LUNDI 14 MARS JONA PAS GOLD

On casse les prix. Journée off au Parc, Lukaku s'en va pointer chez Randstad pour son stage en commerce : on ignore si Rom a passé le profil pour un intérim outre-Manche. Utrecht sort son prix pour Dries Mertens, sept millions sinon rien ! Gand est un brin plus modeste : El Ghanassy plafonne à six. Van Holsbeeck déprime encore à l'infirmerie : Kanu et Legear (déchirures) sont out pour deux semaines. Sacré Jona, toujours cette rechute à l'approche des Diables.
...

On casse les prix. Journée off au Parc, Lukaku s'en va pointer chez Randstad pour son stage en commerce : on ignore si Rom a passé le profil pour un intérim outre-Manche. Utrecht sort son prix pour Dries Mertens, sept millions sinon rien ! Gand est un brin plus modeste : El Ghanassy plafonne à six. Van Holsbeeck déprime encore à l'infirmerie : Kanu et Legear (déchirures) sont out pour deux semaines. Sacré Jona, toujours cette rechute à l'approche des Diables. Wallons-nous ? Après les délires du derby du Mambourg, le Standard contre-attaque : Sclessin a repéré le pyromane et gèle la vente de tickets aux Ultras et au PHK. Abbas Bayat change de pigeon : " Tout est de la faute de la police qui a tardé à intervenir ". Ceci fait, le sachem zébré tapote le numéro de De Boeck, des fois qu'il reprendrait le baquet de Laszlö pour les PO3 - et barrages si affinités. Le roi de la tondeuse demande à réfléchir. Au Parlement, nos élites wallonnes s'illustrent : Benoît Thans serait payé trop cher pour réformer le cuir du Sud. Vérification faite, le chèque est de 39.000 euros bruts par an... pour les cinq experts. Et sans mission-bidon au Qatar. Béton constant. Anderlecht a l'honneur de vous présenter signée la convention avec l'entrepreneur du futur stade. Ça tombe bien, le gars casqué est un Mauve acharné. D'ailleurs il mettrait bien 40 millions juste pour appeler le site Besix Arena. Qu'en penserait Monsieur Constant ? On est sauvé. Vu la réforme qu'on nous bidouille, le maintien reste une excellente nouvelle. A Saint-Trond, Brepoels astique ses pompes de randonnée, il va marcher 30 km jusqu'à Montaigu pour honorer la vierge locale : " Notre sauvetage est un miracle ". Sauf qu'en début de saison Guido avait promis d'aller à Rome... Au Kiel, le président Vanoppen annonce la reconduction de Mathijssen : " Je ne suis pas au courant, on n'a pas encore discuté ", souffle le tatillon Jacky. Siquet est pressenti comme T2, Vanden Buys passant chef-scout. Joske a la ride souriante : le préposé au matos part à la pension, les fans ont cotisé pour un chèque-voyage. Un tour de ville avec arrêt photos au Bosuil ? Le fils et le papet. Roger Vanden Stock ressort du néant et allume son dernier fils : " Je suis déçu par le départ de Boussoufa, on perd un atout pour le titre, seul compte l'argent aujourd'hui. " Pourtant Roger y avait mis du sien : on évoque un contrat de cinq ans avec brut annuel de 2,2 millions et prime de victoire à 16.000 euros... Roger, ce n'est peut-être pas trop tard : Mbark loupe le vol Amsterdam-Makhatchkala de 17 h 50, il lui manque toujours le permis de travail. Heureusement le patron mauve accueille un nouveau n°80, un type un peu lent pour le flanc mais plein d'expérience : pour ses 4x20 ans Michel Verschueren reçoit de Madame Kiki un maillot spécialement floqué -à 70 euros au fan-shop. Down Tom. Le Loch Ness passe la tête à Sclessin, Tom De Mul reprend l'entraînement à l'Académie ! Pas pour longtemps : après une séance le furet blond est renvoyé chez Maesschalk poursuivre sa revalidation. Le soir, le couple Lucien D'Onofrio-Pierre François sermonne les fans à l'AG de la Famille des Rouches. " Vous nous avez presque coûté une défaite par forfait, ayez du respect pour ce club, il le mérite ", tonne le patron mosan. " Nous faisons parfois des erreurs mais la perfection n'existe pas. " Pigé, petits ? La vie de rebelle. A Eupen, Dahmane devait se faire virer, il se fait finalement... blesser : le chanteur panda l'ignorait sans doute, ses dirigeants l'informent qu'il souffre des ischios et qu'il doit se reposer. A perpète ? A Bruges, Dirar devait tâter du noyau B... et il revient chez les A. Nabil s'excuse devant ses pairs : la présence en face d'autres têtes brûlées facilite la bonne compréhension. Sur le forum, les fans lui ont déjà pardonné : l'un d'eux lui offre même " une 6.756.776e chance... mais c'est la dernière ". Ce n'était ni Piop, ni Frigo. A Saint-Trond, Sidibe fait son retour en grâce, mais les Canaris tiennent déjà le successeur : le meilleur buteur slovaque Smetana (Senica) signe au Stayen. Vision sur le long. De Boeck a bien réfléchi et même interrogé sa pelouse, il rejette l'offre d'Abbas Bayat : " Je préfère les projets à long terme, je ne veux pas mettre ma carrière en danger ". Difficile de lui donner tort sur le second point. Sur le premier, pas sûr que le président du Cercle adhère à fond. Daknam ne répond plus. L'auditeur du Conseil de la concurrence n'a rien pigé au théorème de Philips : la règle du maintien sur trois ans est recalée, De Witte réprime un petit sourire et fait voter en vitesse une motion d'abandon. Tant que Lambrecht était ok de larguer son bébé, valait mieux ne pas traîner. Le G4 a gagné : la D1 à 16 avec play-offs est reconduite pour trois ans. Même si Roger VDS glisse son grain de sable : " J'ai mes doutes sur les play-offs ". Le président a capté la voix du peuple : en bas, la billetterie mauve n'a vendu que 5.000 mini-abonnements. Retour à la maison. Gilles De Bilde n'aurait pas dû torcher sa femme et sa fille, il prend un an de cabane avec sursis et un abonnement gratuit à des cours de gestion des émotions. Conclusion du juge : " L'accusé doit traiter son épouse comme un partenaire équitable, non un animal de compagnie. " Habibou avait donc raison : nos amies les bêtes, on peut les frapper ? Signé Yassine. Son pote Mbark parti chez les Dogons de l'Est, El Ghanassy sort la pleine bourre : une prune direction l'araignée créchant en haut à droite du zinc de Bolat, qui préférait les pénos mollassons de Ruiz, et Gand met un pied en finale de Coupe (1-0). Le Standard était trop borderline : Leye et Tchité sont tombés hors-jeu, Van Damme a poncé le bas du piquet. Et comme les Rouches n'ont pas réussi à mener cette fois-ci, les fans ont gardé leurs pétards en poche. A Westerlo-Cercle Paulo Henrique a tout raté, Deelkens tout arrêté, mais le toujours farceur Bob Peeters a vu " une propagande pour le foot... belge ". De fait, le préposé au marquoir a pu rester à la buvette (0-0). Frank-le-rouche... Emoi à Sclessin : dans son rapport après Charleroi-Standard De Bleeckere a coché la case Match arrêté, le score (0-2) n'est donc pas validé avant passage devant le comité sportif ! Dans l'attente du verdict la D'Ono Factory perd trois points... et glisse hors des play-offs. Décidément, rien n'est simple. C'était la dernière séance. Journée mondiale de l'espoir retrouvé à Charleroi : la commission arbitrale du COIB passe au karcher tous les verdicts de la Fédé, le forfait du Cercle est rayé, le match est à rejouer ce mercredi. Au Lisp, on hurle à la falsification de la compétition, les autres verdicts étant alors tombés : la Maged Cy file donc à son tour en référé - interdit de rire. Abbas Bayat s'en fout : le Tonton flingueur file à Marcinelle signifier à son coach la fin du sketch : on n'oubliera pas de sitôt les gesticulations de Laszlö en bord de touche, ses remplacements très décalés et ses interviews longues comme une soirée sans biscotte. Opération Tibor oriental : l'adjoint Balog s'y colle pour sauver les meubles. De retour vers son bureau, le boss carolo croise un ouvrier communal effaçant du mur un tag très classieux Abbas si on descend on te descend ! " Je suis habitué à ce genre de menace ", sirote le roi du soft drink. Georges a bien choisi. Leekens révise son électroménager avant le diptyque Autriche-Azerbaïdjan : il rappelle Vanden Borre, disparu depuis 18 mois et le 5-0 espagnol époque Vercauteren-Dury. Defour, Mirallas et Odjidja reviennent aussi, De Bruyne et El Ghanassy filent en Espoirs pour une cure d'humilité. Effet de grâce. Au Kiel, la tabula rasa tourne à fond, la nouvelle direction a convaincu un bureau marketing de sa lubie : " Il faut abandonner la particule Germinal, le nom Beerschot est plus porteur commercialement. " L'offensive de charme cible même la Ville d'Anvers : en réunion avec le maïeur, le président Vanoppen propose de financer sur fonds propres un nouveau stade... à partager avec l'Antwerp. Ça sent vraiment l'embrouille. La cassolette du jour. Le Cercle se joint au Lierse en dommages et intérêts pour le replay carolo, Eupen se tient en réserve aussi. Reboostée par la suppression du maintien calculé sur trois ans, la D2 harcèle le Conseil de la concurrence sur les droits télé et le parachute doré pour le relégué de D1. La Ligue pro, elle, a fort à faire : à la demande de l'UEFA les protège-cou sont proscrits en D1 et le Lierse est puni de... 40 euros pour avoir offert ses maillots à la cause égyptienne. Et la politique, la Ligue pro n'aime pas ça. Encore que ? Ces coaches, quand même! 4-3-3 ou 4-4-2, ça fait toujours dix joueurs de champ. Mais au briefing du vendredi, Ariel Jacobs ne transige pas : " Lukaku et De Sutter ça ne va pas ensemble, c'est déséquilibré, seuls les coaches comprennent ça. " Qu'en pense Deschacht ? Rien : sa revalidation subit un contrecoup, le capi loupera l'entame des play-offs. Je suis désolé (ter). Dirar a bien réfléchi, en se revoyant à la télé il ne s'est pas reconnu : " Je me suis conduit comme un gamin ", dit-il au point-presse conçu pour soulager la planète foot. Perisic a ses idées à Londres : Tottenham aurait sept millions pour le sniper croate. A White Hart Line, il reste quelques fiches chez Blondel. Le troisième portier Sven Dhoest (17 ans) signe pro trois ans, l'an prochain il s'expliquera avec Verbauwhede et Coosemans. Et sans connexion wifi. Lieve Lieven. Le kiné-miracle Maesschalck n'est plus très en cour à Sclessin : sur le cas De Mul, le médecin-chef du Standard susurre que le garçon a surtout usé le banc solaire. Lieven aurait flairé l'entourloupe : " Tom est guéri, le Standard veut juste faire baisser son prix par rapport à Séville. " Nouvel an chinois. Coach belge, 54 ans, expérience avérée en bidouillages divers, flexibilité garantie, disponibilité immédiate. Trois ans après sa suspension dans l'affaire Ye, Paul Put est libre de retravailler en Belgique. Le coach de la Gambie semble habité : " Je mérite une seconde chance, nulle part au monde vous ne trouverez un coach aussi motivé que moi. " Qui se lance ? Humanisme. René Verstringhe croit toujours en l'homme : le Procureur fédéral n'a pas prévu, comme l'an dernier, des contrôleurs dans les stades pour jauger de la régularité de la dernière journée. On salive déjà. Tarif Mbark. Papa Lukaku postulera-t-il bientôt au Setca ? Roger applique pour son grand fils le barème Bous : selon la rumeur, le prochain employeur de Big Rom devra sortir... 3,5 millions en salaire annuel pour s'offrir le phénomène. Info à faire suivre à Stamford Bridge. D'ailleurs Chelsea aurait aussi un deal avec Genk pour De Bruyne, sauf que Kevin ne serait pas preneur car il serait prêté aux Pays-Bas (Arnhem ou Heerenveen). Et être un sous-produit, le rouquin ne supporte pas. Précision de son agent : " On n'a discuté qu'avec la Juventus et Ajax ". A Gand, El Ghanassy se fait bien voir : " Je reste Buffalo si on est champion... et qu'on joue la CL. " Ah, ces préliminaires. Une petite Coupe. Cette fois il l'a dit, Witsel quittera Sclessin en fin de saison : " Il est temps de partir, je suis à mon top mais je n'irai que dans un club où je joue. " Avant de saluer l'assistance, Axel veut ramener la Coupe. Et sûrement en ennuyer certains en PO1. Tsunami mauve. Van Holsbeeck va devoir prévoir du nasi goreng au buffet des business-seats : un holding indonésien serait prêt à investir 20 millions d'euros au Parc, avec promesse d'aligner des joueurs indonésiens. Officiellement, les instances mauves tombent des nues. Au cas où, le même groupe négocie aussi avec... Visé. Davy, pour bien finir. Vanhaezebrouck n'est pas seul à pointer les man£uvres financières de son président, Ilombe Mboyo attaque Courtrai pour des arriérés de salaire. Le soir, le KVK reprend du moral dans le derby du Texas contre Zulte : le rascal De Beule honore son statut d'employé du mois (quatre des six derniers buts éperonnés) en effaçant les truffes de D'Haene et Habibou (2-2). On se retrouve en PO2. Journée de l'élégance. Glen De Boeck fait publiquement offre de services à Charleroi : " Je m'attends à un appel du président Bayat, un homme charmant au demeurant. " Petit décodage acerbe signé Pierre-Yves Hendrickx : " Les premiers contacts se sont très mal passés, depuis notre victoire en arbitrage ce monsieur semble avoir changé d'avis. " L'ambiance promet déjà. La tête en mauve. Tiens, Ariel Jacobs a parlé trop vite. Ou était-ce sa dernière trouvaille en motivation ? Oui, le duo Lukaku-De Sutter peut valser de concert : Gand en fait les frais malgré deux avantages, le grand Tom place ses deux griffes et le souriceau Rom passe à la fin (t'as vu Ariel ?), le Sporting garde la tête pour les PO1 (3-2). Au Cercle, Genk la joue réaliste, Vanden Borre dérape et voit rouge, pas grave : Ogunjimi a définitivement repris le canon de son Vossen (0-1). Mes chers play-offs. Tchité et son bonnet ne brillent pas qu'à la piscine, le jeune Mèmè percute aussi aux trois bandes : Kaminski (GB Anvers) s'en rend compte façon Sierens et le Standard intègre ces play-offs qu'il exècre tant (1-0). Mokulu sauve les meubles lokerenois au Stayen en plaçant deux mini-neutrons (0-2). Gorius la joue réglo malgré son maître Cartier, mais pour la deuxième année Malines retrouve le boyau des PO2 (2-0). Avec les compliments de la commission calendrier. Blues du Sud. Les Pandas n'ont que leur toison pour sécher les larmes : battus au Kavé, Eupen et Vandenbergh pointent un doigt accusateur vers le Lierse et son point salvateur face au Club Bruges (0-0). La solidarité avait débuté avant le kick-off avec l'action partagée en faveur du Japon de Kawashima, elle s'est poursuivie durant la partie : zéro tir cadré pour le Club Bruges ! A la sortie, Sollied et Sonck ont dit merci. A Westerlo, le miracle carolo vit onze minutes : les Zèbres sortent leur meilleur déplacement mais avancent au printemps la saison des vendanges. Cahalon et Cordaro ramènent le troupeau, avant que Corstjens ne sorte à la 88e une frappe dont lui-même ignore toujours le mode d'emploi. De la tribune, Abbas Bayat a même joué les coaches au grand dam de Balog. Encore raté. AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT