LUNDI 9 MAI ROMELU EST EN BOIS

Ruban pour tous. Confirmé, Liège vit sa Witselmania : " Il vaut déjà plus que Fellaini ", fayotte l'agent Eris, tout de suite très bien vu par Signor Luciano. Madame Defour n'est pas d'accord : le plus cher à son petit c£ur c'est bien Steven, le mariage à Anvers est pour le 4 juin. Les tourtereaux se sont kiffés sur les bancs de cinquième, Steven a fait sa demande au soleil couchant de Rhodes, parfait pour la belle Irène. Le Standard fait tourner le textile local : quatre sbires couvrent le Torè liégeois de rubans rouges, c'est le début d'une semaine obsessionnelle.
...

Ruban pour tous. Confirmé, Liège vit sa Witselmania : " Il vaut déjà plus que Fellaini ", fayotte l'agent Eris, tout de suite très bien vu par Signor Luciano. Madame Defour n'est pas d'accord : le plus cher à son petit c£ur c'est bien Steven, le mariage à Anvers est pour le 4 juin. Les tourtereaux se sont kiffés sur les bancs de cinquième, Steven a fait sa demande au soleil couchant de Rhodes, parfait pour la belle Irène. Le Standard fait tourner le textile local : quatre sbires couvrent le Torè liégeois de rubans rouges, c'est le début d'une semaine obsessionnelle. Tendance bobos. Le toubib a deux nouvelles pour Proto : sa fracture est propre, Silvio ne devra pas être opéré, mais c'est six semaines de plâtre et retour dans trois mois. Dommage, Arsenal pressait au portillon. Régime boiteux aussi pour Kabananga : l'avant prêté au Kiel a les croisés lacérés, son retour au Parc se fera dans six mois par la salle des infirmes. Les Espoirs mauves sont champions au Lierse mais personne n'avait emmené le champagne - compassion pour l'équipe A ? Chacun son truc. Lendemain de déconfitures. A Gand, les joueurs s'enferment une heure, à la sortie ils décrètent... un boycott de la presse. A Zulte les joueurs reçoivent une semaine... d'entraînement punitive pour la fessée de Westerlo (7-1) : c'est con, les joueurs avaient justement préparé leurs vacances en feuilletant les brochures. Ebony Lukaku. On savait Romelu fait de granit, le voici retouché au bois de rivière : Lukaku venge Papa Roger, souvent nominé jamais élu, et chausse le Soulier d'Ebène. " Il sauve un peu la fin de saison ", tente le lauréat, premier prix individuel sous le bras. " Ce soir je dors avec, puis je le pose sur la télé pour ne pas le perdre des yeux. " Quel grand gamin, ce Rom. Mauve pitié. Au Parc, Mazuch a déjà la mentalité maison : " On veut que Genk soit champion... pour pas que ce soit le Standard. " Petit, vraiment. Cure d'humilité au fan-shop, où la dèche menace : " Sans les communions, même le rayon enfants serait désert ", dit un vendeur. Le service flocage a un nouveau client : Diogo Bittencourt, un back gauche de Sao Paulo vice-champion du monde U20 avec le Brésil, est loué pour un an. Tout va très, très bien. " Le sky est à nouveau blue sur Gand " : les mots sont d'Ivan De Witte qui, flanqué de Dury et la bouche en c£ur, jure que tous les malentendus sont levés - compte rendu intégral sur votre gsm de fonction prépayé. Annoncé à Lille si son pote Hazard s'en va, El Ghanassy a moins la cote auprès des fans : " Il nous manque de respect, il ne pense qu'à son portefeuille, c'est un dikke nek ", extrait d'une lettre ouverte signée Buffaloman, l'idole des jeunes Gantois. Tarif SDF. Donné champion, Genk joue les SDF à Bruges et prend le tarif Stade de France (3-0) : les Gazelles ont détalé comme jamais, Perisic (deux buts, un assist) fait tinter son boulier (19 pions). Le Croate choisit bien son moment : le jour même, Sahin vide son casier à Dortmund, le Borussia palpe dix millions du Real, Mannaert confirme les tractations. Buteur classe et d'honneur, le grand Ivan l'est moins côté bras... Le scout de Manchester City était venu pour De Bruyne, il a noté Courtois : sans le jubilaire Thibaut (19 ans), le Racing tournait bigleux et voyait double au marquoir. Vercauteren avait donc encore raison : plus le but est proche, plus le chemin est ardu. Un messie chez les Gazelles. Le Club Bruges tient son Victor footballiste : Vazquez, n°10 de Barcelone B, signe trois ans. C'est le meilleur pote de Messi : " Je le bats toujours au concours de tirs ". Reste à voir si le garçon sera aussi fort au galop. Au fait, des nouvelles de Portillo ? Une mini-semaine de mononucléose, et Coosemans reprend déjà l'entraînement : gaffe à la rechute. Flic, pas voyou. Lutte pour le maintien, affaires Adesanya-Cartier-Dahmane, perquisitions privées et saisie de PC, Manfred Theissen a bien aimé la D1. Le flic en pause décide d'en rester là et retrouve son commissariat, sa pelisse de DG panda est déjà ciblée par Roland Louf. Imborgia persiste et signe : " Même en D2 je resterai, mais je cherche un investisseur belge pour stabiliser le club. " Chûût, plus bas. Ils le font, même en bleu de travail : les Rouches gagnent à Daknam où Super Sub Goreux tourne les platines (0-1). Le Standard rejoint Genk et... eurêka ! " On vise le titre. " - pas trop fort, mais certains l'ont quand même dit. Même cloîtré à droite, Witsel a titillé la barre, comme contre Bruges, Mangala a joué de la main mais le ref n'a rien vu, seul Tchité l'a eu mauvaise : muet face à Copa à l'aller comme au retour, il perd son pari et doit céder son maillot au Barry brailleur. En Principauté, les enrubaneurs fous ont poursuivi leur £uvre : après avoir emballé Tchantchès de rouge et blanc (Chaud, l'été !), c'est le taureau de bois (4 m x 2,50 m !) de l'ULg qui se retrouve momifié. A vos syllabi ! Tu joues, je marque. C'est trompeur, un score : Gand balade Anderlecht une mi-temps, puis s'en prend quatre dans le tipi (4-1). Les Mauves se réveillent après 43 minutes, Lukaku (deux petits bois, total 16) et Badibanga assurent le funk, mais dans le vestiaire on gratte petit bras : " On assure la 3e place... et notre qualif européenne ". Un peu comme le verbiage rouche, sauf qu'ici c'est juste réaliste. Ah oui : Deschacht est rentré après cinq mois... puis ressorti à la pause. Ouf, ce n'est qu'une contusion. Venu montrer son plâtre à tous pour signature, Proto est reparti avec le titre de meilleur Mauve de la saison. A Gand, c'est le gros clash : au retour du car, 100 fans durs réclament la tête des " pommes pourries ". " C'est un très bon signal ", commente De Witte, toujours machiavélique. Bonnes vacances. Legear peut faire chauffer le tuner : son quadriceps est claqué, sa saison finie. Pour De Sutter, c'est même tout l'été : Tom passe son épaule sur le billard, pour le quatrième été ses vacances sont au bac. Notez, Madame fait instit et n'avait pas congé tout de suite. " Il y a plus grave, regardez Wouter Weylandt ", souffle le philosophe mauve. Oups... Pas le feu au lac. Votre maga préféré brise l'exotisme : plutôt que le Qatar ou la Russie, la reprise du Standard se négocierait auprès d'investisseurs suisses. Pardi, Madame Margarita connaît ses quartiers. Les tisserands rouches ne fatiguent pas : ils embaument cette fois le char d'assaut d'Embourg, vestige du second conflit mondial ! Petites graines. Oui, les Zèbres ont toujours un président : veille de clôture des entraînements, Abbas Bayat dévale sa tour d'ivoire et promet à tous qu'on jouera pour remonter direct. Pourtant la D2 a du bon : Charleroi anticipe la réfection de sa pelouse. Sauf que la Ville a omis de passer le marché public : " Elle n'a qu'à nous prêter du personnel, nous on paiera... les semences ", tente Hendrickx. Cordaro et Cahalon ne pousseront pas la tondeuse : le premier négocie avec Malines si Gorius part, le second rejoint sa Terre Sainte. Alors Ali Lukunku pour gazonner ? Peut-être bien : l'ex-buffet rouche serait sous contrat depuis... décembre comme chef-scout. Mommens peut-il confirmer ? A votre service. L'Union belge annonce un nouveau partenaire-sponsor : bienvenue à Pricewaterhouse Coopers, société d'audit et de consultance. C'est pour servir en interne ? Piteux Pandas. Eupen enterre ses illusions : il prend une deuxième casquette à Waasland et peut déjà préparer la D2 (4-2). Hormis les buts de Chavarria, plus rien à voir avec les play-offs 3 : les Pandas ont perdu leur esprit de combat. Mons explose la pinède de Lommel : Perbet et Zola crache le feu et les Dragons passent en tête (1-5). Sera-ce la bonne ? Dites 18. C'est fait, Romelu Lukaku a enfin l'âge de ses épaules : le colosse mauve fête ses 18 ans et va pouvoir passer son permis, boire des cocktails, jouer au black jack et gérer son compte en banque. Un pas de géant pour une journée très ordinaire : un passage à l'école, l'entraînement puis le départ en retraite à Diegem, Rom a juste payé la tarte et les bulles au vestiaire. Le buteur a quand même causé à une radio ricaine pour dire que cette fois c'est sûr, il part pour l'Angleterre car c'est avec " des gagneurs " qu'il veut jouer. Allusion à une gazette flamande qui lui a mitonné un gâteau crémeux pour la photo, le sponsor godasses lui a enfin fourni ses pompes avec son nom dessus. Question grande vie, c'est pas gagné : ses potes Kompany, Haroun, Ogunjimi et Odjidja ont déjà booké le trip à Miami, mais ce sera sans Lucky Luke. " Il est encore trop jeune... ", glisse l'énigmatique Marvin. A Sclessin, Van Damme casse déjà le rêve adulte de Rom : " Comme cadeau on va lui offrir la troisième place. " Bourreau d'enfants. Spots en stocks. Cheminots daltoniens, s'abstenir : emportée par la folie rouche, la direction des Guillemins place des luminaires rouges le long des quais. A l'Académie, Coach Dominique est un peu rouge au front : " Je trouve bizarre tous ces joueurs qui souhaitent le titre de Genk, mais à Lokeren certains joueurs sont en négociation... " Une carotte pour tous. Ivan De Witte aime les petits paquets : la Ligue pro vote la vente de droits télé exclusifs... et non-exclusifs, plusieurs télés pourront donc retransmettre en même temps un bon Saint-Trond-Malines. A l'arrivée, le gâteau sera-t-il goûteux ? De Witte en profite pour confirmer qu'en fin de saison il raccroche ses pectoraux au porte-manteau : Ludwig Sneyers, le n°2, ferait l'intérim en attendant une bonne âme. Vas-y, Popol. Le Kuipje a vraiment un engrais spécial buteurs : pour son dernier match à domicile sous la vareuse jaunasse, Paulo Henrique plante ses n°17 et 18 et taille des coins au Cercle, la finale retour des play-offs 2 sera vraiment pour les happy few (3-0). Méfie-toi, Standard : Ceulemans et son coq en sont à 14 matches sans revers. J'achète. Les partenariats ça peut servir : Kevin De Bruyne est annoncé à Liverpool, où les Reds en pincent pour les roux - voyez Fairclough et Riise. Jos Vaessen titille son vieil ennemi Lucien : " On m'a proposé récemment des parts de Madame Louis-Dreyfus, mais tant que je suis à Genk, je ne m'investis pas au Standard. " Dommage pour l'ambiance. Ciao Franky. 37 ans, dix ans en Zèbre avant de finir à Dudelange : Frank Defays réunit ses amis à Couvin pour une foot-party barbecue inclus. Même Laquait, Casto, Chabaud, Gérard et Mathy n'ont pas voulu louper ça. D'une mine à l'autre. C'était comme au bon temps des transistors : à 140 km de distance Genk et le Standard se répondent coup pour coup pour un suspense cinq étoiles. A Gand, De Bruyne la joue Boussoufa versus Bruges 2010 par un but hyperbole ; à Sclessin, Carcela applique le foot vertical label D'Ono. Les Magyars sortent du bois : à Gentbrugge, Töszer croise, à Liège Juhasz trace façon billard mais sans la queue, Sclessin tremble, Justine Henin venue en groupie mauve jubile. Wils (penalty) et Arbitman ramènent le buffle gantois, et le léopard aux trois passeports sort ses tresses sans tache : Tchité croque son ancien employeur, Van Damme embraye sur l'équerre (2-1). A Gand, Ogunjimi place son groove (2-3), tout le monde se retrouve mardi pour une finale de tous les diables, même si Pocognoli repart le genou arqué. Anderlecht perd encore Badibanga (péroné) et noie son chagrin dans le canal : le Sporting terminera 3e, pire classement depuis 2002 -place, oui, oui, à la grande introspection. Et à la compassion : on n'oubliera pas l'hommage à feu Wouter Weylandt, une minute d'émotion pure avant le kick-off du Stade Otten. Liquidation totale. Jusqu'au bout ce fut trop court : Lokeren domine Bruges mais cède encore les points (0-1), Perisic plante sa vingtième graine et oublie de festoyer, les idées sont déjà en bord de Ruhr. Koster assure le quatrième baquet mais grelotte pour sa chasuble : à Gand, De Witte annonce que Dury, malgré son contrat 2013, ira téléphoner ailleurs. Au Breydel ? Au canon. Pour la presse anglaise, Anderlecht a ciblé les deux perles d'Arsenal qu'il convoite pour son collier : Vela, 31 fois international mexicano et présent avec les Chicos au Mondial sud-africain, et Wellington, international brésilien des moins de 17. Un jeune que le Sporting n'aura pas... à moins d'y mettre le prix, c'est Laurens De Bock : le back-révélation de Lokeren resigne jusqu'en 2015. Votez pour moi. Les fans élisent leurs chouchous : ceux du Kiel la jouent galactique et désignent Kagelmacher, au Cercle Evens est le roi des bonshommes verts, au Lierse c'est Kawashima qui rafle le sushi. Stijnen a sa chance pour l'année prochaine : le webmaster ganté est en tête de liste Sollied en cas de départ du samouraï local. C'est pratique d'avoir un routeur sur place. Cote d'exclusion. Après les fleurs vient toujours le pot : Harbaoui brise l'euphorie du promu OH Louvain, le meilleur buteur de la D2 (24 pions) refuse de rempiler au Sportkot et négocie avec Lokeren et le Beerschot. Tournez manège. Au Kiel, Pacovski a passé sa saison à l'infirmerie, son mérite est donc grand : le gardien est prolongé d'une saison... même si Verbauwhede est cité car Kaminski négocie à Anderlecht. En partance, Mats Rits a réduit son choix : il signera à Utrecht ou Ajax. Philippe Clement a déjà potassé sa retraite : il va faire le Ventoux avec la bécane reçue pour son jubilé. Même que ses potes Vander Elst, Wellens et Degryse vont devoir l'accompagner sur les pentes du Mont Chauve... Retour dans l'antichambre. L'effet Ost n'aura pas percuté au-delà des play-offs 3 : Eupen prend son troisième revers du tour final à Mons, où Perbet plante deux fois et le duo Zukanovic-Petr voit le vestiaire avant les autres (3-1). Confirmation avec Coach Danny : " Ces dernières semaines ont été trop agitées côté extra-sportif. " L'Albert est en tête avec Waasland-Beveren qui, toujours glacial de réalisme, enterre Lommel (2-1).