écran télé de Manu Ferrera : il réclame, vidéo au poing, que Kanu soit poursuivi pour... provocation. La doctrine Materazzi percute aussi chez nous. - Temps à l'orage. Un espoir de moins pour Pierre Denier : Bob Peeters, cité à Genk, resigne au Cercle trois ans -notez, tout est possible depuis De Boeck. Et le brave adjoint genkois sort d'une double nuit blanche : il a mis six heures à joindre sa fille, perdue parmi la foule du Pukkelpop. La Ligue pro dédie le week-end aux victimes de Kiewit. - Import-export. Rue de la Centrale, le tourniquet tourne toujours. Maor Buzaglo (Maccabi Tel-Aviv) signe deux ans, ce technicien de couloir est présenté comme le jumeau de Refaelov, gare aux pieds qui trainent donc. Benteke veut partir car son petit c£ur souffre du désamour des Rouches, Everton et... Bruges sont au guichet. Blazic retrouve ses Cariatides à Panetolikos. - Melli Parc. Arzo va causer castillan derrière, il accueille un copain de la Liga : Gand signe l'axial Juan Alvarado aka Melli (27 ans, Betis Séville), place au miel dans la défense-gruyère. Wils, peu ouvert aux recyclages à l'ibère, se recase à Westerlo. Interpellé par le bruit des piécettes, El Ghanassy répète : " Si Louwagie dit que je suis un grand joueur, il doit me payer comme un grand joueur ". Imparable. - Bêtise atomique. Pour son retour, Stijnen pensait faire la une du derby anversois, ses fans la lui volent en explosant les limites de la stupidité nucléaire. Kawashima, le confrère d' e-Stijn, prend des briquets, de la bière et du Fukushima plein la tronche, au final et comme chaque fois la direction du Kiel est choquée et compatit. Ah oui : El Gabas et Losada branchent le marquoir, pour la troisième fois le Lierse kiffe le match (très) nul (1-1). Stijn a joué comme au temps jadis : une sortie aérienne manquée et un carton pour avoir trainaillé. - Du matos, svp. Au Parc, le personnel sportif garantit la variété à l'infirmerie. Juhasz explique qu'il s'est claqué... en descendant de l'avion de Bursa. Référence à ses mimes avec Jova, Jacobs signale du dégât... à son protège-dents. Jova souffre aussi des maxillaires, la veille il était de corvée au fan-shop pour les nouveaux maillots : " A force de sourire, j'ai des crampes au faciès ". Pour Ariel, le risque reste réduit. - Blanc de blanc. Plus de trace de Carcela à Sclessin : le Marocain ne vient même plus aux soins, le départ se précise. Pierre François résume façon linge intime : " Mehdi change d'avis comme moi de caleçon ". Confirmé : le DG rouche ne pratique pas la superstition des footeux. - Et les Gaulois s'empoignèrent. Suite des matatas anversois : Vanoppen, le boss du Beerschot, réclame 3,4 millions à Jos Verhaegen, aujourd'hui passé à l'Antwerp. Au Bosuil, on accuse l'Ours voisin de torpiller la relance du Great Old : " Vanoppen a même voulu payer les 300.000 euros de notre licence pour nous contrôler ". Bientôt la suite, on salive. - Merle alors. Aucun respect pour les vacances des comitards : en évocation, Namur gagne encore et le dossier Sbaa retourne une quatrième fois en appel. Rappel des épisodes précédents : pour avoir aligné ce joueur non qualifié, les Merles ont perdu quinze plumes et se retrouvent en Promotion. Diantre, que fait André Antoine ? - Vas-y Frankie, c'est (pas) bon. Oui, Genk est bien en crise : pendant qu' Effendi Frankie tire son premier narghilé, Denier prend un cigare au Cercle pour le duel des défenses-sacoches (3-2). Les Brugeois assurent même les buts visiteurs par leur comique-voyageur Viane qui, en 340 joutes en Vert, a plus secoué ses filets que ceux d'en face ! A OHL, Gorius, toujours lui, place son label pour offrir, même à dix, la tête à Malines (1-2). A Westerlo, La Gantoise s'en sort tout juste par son duo jongleur Mboyo-El Ghanassy (2-3). Mijat Maric est gérontophile : l'unique buteur de Lokeren cette saison assène à Saint-Trond la tarte des 80 ans de son président Roger (0-2). A la fenêtre de l' Hôtel Stayen, un couple goûte pleinement les galipettes visiteuses... - Tagada, voilà les Dalton. Comme au Parc, le Standard et Charleroi célèbrent la journée du textile. Le dernier maillot porté par Defour monte à 2.500 euros, au profit du Consortium 12-12 contre la famine en Afrique. Au Mambourg, la tunique rayée horizontale fait débat, Mehdi Bayat défend son nourrisson : " Oui nous avons une tunique de bagnards, c'est pour nous évader au plus vite de la D2 ! " - Mercato, suite. Mununga et Azofeifa peuvent préparer le plan à trois : Jorgacevic a un accord avec Gençlerbirligi, les Turcs où Nilis est adjoint. A Gand, l'horizon bouché de Boeckx s'éclaircit subitement. Pas celui de Suler : le Slovène veut partir au plus vite : en alignant son gaffeur au back gauche, Sollied a trouvé le moyen parfait de le dégoûter. - Courses-poursuites. A Bruges, le foot se pratique toujours à deux visages : à Zulte les Gazelles se font rôtir au barbecue, avant d'enfourcher après la pause, le translucide Vazquèz manque de passer à Koster la claquette façon Jova... mais pour de vrai (1-1). Au Parc, Suarez palpe son psoas, Jovanovic récolte les vivats mais c'est Perbet et Kabasele qui tiennent l'affiche : le Montois vit son été indien et le petiot mauve sauve ses aînés (2-2). Après le hors-jeu foireux, Samuel ouvre le chapitre de la carte rouge : semaine prochaine, on essaie l'auto-but ? Pardon c'est déjà fait. Le pilote F1 D'Ambrosio avait donné le coup d'envoi : Anderlecht a couru derrière les échappements. - Electrostimulation. Le scénario était parfait : Benteke bouge ses ex-potes de Courtrai, Kanu percute, ce sale mauve de Veselinovic réplique, puis du ciel jaillit la lumière. Ou plutôt la coupure : Sclessin fait sa nocturne un quart d'heure, du banc surgissent deux spectres nommés Nong et Leye. Et comme Van Hout est un (très) grand enfant, il eut très peur (3-1). Le Standard est le seul de nos Européens vainqueur ce week-end. AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT