LUNDI 28 MARS L'ENFER D'EDEN

Tous au jardin. Les Diables forment une vraie famille : avant leur séance à huis-clos, ils tapotent la baballe dans... le jardin de l'hôtel, ne manquaient que le gamin et le toutou pour faire comme à la maison. Sondé par L'Equipe, Wilmots se lâche sur son cher Hazard : " Eden doit comprendre qu'il n'est pas le roi et qu'il doit bosser pour les autres, même Advocaat voulait le jeter vu sa nonchalance ". Le radar de l'avenue Houba flashe... 7.000 personnes à chapeau tricolore devant les guichets. Leur a-t-on dit que c'est l'Azerbaïdjan ?
...

Tous au jardin. Les Diables forment une vraie famille : avant leur séance à huis-clos, ils tapotent la baballe dans... le jardin de l'hôtel, ne manquaient que le gamin et le toutou pour faire comme à la maison. Sondé par L'Equipe, Wilmots se lâche sur son cher Hazard : " Eden doit comprendre qu'il n'est pas le roi et qu'il doit bosser pour les autres, même Advocaat voulait le jeter vu sa nonchalance ". Le radar de l'avenue Houba flashe... 7.000 personnes à chapeau tricolore devant les guichets. Leur a-t-on dit que c'est l'Azerbaïdjan ? Guerre des toubibs. " Médicalement Lukaku est guéri, c'est mentalement que ça ne va pas ", dit Leekens briefé par le médecin fédéral. Long Couteau choque Papa Roger qui récuse les allusions au quotidien chahuté (transfert, examens scolaires) du gamin : " Mon fils a vraiment mal, il ne simule jamais ". Dur à vérifier, Romelu est officiellement single. Et pas moyen de sonder le toubib mauve : le Sporting ferme les robinets, ceci est bien une guerre des Docs. Sale journée pour Big Rom : l'un de ses potes et grand espoir du Parc, Pablo Montes Suarez (20 ans), décède d'une leucémie. Lukaku tweete ses adieux : " RIP, Pablo, tu resteras mon ami pour toujours ". Grandes Muettes. Manfred Theissen, le manager des licences, Roland Tis, et un employé de la Ligue pro se relaient face aux enquêteurs de la Fédé, juste pour confronter leurs versions sur ce mystérieux Adesanya du Lisp. Le manège dure... trois heures. A la sortie, c'est : - No comment. Du bidouillage dans l'air ? Le bois noir. Boussoufa ne garnira plus son étagère, son transfert au goulag l'exclut du casting du Soulier d'Ebène. Le Standard place Tchité et Carcela, Anderlecht le seul Lukaku avec ses potes Ogunjimi et El Ghanassy. Verdict le 9 mai. Dirar n'y figure pas : il réintègre le noyau A brugeois après son troisième passage par la case réserve. Sans doute l'effet du psy à fortes doses, Nabil prône l'auto-introspection : " Je vais bosser dur pour regagner la confiance de chacun, mais de grâce ne me sifflez pas. " Pourtant, à force... Qui sont les ripoux ? Chacun ses priorités : l'Union belge réquisitionne... 18 policiers fédéraux pour fouiller le Kehrweg et la maison de l'ex-commissaire en chef Theissen. Tous les ordinateurs sont saisis en quête du fameux recommandé qui fait suer tout le football belge. Et si, au passage, Swâ vérifiait les PC du services affiliations ? Au même moment, les avocats d'Eupen, de la Fédé et du Lierse rivalisent de borborygmes en Deutsch du Bas-Rhin : le juge des référés a tant aimé les schöne joutes oratoires qu'à la fin, le bon Rolf Lennertz offre à tout le monde de rejouer... à 18 en D1 l'an prochain. Bon sang mais c'est bien sûr, seul le G11 y avait pensé... Pas fini : le comité exécutif suit Pierre François, soucieux des douces nuits de ses chéris rouches, et avance le Clasico au samedi. Sauf que, sûrement par habitude de crécher seuls sur leur île, les comitards ont omis de sonder le maïeur mauve. Et celui-ci refuse : ses flics s'occupent déjà des Kurdes ce jour-là. Quand c'est pas des Azéris... Assez ri. " Le match le plus important de la campagne " (sic, la dernière vanne signée Leekens) tourne à l'euphorie pour les Diables. Les Azéris rient moins et retrouvent le Nagorno-Karabakh avec quatre pions dans les moustaches (4-1). Vertonghen a joué Ludo Coeck, Simons force 81 caps a mâté Van Himst et collé aux Azéris le même péno que la fois passée, Chadli a brillé des pieds et marqué de la tête, Vossen a retrouvé la place du trou de souris. Sinon, rien de neuf : à sa montée Hazard a fait faire Olé aux 34.985 Belgicains, McThe Knife, Willy et Flamands compris. Witsel a ravi les scouts milanais et surtout bavarois tuyautés par leur stagiaire Big Dan, et notre défense en zone a encore foiré, mais rien qu'une fois. Bonnet d'âne pour la sécurité : les guichets ont croulé devant les derniers candidats-reluqueurs. Bande d'inciviques. Vercauteren a-t-il vraiment digéré son transit chez les Diables ? Quand la Belgique entière zieute la plaine de Laeken, le T1 genkois colle à ses troupes un bon amical face au GB Anvers, avec un 0-0 tout sec à la fin. Dans un autre genre, Biglia porte le brassard pour Argentine-Costa Rica. Bravo Lucas. Même si les titulaires étaient absents. Rouche saudade. On ne se refait pas, la filière portuguès repasse par Sclessin : Defour est cité à Benfica, démenti officiel même si le président local serait venu doubler péquet et vinho verde avec ses potes Luciano et Sergio. Tiens-tiens, T1 Dominique est aussi preneur : " Je vise l'étranger, je suis plus reconnu au Portugal en France et en Italie qu'en Belgique ". Hasard ou pas, la rumeur Peter Maes grandit, le coach waeslandien a été vu en galante compagnie rouche. Rubrique iode, mais Ostende mieux que Fukushima : le Standard piste le médian franco-ostendais Samy Houry, formé à Saint-Etienne. Super, le stage. Dernier jour à Malaga pour les Zèbres, Zoltan Kovac vérifie surtout les certifs : Kaya a une pharyngite, Vuorinen une sinusite, Cahalon a les adducteurs élastiques et Grégoire s'est claqué... l'autre cuisse, vous parlez d'un boost. Retour au Mambourg, le nouveau T1 ne lâche rien : décrassage immédiat à huis clos, le stade est ceinturé de barrières nadar. Avec Sultan, fini de rire. Chic, le revoilà. Transit furtif pour Boussoufa : de retour d'Algérie-Maroc via Bruxelles, Mbark décolle enfin vers Makhatchkala, permis de travail certifié conforme en poche. Action-réaction : Anderlecht relance Zamalek où Shikabala refuse de rempiler. Préparez les cigares du pharaon. A qui la plainte ? La commission du calendrier rattrape la bourde de ses chefs, Anderlecht-Standard repasse au dimanche. De Gand, Louwagie a glissé son grain de sel, calculette à l'appui : " Nous jouons six matches en 12 jours alors que c'est 15 au Standard et même 17 à Anderlecht, mais nous, nous n'avons personne à la commission... " Et à la Ligue pro, Michel ? Et d'entonner le refrain du moment : " Nous irons en justice s'il le faut ". Enfin un avis raisonné, celui du patron du comité sportif : " Il faut un tribunal arbitral du foot au sein de l'Union belge. " Pour sûr, le TAF aura du taf. (Tu)bizutage. Baseggio et Tubize, c'est fini, contrat (lourd) rompu : Walter brossait trop d'entraînements au goût d'Ost. Le souriant tenancier a une autre version : " Je souffre du genou, mon cartilage est pourri... mais je cherche un autre club ". Cherchez l'erreur. Ô toi Belge... Dans le noir-jaune-rouge, il y aurait surtout du rouche. Et Pierre François de recadrer Louwagie et Van Holsbeeck : " Le Standard a fourni cinq joueurs aux Diables, Gand et Anderlecht ne peuvent pas en dire autant ". Le bourgmestre déguste aussi en passant : " D'autres zones de police étaient prêtes à relayer celle d'Anderlecht pour jouer le samedi... " En clair, le Standard ne méritait pas ça. Genk non plus : Ogunjimi a craqué son ménisque chez Leekens et est out un mois. Veni, vidi, pas vici. Bras tatoué, esprit en paix, Legear ressort sobre et quasi tout blanc du Palais de Justice : pour sa triple culbute avinée de Willebroek 2009, Jona écope de 15 jours de retrait de permis, de 50 heures de travail social auprès de jeunes et devra repasser son examen pratique -mais pas sur la piste du Carré. Le juge n'a pas retenu la prévention d'ivresse. Jona vraiment bourré, ça doit dégager. Pourquoi faire simple ? C'était sans doute trop simple : l'Union belge refuse le compromis Lennertz sur la D1 à 18 et renvoie la patate au comité sportif. Message reçu cinq sur cinq : par application de l'article 1020, le président De Ketele conclut que notre bon Adesanya était bien affilié au Lierse. Mais Eupen a lu le règlement plus loin : sur base de l'article... 1421.14, les Pandas font appel. Docteur, encore deux cachets. Saga Panda. Les avocats eupenois kiffent le bottin fédéral : à l'article 1537, ils ont trouvé que les play-offs 3 étaient non-conformes ! Au juge Lennertz, ils proposent de geler juste les matches d'Eupen et du Lierse. Sur le coup de 13 h, le plus célèbre Rolf des Cantons acquiesce : Eupen-Charleroi et Cercle-Lierse sont au frigo, le reste des PO peut débuter. C'était trop beau : à 16 h, la Ligue pro rejette l'ordonnance et assume les 500.000 euros à payer, le comité exécutif embraie, l'Union belge saisit le juge d'appel de Liège. Docteur, encore trois cachets pour le week-end. A la bonne franquette. Hernie inguinale : " tuméfaction de l'aine causée par le passage du péritoine au travers du canal inguinal ". En langage courant, il s'agit d'un mal très fréquent à Charleroi par déprime profonde. En bref, Baguette et Franquart ont les adducteurs en compote et passent sur le billard. Le secret avait été bien gardé : Losasa s'est tordu la cheville et en prend pour deux semaines. Ça pue. Olà, Oli. Ariel Jacobs a potassé son stage en coaching mental et le constate, Lukaku a le moral au zénith : " Il n'a jamais autant ri à l'entraînement ". Un update DVD du cursus pour Leekens ? Cinq mois qu'il maltraitait sa PES : cheville guérie, Deschacht sort 45 minutes en Espoirs contre Bruges (2-0, avec but de Musonda Jr). Le coach de la réserve, Emmerechts, resigne deux ans. Et Walem, au Frioul, de pianoter rageusement son PC. Rood en wit. Lucien D'Onofrio aime le rouge, moins le blanc : pour le boss liégeois, le fléau de la Ligue pro reste Ivan De Witte et ses deux casquettes - pourtant la casquette, Luciano connaît. LD confirme qu'il quittera Sclessin si la veuve Louis-Dreyfus revend ses parts à un autre actionnaire majoritaire. Henri Depireux avait lancé le p'tit Lucien comme magasinier, trente ans après voici le renvoi d'ascenseur : à 67 ans, le King intègre le staff de l'Académie. Berrier est un joyeux papa : dès qu'il marchera, juré, son Yanis tapotera les coups francs. Carton dur. Gand et Bruges ouvrent les play-offs 1 par un cru musclé : Bultynck cartonne neuf fois et comme à la récré le petit Soumahoro craque face au grand Donk, mais le copain Coulibaly a vengé son petit sur la cheville d'Hoefkens, une vieille connaissance. Un péno oublié, deux bois d'El Ghanassy et Kouemaha et cinq occases loupées plus tard, chacun repart dos à dos : Coulibaly a joué les béliers, Dalmat a sauvé son cher Adrie (1-1). Pendant 70 minutes, dix Buffalos ont pesé plus lourd qu'onze Gazelles, pour son retour Dirar n'a mangé personne. Bienvenue au zoo. " On n'est pas habitué à mener au score " : l'explication de T1 Kovac est limpide. Les Zèbres passent deux fois mais cèdent le zoo aux Pandas still alive. Dzinic et Zukanovic rivalisent à distance, puis Kumedor gamelle et Jefferson frappe en fin : Eupen s'envole, Charleroi a la mine noire et profonde (3-2). Passez votre chemin. Welcome au no man's land des PO2. Westerlo prépare mieux que le Cercle la demi de Coupe : contre Courtrai les Campinois frappent trois fois dans le cadre (3-0), le Cercle trois fois... dessus face au Lierse (0-0). Au GB Anvers, Haroun, Goor et Cruz doivent décamper, Mathijssen fait donc tourner contre Zulte, le duo Nyoni-François exhibe sa gratitude (2-0). La fin de saison sera longue pour Malines qui bute sur le béton trudonnaire (1-1). Avec les compliments du maïeur. OH Louvain a un pied en D1 : vainqueurs de Tournai (3-0), les Louvanistes ont cinq points de bonus à quatre matches de la fin. Leur bourgmestre leur offre un prêt sans intérêt de deux millions pour rénover le stade. C'est signé le pitbull Louis Tobback. Têtes de Turc. Battons le fan tant qu'il est chaud : l'Union belge donnera pour Belgique-Turquie une priorité d'achat à ceux qui se sont farci l'Allemagne et l'Azerbaïdjan. Raison secrète : s'assurer une ambiance très belge, pour éviter le Heysel à demi turc de 2009. Comités anti-discrimination, à vous de jouer. Tolérance, suite : Leekens et son staff explosent leur cote de popularité, ils donnent entraînement à 17 petits Brugeois atteints d'autisme. Floralies gantoises. Michel Louwagie fait mieux que Pierre François : Gand jouera ses matches contre le Standard (17 avril) et Lokeren (8 mai) 24 heures plus tôt pour mieux préparer les duels d'Anderlecht. Tiens le maïeur, il en pense quoi ? C'est mon Beffroi. Yves De Winter a déjà quitté Westerlo, il passe les tests médicaux au Club Bruges, d'où Lestienne partirait en prêt à Zulte Waregem -Mannaert n'oublie jamais d'où il vient. Entre locataires du Breydel, ça boume : Club et Cercle signent un accord de partage des panneaux pub. Quoique : le site du Cercle poste une vidéo montrant Bob et ses troupes grimper sur le Beffroi local. Les Vert et Noir plantent leur drapeau au sommet pour dire que l'emblème de la Ville, c'est bien eux. Parvenu en haut de la 366e marche, Vidarsson a reçu son prix : un nouveau contrat de deux ans avec reconversion au sein du staff. Racing Show. Ogunjimi blessé, Vossen muet, le commandant Vercauteren a toujours son Barda pour causer les embardées. Copa a sorti ses bras à rallonges mais Barry-le-poulpe doit finalement céder : Lokeren n'a pas démérité, Genk double tout le monde façon Nick Nuyens et prend la tête (2-1). Prends ça, Roger. Luciano D'Onofrio tacle son pote Vanden Stock et ses très chers play-offs : Frère Dominique promène son équipe B au Parc et pourrit le dimanche à Roger (1-3). Nong (deux buts) et Goreux gagnent aux ricochets, Seck se fait rincer pour sa première, Coach Ariel a gagné quelques rides : sans son petit bout de Bous, Anderlecht déprime à mort. Et la tournante a eu du bon : Wasyl et Witsel ne se sont croisés qu'en zone neutre, Nzolo a enfin pu passer un dimanche tranquille. Pierre François aussi : finalement, fallait-il vraiment jouer le samedi ?n AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT