LUNDI UN ÉPERON POUR CHAVARRIA

C'est moi qui décide. Pierre François est bien le grand schtroumpf de Liège et le rappelle à qui en douterait. Mangala par exemple : " Ce sera Valence ou rien ". Le grand black devra donc attendre le gui pour filer. Le DG mosan a pensé à un truc pour son ami Benteke : un troisième prêt en deux ans, cette fois à Saint-Trond. L'intéressé ne kiffe pas la nouvelle filiale rouche : " Ce sera l'étranger... ou le Standard ". Christian n'est plus allergique au maillot. Même que le Standard refait commerce avec Genk : Daerden est cité au Racing.
...

C'est moi qui décide. Pierre François est bien le grand schtroumpf de Liège et le rappelle à qui en douterait. Mangala par exemple : " Ce sera Valence ou rien ". Le grand black devra donc attendre le gui pour filer. Le DG mosan a pensé à un truc pour son ami Benteke : un troisième prêt en deux ans, cette fois à Saint-Trond. L'intéressé ne kiffe pas la nouvelle filiale rouche : " Ce sera l'étranger... ou le Standard ". Christian n'est plus allergique au maillot. Même que le Standard refait commerce avec Genk : Daerden est cité au Racing. Keufs en stock. Le nouveau Neerpede attire les badauds et la police locale est venue avec ses cabots car on annonce des fans mauves de rage à l'entraînement. Au final : beaucoup de bruit pour rien. Biglia a digéré ses 11 minutes de la Copa America et reprend le job, il parle même de brosser son opération à l'épaule. Chavarria poursuit son tour des institutions belges : après l'Iris bruxellois et le Parlement germanophone, le gauche gaucho passe à la Flandre profonde : un an à Courtrai. Toujours prêt à rendre service : avant lui, Bulykin et Veselinovic avaient refusé de jouer les fricandelles. Daknam blues. Roger Lambrecht ne veut pas de lui aux repas de famille du dimanche et ne plaît toujours pas à Peter Maes mais Perbet doit refaire son sac pour Lokeren. Les arbitres du COIB ont tranché : Mons avait mal lu le calcul de l'option. " Je suis dégoûté, je repars de zéro ", explique le Français. On en reparle après la première rose ? Babel, suite. Au Lierse, on applique toujours le plan Magellan, faire le tour du monde avec un max de joueurs : voici le Vénézuélien Jesus Gomez (26 ans, attaquant de... Wadi Degla), un pote à Vargas. Si pote d'ailleurs que le garçon, blessé, ne jouera pas avant octobre... Pour pénétrer le marché mandingue, Maged Samy signe le Sénégalais Niasse (médian, Neuchâtel), encore un type qui a dû prendre peur face au patron dingo de Bailly. You'll never walk alone. Fumée mauve depuis Anfield Road, Van Holsbeeck a enfin réussi à convaincre le directoire red de son fameux théorème (transfert libre moins salaire de fou plus prime à la signature multiplié par ménisque récalcitrant divisé par un anglais de sous-cuisine invendable à Match of the Day) le passage au Parc de Milan Jovanovic s'imposait comme la barbe au bouc de Saint-Guidon. Le Beatle serbe signe deux ans et tacle direct son ex-masure de Sclessin : " Ceci est le plus grand club belge, avec moi on va jouer le titre ". Bisou jure être au top physique, à défaut Vargas est pleinement disposé à lui faire visiter la salle de muscu. Voici d'ailleurs deux nouveaux clients pour l'infirmerie : Diogo et Safari se tordent à l'entraînement, quand c'est pas dans la tête, c'est bien dans les jambes. Un Duc en hiver. Il aura mis du temps, Yves De Winter obtient enfin son ennoblissement : le gardien de Westerlo signe à De Graafschap, le Duché en langue de Sa Majesté Beatrix Wilhelmina Armgard d'Orange-Nassau. Resté au Kuipje, Delen vérifie qu'il a toujours le c£ur bien à gauche : Jef a dû quitter son premier match, victime de pulsations frénétiques. Le début de la fin pour la loco campinoise ? Rabbi Jacky. Le comité sportif, c'est comme la CCA : on sort le lourd tout de suite pour faire peur à tout le monde. Odoi prend trois matches pour son kata louvaniste, le Gantois Arzo pareil pour avoir frappé Vossen... durant les play-offs 1 : entre-temps, les comitards étaient partis en vacances sans leurs ralentis télé. Toujours plus fort, Mathijssen écope de... sept dimanches pour avoir traité un arbitre de Juif. " Je ne suis pas raciste ", jure Jacky qui concède juste un peu d'humour avec son collègue-coach du Maccabi Tel-Aviv. Depuis quand l'ironie percute-t-elle avenue Houba ? Pas de panique, on réduira tout ça en appel. Berrier, à la folie. Le Ribéry rouche joue toujours au foot, même qu'il reprend en amical après sa dernière rechute. Faymonville (Promotion D) s'en rend compte : en une heure, Berrier claque trois assists. Prochain galop contre une D3 ? Bakchich, mon frère. Les marchands de tapis ont vidé leur palabre : Mons casque à Lokeren la dringuelle réclamée, Perbet se retrouve Dragon pour trois ans. Reste plus qu'à cracher le feu : avec 22 cacahuètes rien que sur le second tour passé, ça devrait le faire. Même si c'était en D2. Sport (im)populaire. Tante Annemie digère toujours moins le rond ballon : la sécurité de la D1 a encore coûté 5,5 millions la saison dernière (+25 %), la ministre de l'Intérieur Turtelboom pointe les play-offs 1 qui ont réuni tous les clubs à risque. En quête sans doute d'un bon bulletin, le maïeur de Denderleeuw interdit la joute amicale du soir entre Dender et Alost... car ses policiers sont en vacances. A l'Antwerp, Lommel et Waasland, même topo : pénurie d'agents et remise des matches. Si même les amicaux commencent à faire problème. Le retour des morts vivants. On leur avait promis le pire, Genk tremble bien mais ressort intact du Cimetière du Partizan (1-1). Acculés à l'apnée par d'acerbes Serbes, les kets à Frankie sont sauvés par leur barre, avant qu'un rascal nommé Vossen passe des onze mètres, comme à l'aller. Car c'est connu : même dans un biotope hostile, le Jelle prédateur conserve son sang glacé. Un an après Anderlecht, fallait bien que le Partizan paie la note aux pénos : le Racing se blinde un automne en Europe. La banque saute. Cinq ans après le 9.77 supersonique d'Asafa Powell sur le 100 m Weltklasse du célèbre meeting local, le Letzigrund de Zurich enterre les illusions millionnaires du Standard : Buyens prend du rouche comme un bleu, Bolat sauve le péno-cadeau mais Mehmedi, toujours lui, repasse son jump de l'aller (1-0). A dix, les rescapés mosans ahanent tel un troupeau de lièvres mal cadencés. Les Liégeois devront passer par la seconde sess' pour mériter l'Europaligue. Mais la façade se lézarde : Leye allume Opare sur son état physique, Riga réclame des renforts à tous vents. Eden au trou. Leekens et le fast-food, c'était donc une affaire de culture : Hazard est biffé des deux prochaines sélections diaboliques, les suites de sa sortie cheeseburger met ajuin anticipée de la Turquie. " Et encore, ce n'est pas une sanction sévère ", précise Mac The Knife - imaginez le tarif pour un double bacon... A Lille, c'est fête : Rudi Garcia dégèle déjà les flamiches et le welsh. Autour de la smala Hazard la rumeur grandit : Eden renoncerait aux Diables tant que Leekens y ferait les menus. Le sélectionneur biffe aussi Defour, officiellement... blessé. Quoi, Georges a aussi un pourcentage sur le transfert ? Mais il n'oublie pas ses fils : Mbo Mbenza intègre le staff des scouts. Reste Emile, qui a sûrement des tuyaux très hots sur les Azéris. Moi je. Jovanovic reprend son vol bimensuel pour Bruxelles-les-Bains et passe, oui oui, la visite médicale mauve avec succès. Puis fait passer le message suivant : " Fans du Standard comprenez-moi, je vous ai offert tant de belles choses ". Pour sûr, Bisou a gardé tout son égo. Et le copion pourra resservir dans quelques jours avec le messie Dieumerci. On en a connu, au Parc, des Brésiliens chez qui le bolo de chez Michou passait moyen, mais celui-ci semble s'accrocher : Canesin signe en mauve jusqu'en 2016. En plus de plutôt bien faire jouer les autres, le garçon serait un modèle d'intégration : dès son premier jour il s'assumait seul et demandait à suivre des cours de français. Comprendo, les autres ? Virginités. Si Hazard a des questions sur les règles en sélection haïtienne, il peut toujours tweeter Goreux : Régi est repris pour faire ses débuts en septembre face aux Iles Vierges et Curaçao. Le voodoo cure, ça colle avec le cheese ? Indice zéro. Malgré la région, ce devait être un déplacement pacifique : dans la fournaise du Qarabagh, le Club Bruges récolte une défaite sans dommages sinon pour le coefficient belge, le duo Meunier-Vleminckx ressort boitillant (1-0). Au Kuipje, Westerlo clôture la grande semaine de la fondue belge en se tapant la raclette face aux Young Boys (0-2). UEFA Tours. A l'Euro-grattage Genk et Bruges s'en tirent mieux qu'Anderlecht et le Standard. Barda emmènera son Racing vers son ex-kibboutz du Maccabi Haïfa, géniteur des Refaelov et Arbitman. Après le Qarabag Bruges reste à l'Est à la découverte de l'orchestre de Zestafoni (Géorgie). Anderlecht devra se l'accrocher à Bursaspor, des Turcs non truqueurs. Le Standard devra faire fjord à Helsingborg (Suède), dont l'ailier Ramadan entame son mois de gloire. Pour l'exemple. Surprise, le comité d'appel n'a ni plié ni rompu : le Parquet obtient les trois semaines de colle réclamées pour Odoi, élu roi de la semelle à OHL. A Louvain justement, un ex-Mauve sort de la cave : Floribert Ngalula, le frangin à Junior autre talent déchu du Parc, obtient un minerval de deux ans au Sportkot, le joyeux Floribert déprimait à Turku après sa grosse cuite d'Old Trafford. Un Bob pour la route. Saison à peine entamée, Bob Peeters rempile déjà comme coach au Cercle, échéance 2014 : depuis De Boeck, les petits chefs verts aiment prendre de l'avance. Frans Schotte va, lui, écourter : le président local stoppera les shoots fin d'année pour se consacrer à sa famille. Ou plutôt : il présidera la Ligue des Familles. Avec tarifs classes vertes pour les gamins du Cercle ? Ma tribune pour un pispot. Vermeersch préfère tirer la chasse : plutôt que de sortir le cintre ou d'héler le plombier, le roi Johan fait fermer la Tribune 1 du stade Machtens car les inspecteurs ont jugé les toilettes insalubres. Chienne de vie pour la fanfare, sommée de se trouver un autre siège dans la cuvette molenbeekoise. A chacun son Judas. Stade sous tension cherche ambianceur : le comité du Parc présente son Judanovic (copyright Les Fans rouches réunis) en offrande au peuple mauve, le tour est joué. Les épaules délestées de moult enclumes, les collègues rentrent une feuille propre contre Malines (3-1) : Jacobs bouleverse son onze, Suarez et Canesin la jouent futchebol, Biglia règne, De Sutter double Lukaku qui plante son dernier pion en brusseleir. Renard n'a pas aimé le Jabulani du Parc, pour une fois Jacobs fait l'éloge de Suarez. Et cette analogie de Degryse entre Canesin et Lozano, Ariel ? " Oui... pour la coiffure ". Tout n'est pas mauve bonbon : des fans anti-Mbokani manifestent leur hostilité envers l'ancien... Judas. Oui Herman, fichu métier. Porto rouche. Porto crée le cas de conscience à Sclessin : le Dragao dépose un chèque de cinq à sept millions (bonus compris) pour Mangala, soit... autant que Valence. Pierre François n'a donc plus de vraie raison de privilégier le deal andalou. Tiens, que devient Signor Licio ? Grozav signe à Cluj, en deux ans le Ronaldo roumain aura joué... neuf matches. Cyber-ballon. Saint-Trond recycle les méthodes Vanhaezebrouck et recrute par clavier azerty : inspiré par le cas google d'Istvan Bakx, Brepoels teste Hans Denissen, un type qui a posté ses propres exploits sur Youtube. En vrai, le phénomène ne casse rien et repart sans contrat. Ça valait la peine d'installer le wifi au Stayen. In the pocket. Van Holsbeeck a bien fait de passer sa semaine dans l' Eurostar : il obtient le da d'Abramovitch, Lukaku file à Chelsea pour cinq ans. Le prix se monterait à 12 millions, avec incentives jusqu'à 20 : Twitter Belgique perd son principal usager mais Anderlecht renfloue la caisse familiale. Papa Roger et Maman Adolphine pareil, reste au petit à torcher Torres, Drogba, Anelka & Co. Plan Chelsea II, Roger Vanden Stock n'a plus de regrets : 21 h 50 pétantes, Kevin De Bruyne s'écrase au Lierse mais échappe à la fracture. Ouf, manquait plus qu'une mononucléose. Pif au poil. Outre De Bruyne, Genk perd ses premiers points au Lierse, bien plus joueur sous Chris Janssens (0-0). " La Gantoise va jouer le titre " ( sic Sollied), mais tarde à l'allumage : les Buffalos se font empester par les Rats au Kiel malgré les cadeaux locaux, les ailes de pigeon de Petit Pelé et la forme précoce d'El Ghanassy (2-2). Les petits ont le vent dans le dos : Mons encercle le Cercle grâce à Perbet, entré au jeu juste avant et toujours farfouilleur dans les seize (1-1). OHL lutte dans le duel des frappes à Zulte : Remacle place sa patte mais Trajkovski passe façon trash (2-1). Salam, Frankie. Tintin percute toujours au pays de l'or noir : le pape de la banane suivra-t-il le roi du snus ? Pendant que MPH agite son pulsomètre à Al Shabab, Vercauteren est signalé aux Emirats où Al-Jazira se cherche un coach après le débauchage de Sabella, happé par l' Albiceleste. Avancez les pépettes : le président local est le propriétaire de Manchester City ! Très basse-cour. Le Bosuil le prouve pour son Fan-Day, l'union des forces contraires est possible en Métropole. L'Antwerp s'offre deux coqs sur le même ballot : Eddy Wauters accueille Jos Verhaegen, les ex-gourous de la KB et du Germinal vont se partager les poules. Gunther Hofmans, gendre du second promu directeur technique, sera la première volaille de l'histoire : " Dans trois ans nous serons en D1. " Dosunmu et Dunkovic (Malines) sont les premiers renforts. Qui a ricané ? Liquidation totale. Sa patte gauche ne doit pas s'être complètement paumée dans la Dyle malinoise, à vérifier à l'entraînement du soir du White Star Wommersom : Tom Soetaers, sans club, maintient sa ligne avec ses potes de P2 Linbourg. Qui s'y colle pour les coups francs ? Un autre styliste se recase chez JR : Cruz (Beerschot) signe à Dallas-USA. Gaffe à la ligne, Dan : c'est Pizza Hut qui douille au club. Lady Leye. Devant ses fidèles, toujours assurer pour débuter : le Standard fait le job contre Lokeren grâce au frappeur Goreux, au bisseur Leye et au cascadeur Nong (3-1). Defour n'était pas dans les 18, malgré ses suppliques : " Je veux aider l'équipe, c'est le Standard qui refuse que je joue ". Qui c'est le vilain finalement ? Thèse, antithèse, synthétique. Malgré le départ de Duchâtelet, malgré son bourbier transformé en tapis-plain, Saint-Trond reste Saint-Trond. Le Bruges de Refaelov (deux buts) se balade avant la pause, entrevoit le 6/6... puis sombre sous le broyeur local avec Dufer dans le rôle du chef-compote passé maître du coup franc tardif (3-3). Certains nuls le sont vraiment : Westerlo ne franchit pas l'écueil d'un Courtrai réduit à neuf (0-0). AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT