LUNDI 6 JUIN DÉDÉ AU DODO

Erik Libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)
...

Erik Libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)Chauffe, Herman. Rude premier jour d'après-vacances pour Van Holsbeeck : " Oui Vargas nous intéresse, mais pas pour cinq millions. " Si DG Herman reste mutique sur les rumeurs Mbokani et Jovanovic, ces derniers causent pour lui. " C'est de la foutaise ", jure l'agent de Dieu, relayé par Bisou himself : " Pas question que je réduise mon salaire pour revenir en Belgique. " Full stress : en sortant du parking le manager mauve encastre une famille en auto, avec deux nourrissons à l'arrière. Pas de blessés, mais une saison qui promet. Not guilty. A Manhattan, Mr Sinclair plaide non-coupable, la bataille des avocats peut commencer. A Sclessin, le coupable éternel du public tue symboliquement le frangin protecteur, sa grande aventure solitaire va débuter : après 14 saisons à tous les postes " sauf concierge " (sic), Coach Dom coupe le cordon mosan. " Je veux prouver que je peux réussir ailleurs ", explique Dédé, 58 ans et la vie devant lui. Pour une fois, c'est l'aîné qui dribble le cadet : " Je suis déçu ", chuchote Luciano. Conceiçao imite son T1 : " Le travail est fini, d'enfants on a fait des joueurs des adultes éduqués et respectueux " - nom d'une gifle ! La zone interview va perdre en spectacle. En " bien évidemment " et en " p... " aussi. Le lièvre Albert. Parti après les autres pour cause de tour final, Mons passe la quatrième : avec Van Wijk (T1 + 1 an), Vande Walle (coach des gardiens), Bourabia (Waasland) et Timmermans (+ 2 ans), Leone signe coup sur coup un coach à poigne, un ganté-vanneur, un presque bourreau de tour final (deux buts contre... Mons) et le héros de la montée. Attendu que... Appelez cela une saison de m... : relégué à M'Gladbach, oublié des Diables et paraît-il endetté, Logan Bailly prend cinq mois de cabane avec sursis pour avoir trop dégagé des poings au Carré en mai 2008. Un écart dans les trois ans, et la peine tournera ferme ! Le plus tatoué des footeux liégeois reçoit son bon de sortie du Borussia, il doit se chercher un autre ring. Khalilou-on-Thames. Fadiga ferait bien de s'acheter de bonnes jambières : à 36 ans le magicien noir signe... à Tamise (D3A) où, c'est sûr, les bouchers adverses vont viser les tibias du poète. Accroche bien le pacemaker, Khali. Gazelle catalane. " Je rejoins un club mythique d'Europe " : Victor Vazquez a prévu les tapas pour tout le monde, ou alors il s'est trompé de fiche, mais Bruges est content et présente son nouveau Messi. Même que c'est Don Lionel qui le dit : " Chez les jeunes, Victor était le meilleur ". Confirmation chez l'intéressé : " Leo a eu plus de chance, moi j'ai souvent été blessé ". Vazquez rassemble ses atouts : il a amené madame, ses vieux et les cousins, en plus il récupère le n°13 de De Vlieger. Téléfoot, mon frère. Au Lierse, la galaxie Samy est infinie : jeté comme T1 puis comme DT, Helleputte va tester son charisme comme... juré pour une télé cairote propriété de son boss. Le nouveau chef-scout doit superviser un télé-crochet qui désignera le meilleur espoir égyptien : " C'est très sérieux, on y avait repéré El-Gabas. " Cavens n'est pas admis au casting : trop vieux, pas assez doué. En vacances en Turquie, Jurgen apprend qu'il doit déguerpir... par coup de fil d'un journaliste. A chacun son Eden. Si les Diables ont leur Eden fan de burgers, le Standard a son Edenilson féru de feijoada et de petits ponts : les Rouches signent Edenilson Bergonsi, un Brésilien du Brussels qui, prêté par Varèse, a fait rêver le stade Machtens. De quoi refaire danser les fans ? Les Ultras Infernos ne veulent pas de Value8 et inondent le site batave de mails haineux. Le boss Peter Paul De Vries joue l'empathie : " Je comprends la méfiance mais nous ne voulons pas démanteler, au contraire nous voulons garder tout le monde et viser le deuxième tour de Champions League ". Oufti ! Forza Eire. En soirée, Sclessin s'offre un peu de rêve avec la Squadra Azzurra : malgré 21.516 fans salivants, la sélection... B s'écrase contre l'Eire (0-2). Tout n'est pas perdu : en face, le coach fleurait bon le Brunello et l'huile d'olive, bon sang mais c'est bien lui, il vecchio Trapattoni ! Dans la loge d'honneur, et malgré les circonstances, les Fratelli D'Onofrio avaient l'air de bien rigoler. Beaucoup moins drôle, la banderole en tribune à la gloire de... Léon Degrelle. Happy end ? La Fédé rwandaise jette l'éponge et libère Tchité le roi des passeports. Réveillée en sursaut, l'Union belge forwarde le dossier à la FIFA qui devra changer ses règlements. Allô Leekens ? " Je ne commente pas des hypothèses, sinon je devrais aussi penser à Messi... " Jef de Sart gardera sa plaquette URBSFA : il rempile un an en Espoirs. Mais son nom circule aussi... à Eupen. C'est moi ou lui. Ambiance morose à Eindhoven pour la tchatche entre Value 8 et la direction rouche. La main sur le c£ur, le patron batave répète son goût du cuir : " J'aime les clubs ouvriers comme Feyenoord et le Standard, j'entraîne même mon propre fils en U8. " Parmi les négociateurs, un certain Maatsbert Schouten : l'ex-président de Vitesse Arnhem, pur financier réputé dépeceur de clubs, ne serait qu'un paravent du groupe Roman Abramovitch. Lucien D'Onofrio ne le sent pas : entre Value 8 et lui, il faudra choisir. Pierre François, lui, les sent bien ces Bataves. Entre Luciano et Pierre, ça sent la fin d'idylle. Tout le contraire de Dédé et Sergio : les deux ex-coaches volent vers la Grèce avec femmes et enfants. Mais pas au PAOK Salonique : Bölöni, encore un ex-Rouche, y signe comme coach. Promo saumon. Cet été, le flétan des fjords est très couru. Le Beerschot signe pour sa défense le dénommé Jon Gudni Fjoluson, une tour islandaise d'1,93 m soi-disant pistée par le Bayern et le PSV. Le Club Bruges remplace les gondoles par les drakkars et recrute son troisième fishstick : voici le Suédois Michael Almebäck (Örebrö) alias Iron Mike - pour une défense, ça l'fait. Gaffe quand même aux kits suédois : après démontage, le second assemblage est toujours bancal. Tous derrière et Bart devant. Le temps perdu ne se rattrape plus : Bart De Roover s'écoute Barbara en boucle et sonne la reprise des entraînements à l'Antwerp. Même que les joueurs en partance, sous contrat jusqu'au 30 juin, ont dû faire des tours avec les autres. Le grand échiquier. Van Holsbeeck rassure ses fidèles : " Vous allez en baver, de nos transferts. " Sans déconner, le manager mauve signe Chancel Mangulu, un stopper congolais de 19 ans. Façon Seck ou... Mangala ? Malgré son contrat tout frais, Biglia est cité à Leverkusen. Cracovie renonce à Wasyl jugé trop cher. Zitka passe au Parc avec le champagne pour les secrétaires : il fait chou blanc, tout l'administratif crèche déjà à Neerpede. Popol fait l'avion. Des fromages de Campine aux minarets de Trébizonde, Paulo Henrique change le décor : il signe cinq ans à Trabzonspor, où il pourra tchatcher du Caje avec Jaja Coelho, un autre ex-king du Kuipje. Côté pépettes, c'est pas gras : Westerlo ne touche que 15 % des quatre millions du deal. Tant pis aussi pour le Standard : " Ils me proposaient un salaire deux fois moindre ", explique Popol. Retrouvailles dès la mi-août pour un pré-tour de Ligue ? Vous avez un message. Serait-ce le (dé)clic Stijnen ? Depuis son fitness de... New York City, Vargas alerte Bruges qu'il brossera la reprise, il a trop peur des menaces sur le web. Un fan brugeois déprime grave, il a nommé son nouveau-né Ronald : " Je fais quoi, maintenant ?" Fallait l'appeler Geert ou Dany, fieu. Notez, on est vite oublié : un autre supporter visait 10.000 paraphes pour sa pétition pro-Ronnie, il en récolte... 61. A cinq millions de mise à prix, ça fait cher le fan. La peau du Panda. Veille de passage au COIB, Eupen hurle à la déstabilisation : la Procureure d'Eupen accuse l'Alliance de falsification dans le dossier Adesanya, la plainte aurait été antidatée pour rentrer dans les délais. " C'est un coup de l'Union belge comme lors des perquisitions de mars ", dénonce Theissen. Patience Manfred, bientôt c'est Louf qui s'y colle : le Roland lasnois débute le 1er juillet, d'ici là il devra apprendre l'allemand et valider sa carte-essence. Carpe diem. Mons poursuit le remplissage du cellier : l'ex-back gauche du Kiel Pieter-Jan Monteyne et le médian lensois Quentin Pottiez signent en terre doudou, Zola rempile pour trois ans, le défenseur Lépicier pour deux, c'était l'un des seuls à ne pas avoir connu la D1. " Et je ne voulais pas louper ça ". Cueille le jour, garçon. Sollied, c'est béton. Point-presse live-on-web, petits fours et champagne, comme chaque fois Ivan De Witte parle de plan à long terme, comme chaque fois Gand a trouvé la perle rare : Trond Sollied signe pour deux ans... et promet de les prester. Louwagie délire aussi : " Sollied vaut trois bons joueurs ". Au hasard : El Ghanassy-Ljubijankic-Conté ou Suler-Grondin-Duarte ? Dieu merci... A Monaco, Van Holsbeeck lunche avec les agents Henrotay et Frenay. Selon le premier, Lukaku sera encore là à la reprise car Chelsea attend son coach. Le second tente de fourguer Mbokani en location : Coach Ariel et ses " beaucoup " tente de convaincre Dieumerci des bienfaits de la reconversion en perte de balle, on salive déjà. La D1 pour un fax. Aux avocats qui ont plaidé pendant deux heures, les arbitres du COIB promettent une réponse... par fax le vendredi suivant : " On y croit, on reviendra dans une D1 à 17 clubs ", tente le clan panda. Au même moment, le président de la commission calendrier démissionne : l'idée de devoir reprendre de zéro son tableau Excel ? Viva la com'. Value 8 tente l'opération-charme : comme Robert Louis-Dreyfus lors du rachat de 1998, Peter Paul De Vries enfile un maillot rouche pour recevoir la presse. Le boss jure qu'il ne veut au Standard que du bien : " Preud'homme comme coach et Lucien D'Onofrio restant au club, ce serait le rêve. " Au même moment, Luciano est à l'étranger pour battre le rappel des copains : son plan B associerait... Tapie et Briatore au rachat du club. Télé (pas) nette. Pour une fois la D1 applaudit son dévoué Ivan : De Witte décachète les enveloppes et désigne Telenet vainqueur du grand jeu cathodique. Les clubs vont palper 55,25 millions par an (+23 %) : preuve qu'une saison faite d'entourloupes, de putschs, de votes-bidons et de procès divers, ça marche toujours. Avec ses matches pourris du samedi Belgacom se sent très con, le consommateur aussi : à moins d'être l'as du streaming, il devra payer deux décodeurs. Mais les clubs s'en fichent : papouilles renflouées, ils pourront faire encore plus de transferts foireux. Même De Witte ressort gonflé à bloc : " J'ai presque envie de rempiler comme président. " Aboule la semoule. Sur sa lancée de la veille, la Ligue pro menace de boycotter la Coupe de Belgique si la rentabilité de l'épreuve n'est pas augmentée. " C'est plus un appel au dialogue, qu'une véritable menace ", explique de Witte. Si Belgacom a quelques sesterces à réinvestir... L'empreinte des géants. Pour le quotidien anglais The People c'est clair : Witsel a signé au Milan AC pour quatre ans, reste plus qu'à donner ce qu'il veut à Luciano. Qui a dit que les Marseillais toisaient les Rouches ? Rolland Courbis est cité comme coach à Sclessin. Et qui sera gardien des filets ? Le nom d'Urko Pardo (Olympiacos) circule, le cas Blazic l'an passé a ouvert une filière en zone hellène. Les châssis de porte mosans ne souffriront plus : Kristof Van Hout (2,08 m) retourne à Courtrai où on va ressortir le matelas XXL au local des joueurs. Accélération, grand pont. A Genk, Buffel rempile pour deux ans, Degraen a encore craqué au négoce. Anthony Vanden Borre n'a plus de permis : la police louvaniste l'a flashé à... 243 km/h sur l'E40. Explication du véloce Anthony : " J'étais pressé ". C'était donc ça. Flou total. Le contrat télé plombe l'ambiance à la fête annuelle de la Fédération Nationale des Supporters : " Comme pour les play-offs, on méprise le fan de base ". Et c'est encore Swâ qui s'y colle : invité d'honneur, De Keersmaeker compatit et appelle à une solution pour tous. Même s'il est peu concerné : " A la maison, je n'ai même pas de décodeur, je suis tout le temps au stade... " Les v£ux de Davy. C'est l'époque qui veut ça : ses deux gamines ayant déjà fait leur communion, Davy Schollen convole à Zoutleeuw avec sa dulcinée. Madame est un peu triste : maquilleuse à Belgacom TV, elle s'interroge sur l'avenir. Par chance, elle a son salaire fixe de... fliquette à Polbru. Et puis à la maison, il y a aussi les iguanes de Davy à nourrir. La grenouille du Lisp. Le Lierse veut faire comme les grands et recrute au Club Bruges : il convoite Jeroen Simaeys et débauche le conseiller juridique des Gazelles pour en faire son CEO. Jesse De Preter a du sang jaune et noir : il est né à la clinique voisine, a grandi dans le spionkop local et fut l'avocat de Guillou pour ses académies. Maged Samy voit grand aussi : le pharaon lierrois veut rénover le stade pour 20 millions d'euros. Le Lisp relooké en Pyramide ? Le mérite, ça se mérite. C'est une habitude, ça gronde au Kiel : le Beerschot ne paie plus ses joueurs depuis deux mois, le syndicat Sporta s'empare de l'affaire. Réponse du boss Vanoppen : " C'est la faute des joueurs si, vu leur pâle saison, on a touché moins de droits télé. " Encore un qui sait se faire aimer. Luc Nilis était candidat T2 de Mathijssen, le Kiel voit plus modeste : il embauche Wim Decorte, le coach-manager de Wetteren (D2). Signez ici. Footballeur intello, consultant télé, acteur de docu-fictions, Bertrand Crasson élargit le spectre : le Berre devient agent de joueurs. Le Bruxellois a déjà maté le goujon lors de la récente tournée mauve au Qatar et s'associe au manager Nenad Petrovic. Pour info, il faut un médiateur pour le transfert de Legear à Grozny : les Russes offrent cinq millions mais Papa Roger veut plus. Un psy pour le président. Zulte Waregem reçoit d'Anderlecht René Sterckx pour un an de plus. Kevin Roelandts a moins de chance, il doit quitter le club. Le nouveau manager du club répète ses plans en cinémascope : " On va tripler le budget, dans trois ans on vise le titre. " Pour les prochaines crises de melonite aiguë, le club dispose désormais d'un coach mental : Eva Maenhout a joué les psys pour le volley à Roulers et le basket à Ostende.