LUNDI HERMAN EN PINCE

erik libois
...

erik liboisProfession : cartomancien. Van Holsbeeck ajoute une ligne à son CV déjà cossu : car à la demande, Herman vous tire les cartes et développe votre signe astral. " Je suis un Scorpion, c'est quand on me croit mort que je me relève toujours " : le manager mauve commente les huées du public lors du Fan Day. Si Herman pouvait aussi prédire l'avenir, ça arrangerait Monsieur Roger. Lequel défend son contractuel : " Attaquer Herman, c'est m'attaquer moi et le Sporting, tant que je serai là, les supporters ne feront pas la loi. " Ça, c'est du swing. Un pied dedans, un pied dehors. Coach-directeur technique, une bien belle combinaison doit se dire Vercauteren : veille de Partizan, le roi du Limbourg compte ses joueurs et rappelle les mécréants Verhulst, Huysegems, Toth et Bakx, jugés indésirables un peu plus tôt. Au Standard, Riga débite à tout va : le trio Grozav-Labylle-Bergonsi, jugé surnuméraire, peut s'en aller. Pour Ciman, c'est passage par la case infirmerie : touché au genou en Supercoupe, le grand Lolo en prend pour deux semaines. iPad, mon pote. Bruges-Kiel aller-retour, Clement est reparti mais le Beerschot gagne les secrets de fabrique : le coach physique Van Winkel, recruté chez les Gazelles, applique la méthode brugeoise aux petits Rats. Chaque matin avant la séance, les joueurs cochent un questionnaire par iPad sur leur sommeil, leur indice de bien-être, le souper de la veille et... la couleur de leur pipi. Du moment qu'au final, ils la mettent au fond. Sacs jaune et bleu. Comptez sur lui, Ceulemans recycle vos vieilles breloques brugeoises : après Van Audenaerde, Chavez et Van Heerden (Club Bruges), Westerlo accueille l'ex-diva du Cercle Stijn De Smet. A Gand, le beau Stijn n'a jamais pu tenir le rythme des entraînements. L'air iodé du Kuipje produira-t-il ses effets ? Astro-pommes. Dommage que Duchâtelet ne soit plus là pour patiner : le synthétique du Stayen (hauteur du gazon : 22 mm) est fin prêt, et les ouvriers canaris placent les buts, des fois que les puncheurs locaux se mettraient à cadrer. Ne manque plus que l'homologation de l'Université de Gand pour évaluer les rebonds. Et la glisse ? London speaking. Au Parc Astrid, les news d'Albion sont bonnes. Malgré les barils fourrés de pétrodollars, Jovanovic biffe Al Shabab, sa dame préfère Bruxelles-les-Bains aux sables de Ryad, reste à voir les pépettes. A Stamford Bridge, Drogba inonde d'éloges son petit frère noir-mauve, et le pouce du grand Rom de tweeter frénétiquement : " Didier Drogba made my day, thank you Sir. " Confirmé, Herman avait du bon tarot. Tournez manège. Le pneumatique Stayen-Sclessin se met en route : Henkinet suit son ex-président et enfile ses plus beaux gants pour parapher quatre ans en rouche. " Dans un an je veux être titulaire ", ose illico le natif de... Rocourt. Blazic peut disposer, il n'y a plus de place pour lui dans le filet garni liégeois. People story. Effet d'annonce ou pas, le Beerschot croit aux has been : le Kiel accueille en test l'ex-Ajacide et Blaugrana Haruna Babangida. Soyons équitables : chez les Rats crèche bien Kagelmacher, un ex du Real. A Gand, les Buffalos testent un Brésilien surnommé... Makelele. Smolders se croit revenu au temps d'Abbas Bayat : à un an de sa fin de contrat Big Tim est prié par Louwagie de déguerpir, histoire de moudre un peu de blé sous la meule. A Charleroi justement, la D2 se vit heureux mais pas caché : les Zèbres testent Parfait Mandanda, gardien comme son frangin de l'OM. Vivent les people ! Les Dupont sont de retour. Le duo n'a pas pris une ride depuis un an : Vossen et Ogunjimi éteignent le chant du Partizan, Genk échappe à la noyade (2-1). Fallait bien ça pour effacer les incartades d'Anele exclu à la demi-heure, la maladresse au 22 long de Kennedy et le goût du bois de De Bruyne. Mais le Standard peut témoigner, cet été le Racing adore le foot à dix : des onze mètres Vossen est plus adroit que le trio Boussoufa-Biglia-Suarez un soir d'août 2010, pour Ogunjimi une touchette suffit toujours à faire caisse. Préparez le bunker pour Belgrade. Epargne-pension. Ex-prophète au long cours du Gaverbeek, Dury voit tout en long. Dérouté par son flirt gantois, le Guy Roux flandrien annonce la couleur : " Je veux rester ici 15 à 20 ans ". Le bon Francky vient de signer comme directeur technique fédéral, en prévision du départ au clou de Sablon. L'ex-pourfendeur de la secte Houba a des arguments : " J'ai une vision et je sens ici le vent du changement ". Reste à couper la pompe à formol du comité exécutif. Ex-T2 déçu des Diables, Dury a déjà son court terme garanti : il reprend le coaching des Espoirs. Le voici le changement : après le cumul externe, la Fédé promeut donc le cumul interne. On se refait pas. Au Beerschot, Mathijssen revient flower power d'un séminaire batave : " On nous a dit qu'un coach était heureux 40 heures par saison, à raison de quatre heures par victoire, ça fait dix succès par an ". L'an passé, les Rats ont gagné... trois fois sous Jacky. D'autant que le naturel ne se chasse pas comme ça : le coach du Kiel est convoqué au comité sportif pour avoir torché l'arbitre en... amical contre Maccabi Tel-Aviv et Saint-Trond. Refrain annuel. Malgré l'usage répété le vieux disque rayé de la CCA tourne toujours sans trop d'à-coups : à l'heure des consignes saisonnières, la confrérie des refs martèle la cohérence entre disciples. On connaît la suite : les 25 caméras de Telenet se chargeront de collecter les fausses queues, et au final les comités disciplinaires blanchiront les vilains agresseurs. Une nouveauté quand même : les protège-cous hivernaux sont prohibés. El Ghanassy aura bien froid à Noël. Rouche malheur. C'était écrit, ce devait être une journée de m... Pendant que Mangala pianote au GPS les coordonnées satellite de Mestalla, Defour quitte la mise au vert : il est forfait contre Zurich, question de ne pas rogner son quota UEFA. Même face aux neutres Helvètes la castagne est possible : avant le match, les kops se chauffent les crânes, on relève sept blessés et des dizaines d'arrestations. Le soir, le Standard vidange le fendant et se fait quasi détrousser, un comble pour des banquiers suisses : Gonzales fait son Ogunjimi, Nacho entre et place le front à la 91e (1-1). La mise est sauve mais au retour, faudra blanchir précis. Fin des soldes. Veille de première, Ariel Jacobs dépucèle la nouvelle salle de presse de Neerpede (90 places) : " Finalement, j'aurais dû plus me plaindre quand on m'a vendu Boussoufa ". D'évidence le message positiviste venu du haut n'a pas percuté. Et les soucis d'Ariel ne font que commencer : les Rangers haussent leur offre pour Juhasz, Arsenal rôde autour de Biglia. Cave canem. Les ex- Rouches ressortent de la cave. Mulemo, libéré par Bucaspor, signe à Courtrai. Depuis Alicante, Sarr fait savoir qu'il retrouverait bien Sclessin vu le départ des FratelliD'Onofrio : le " chien " ( sic) de naguère re-kiffe la Meuse puisque la niche a changé de maître. Depuis Florence, l'Arlésienne Lepiller (ex-Eupen) refait surface. Les griffes de la nuit. Ils ont grandi dans la même ruelle de Kinshasa, ils joueront baballe sous les lux du Tondreau : Freddy Mombongo (ex-Eupen) rejoint Zola Matumona à Mons. Et Perbet, freiné par Lokeren devant le CBAS, de ronger un peu plus son siège en tribune. Fûts en perce. La D1, finalement c'est pas si mal : veille d'Anderlecht, OH Louvain écoule son 8.200e et dernier ticket, le stade est sold-out. Mieux, les joyeux kotteurs sont autorisés par la Ligue à abreuver la populace avec la blonde stellaire du brasseur local. Venant du Bar Jupiler, ça mérite la mention. Bjorn & ses amis. Vleminckx n'a pas senti l'entre-saison : première sortie officielle du Club Bruges, le buteur venu du NEC poursuit son £uvre et enfile son nicnac au joyeux FC Qarabagh. Vázquez, Donk et Dirar prolongent la synthèse des Anciens et des Modernes, les Gazelles galopent déjà sur l'Europaligue (4-1). Pour le retour au Nagorno, faudra juste éviter la flagornerie. A Berne, sur le terrain jokari des Young Boys, Westerlo bouffe le chèque et paie la note, malgré une prune de Brüls et les saves de De Winter (3-1). Venu en bus de nuit avec ses VIP, Herman Wijnants pourra bientôt biffer le budget Europe de ses factures. Sacrés transferts... Après Defour pour qui Pierre François " attend toujours une première offre ", Mangala goûte peu les châteaux espagnols de ses boss : malgré l'accord sur sept millions entre le Standard et Valence, Eliaquim décline, il kiffe davantage le Porto Cruz. Sors de ce corps, Luciano ? D'autant que la presse Ibérique a des soucis d'iconographie : AS fait sa une du Français... avec la photo de Witsel. Les étés se ressemblent pour Koen Daerden : l'homme qui valait quatre millions peut vider son casier. Et pour Milou Delsaer, c'est aussi tintin : le célèbre magasinier rouche s'en va après 11 années de service-nounou aux joueurs. Normal : c'est de 7 à 77 ans, et Milou a atteint l'âge-limite. Qui veut mon mythe ? Très mitigé ces temps-ci sur le bonheur d'être dirigeant, Van Holsbeeck en devient cynique. Référant à Luciano D'Onofrio, le manager mauve ose ce trait déjà fameux : " La personnalité de Luciano nous manquera, il deviendra... un mythe. " Hélecine, cela s'appelle l'effet retard. Parking couvert. Peter Maes veut plus d'ambiance à Daknam, il programme un entraînement des... fans, chacun équipé de ses écharpe et klaxon. Le coach vise aussi plus de sécurité sur le parking : il demande à son président de virer les vieux panneaux pub derrière le but de droite et de bâtir une tribune pour le kop. A chaque frappe de Persoons, personne ne craindra plus pour son auto. Cote d'exclusion. Les Mauves commencent très fort : face aux joyeux students d'OHL, Anderlecht bâcle sa session et prend les syllabii pleine tronche (2-1). Avec sa quintette acnéique Marecek-Reynaldo-Canesin-Suarez-Lukaku, Jacobs ose la jeunesse mais n'évite pas la buse intégrale. Exclu à la demi-heure, Odoi bousille le rendez-vous de ses roots, Lukaku massacre l'art du péno, le père Samuel parachève en distribuant les offrandes. Même en D3, Amoah n'avait jamais buté aussi facile, et l'ex-étoilé de s'offrir la tournée des bars étudiants. Les fans mauves bloquent le car, Jacobs y relit la gazette du matin où Président Roger martelait encore : " Il n'y a pas mieux qu'Ariel comme coach, c'est lui qui décidera quand il arrêtera ". De la soirée on retiendra aussi la casquette rose bonbon de Reynaldo, sûrement un cadeau de bienvenue signé Jona. DJ Rom. Saga Lukaku, suite et re-suite : le Daily Mail annonce une offre de Chelsea de... 23 millions d'euros. Mais Big Rom s'en fiche, il est tout à son Twitter, à s'excuser auprès des fans pour la branlée de la veille : " Notre prestation était indigne, j'ai trop la haine là, on foire grave ". Yo ! A l'Est, toutes. " On peut gagner la Coupe du Monde 2014 ! " : live from Copacabana, notre président fédéral y croit fort. Et de fait, la paluche bedonnante de Gronaldo nous offre un groupe homogène, sans réel cador mais sans répit non plus : de la Croatie à la Macédoine en passant par la Serbie, l'Ecosse et le Pays de Galles, place à la tournée des Slaves... et des distilleries. Leekens peut vérifier son omnium : il craignait " des Mercedes ", il a obtenu " des Ford ". Et produites sur des chaînes délocalisées svp. Question recettes par contre, peu de chance de faire batifoler le nouveau trésorier. Ceci dit, la Fédé va toucher cinq millions en plus, car la FIFA reprend la gestion propre des droits télé. Enfin, " propre "... Van Damme est aware. Comme Anderlecht la veille, le Standard à Mons vit l'expérience du traquenard promu : Goreux a dû avoir le même prof de hors-jeu que Samuel, Ibou passe en plein jour, Riga sent poindre le retour honteux de ce Tondreau qui l'a fait naître. Mais le grand Jelle passe par là : Van Damme confond ses chevilles, sort un grigri méconnu et récure du droit la lunette de la cuvette locale (1-1). Camara ressort tout trouble : minerve au cou, il passe par l'hosto voisin mais ressort tel un sou neuf. Matches (belca)cons. On redoutait ce premier samedi soir tout pourri, il le fut... à moitié. On retiendra le frottis spécial toile d'araignée signé Hubert (Genk-Beerschot 3-1), la grande forme de Verbist et de ses poteaux impavides face aux... 37 frappes buffalos (Gantoise-Cercle 0-1), la première ficelle messine de Gorius à Malines-Saint-Trond (2-1), l'arbitrage pointilliste à Courtrai-Lierse (1-1) et le canard laqué servi aux VIP de Daknam en hommage à Habibou... blessé lors d'un Lokeren-Zulte plutôt confit (0-0). Tous au musée. Tout le monde lève le coude pour Simaeys : relégué dans la cave brugeoise, le roi de la manchette trouve refuge à Genk où Vercauteren s'inquiétait pour son axe après le départ de Matoukou. Après avoir accroché le grand Jeroen a ses cimaises, Genk vise le Prado... pardon le Pardo : l'ex-portier d'Olympiacos se teste chez l'expert Guy Martens et postule un casque de mineur. De l'eau dans le tube.Vivons jeune, comme on dit chez Evian. " Vivons connecté " pourrait ajouter Stijnen, approché par le promu de Ligue 1 où Laquait est blessé. Le deal échoue, la fiche de salaire du corbeau limbourgeois était trop lourde. Stijn peut reprendre le taf avec Custers, où il pourra postuler comme GO : Moustache va ouvrir son académie à Hasselt. Si les gamins Boniek veulent faire keeper, Stijn assurera sûrement le module informatique. Blue-Kaku. Toujours dispo pour la télé flamande en ce dimanche saint, le prophète Romelu distribue sa bonne parole : " En principe, je reste à Anderlecht. Je m'y sens bien. " Avant de nuacer : " Si je pars, ce sera pour un club où je joue, je ne veux pas être prêté comme Thibaut Courtois. " Allô Villas-Boas ? En vous remerciant. Le Club Bruges a bien zieuté les résumés de la concurrence et soigne son départ : Westerlo ramasse la note et vit son Waterloo annuel, 14e revers d'affilée et respect zéro pour les ex Ceulemans et Vanaudernaerde (exclu). Vleminckx martèle le mur de Campine, ses potos en profitent : Vázquez règne, Meunier étrenne sa meule (5-0). Les Gazelles sont déjà en rut, mais gare aux échappées trop matinales...