LUNDI 7 MARS TOUS À GROZNY

Erik Libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)
...

Erik Libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)Belgique vintage. Tchité ne désarme pas : il va en cassation du jugement d'appel qui, le 13 janvier, s'était déclaré " territorialement incompétent ". Le roi des passeports a vraiment la fibre belge : il veut jouer pour les Diables alors que le pays part en fumée. On lui conseillera la patience : la procédure sera longue, d'ici le jugement le buteur en bonnet de bain risque fort la barbe blanche. Chat perché. Au Parc, le petit Mbark fait du home-trainer avec Cordier, puis file par derrière pour semer les vilains journalistes. A Grozny, le site du Terek officialise le transfert pour trois ans, à trois millions nets par an pour Bous, et dix millions pour le Sporting. Dans son bureau mauve deux fenêtres, Van Holsbeeck attend ses garanties bancaires avant de sabrer le Tchétchène, pardon... le champagne. Trois rues plus loin, El Ghanassy est aperçu en grande conversation avec Lukaku : " J'ai conseillé à Mbark de signer, on ne crache pas sur une somme pareille. " Petit à petit, Yassine fait son nid. Mertens aussi : d'Utrecht, le mini Dries ne dit pas non à un retour au Parc d'où, jeune, il s'était fait jeter. Circulez. Le sommet a laissé des traces. A Genk, Hubert est déchiré à la cuisse sur deux centimètres et ne reviendra que pour les play-offs. Claqué le même soir, le Mauve Diandy en prend pour trois dimanches, quadriceps plissé. En attendant Boussoufa, Anderlecht poursuit ses ménages circulaires : après Kanu et Reynaldo, la maison mauve prête au grand Bob son quatrième gardien Kudimbana. La transaction hors-mercato est permise pour des gardiens blessés : de fait, Coppens la doublure de Verbist a le ménisque brouillé. Shebam ! Pow ! Blop ! Wizz ! Au Kiel, la saison de McDonald n'a rien d'un comic strip : après avoir enchaîné les blessures, le puncheur batave sort d'une nuit passée aux urgences pour une grave crise d'asthme. " Je ne me suis jamais senti aussi mal, j'ai eu le masque à oxygène pendant deux heures. " La galère n'est pas finie : Sherjill doit demander une exemption car le traitement prescrit figure parmi les produits dopants interdits par la Communauté flamande... Les femmes du boucher. Van Holsbeeck préparait déjà son mardi très gras. Mais le Terek ne peut fournir les garanties pour le transfert du petit Bous : les banques tchétchènes sont fermées pour la Journée internationale de la femme. Dans la république d'un boucher sanguinaire et polygame, ça s'apprécie. A l'entraînement, la rotation a déjà débuté : Jordan Lukaku rejoint le noyau A où le frangin s'essaie comme gardien. Le soir, Van Holsbeeck se dénude devant les supporters : " Un montant pareil ne se refuse pas, je vous promets de réinvestir dans des joueurs de qualité. " Quant au court terme ? " Si on loupe le titre cette année, je saurai à quoi m'attendre... " Affaire à suivre. Rabâchage. Décidément, le plastique carolo n'a pas la cote : le juge bruxellois confirme le forfait du Sporting face au Cercle pour défaut de prévoyance. Les Zèbres glissent un peu plus vers la D2, Tonton Abbas n'a plus que le juge arbitral du COIB pour prier. Deux éclaircies quand même au Pays Noir : Martos reprend l'entraînement et Olufade a enfin marqué. Mais c'était en Espoirs... Genk rentre gagnant. Confirmation, Vercauteren a retrouvé un visage humain. Coach Frankie biffe l'entraînement de l'après-midi et libère ses troupes. Tout le monde n'est pas verni : certains doivent rallier le Delhaize du coin pour une séance autographes. Service public sacré : le soir, Courtois donne le kick-off à Maaseik, en Final Four de volley. Pour la galerie, Thibaut effectue un service smashé ; toute la famille du petiot pratique le volley. Plein cadre. Philippe Vande Walle casse son Verbauwhede : son poulain est tout fier d'avoir gagné un concours de précision à la télé flamande, mais pour Flupke " ce n'était que de la chance ". Pour suivre, VDW improvise une séance de tirs à l'entraînement et torche son Glenn avec six barres sur dix, contre quatre - même Vanderhaeghe a fait cinq. Le gardien n'en démord pas : " Au Club Bruges, on faisait ça souvent, et j'ai gagné beaucoup d'argent ! " Y a d'la joie. Ivan De Witte prend son bain de foule, il rencontre (enfin) les fédés de supporters opposées à la réforme. Chacun ressort la bouche en c£ur, communiqué stalinien à la main : " L'entretien fut positif et très ouvert, nous voulons tous une compétition forte et attractive ". Banco à gogo. Les défenseurs des Droits de l'homme avaient tort d'espérer : les garanties tchétchènes parviennent au Parc Astrid et sont confiées pour examen au banquier-sponsor de la maison. Un ex-échevin des Sports local dénonce par lettre ouverte le commerce non-éthique mauve, mais se fait rincer par le vieux Verschueren : " Pourquoi le Sporting devrait-il être jugé ? Tous les chefs d'Etat du monde ont traité avec Kadhafi et même avec Staline. " Au final, même Louwagie va palper, car Gand a droit à 1 % du pactole soit 100.000 euros. Contre la déprime, Jacobs choisit l'ironie : " Le départ de Mbark me rapproche d'une place de titulaire. " Cela ne fait rire ni Suarez, ni Biglia : genou tordu, les deux cadors s'effacent pour deux semaines. Ça sent la fin de saison. Derby wallon, J-3. Le Standard soigne son image en ouvrant au public son seul entraînement de la semaine, les 250 gamins en vacances ont même pu choper des signatures à la fin. Cyriac est pisté par Lille pour l'été. A Charleroi, Franquart tord ses adducteurs et doit renoncer au derby. Dommage, Coach Laszlö voulait sûrement le faire encore ahaner dans le couloir gauche. Un placenta pour Milos. Au Lierse, Maric a les adducteurs tout mous et reçoit du toubib trois semaines de diète-ballon. Mais le Kojak lierrois a son propre remède : " Je file à Belgrade voir un spécialiste qui va me remettre sur pied ". Un petit tour chez Miss Kovacevic, la masseuse au placenta ? Vive la baston. La Cour d'appel de Bruxelles relaxe quatre hooligans mauves auteurs en 2003 d'un raid sur un local de fans brugeois de Diegem. La Cour a jugé que le noyau dur bruxellois n'était pas une " association de malfaiteurs ", comme l'avait dit le juge correctionnel. Alors les gars, on y retourne ? Deuxième session. A vouloir passer en force, il faut se farcir les gravats. De Keersmaeker et De Witte passent leur oral du jour : pendant que notre Swâ écoute la D2 renforcée par un ténor du barreau, le roi de la double penne se fait cuisiner au Conseil de la concurrence sur la drôle de règle du maintien. Cuisiner, vraiment ? La rumeur charrie qu'Ivan-le-terrible, très amer sur le théorème de Philips, aurait lui-même mis le Conseil sur la piste de sa réforme-bidon... A la sortie, De Witte allume le Tout-Liège : " C'est le Standard qui a voulu marchander la réforme à coups de droits télé ". Réaction immédiate côté rouche : " On n'a jamais rien monnayé, on n'a parlé que de sportif. " Résidence Panda. Eupen ne part pas battu contre Anderlecht : à... deux jours et demi du match Cartier emmène tout son noyau en retraite dans un hôtel du centre. Tous, sauf un : Dahmane se serait fritté avec un collègue et est renvoyé chez lui trois jours pour réfléchir aux vertus collectives du foot. Contre les Mauves, DJ Momo était quand même suspendu. Le dernier dribble de Mbark. Coup de théâtre au Parc : 22 h 16 pétantes, le communiqué officiel annonce le départ de Boussoufa pour... Anzji Makhatchkala, où il fera causette avec les Dupont Carlos, Roberto et Joao. Les agents du calife mauve auraient été plus carnassiers, fameuse prouesse, que le distingué Kadyrov, en réclamant des pépettes en plus, des body-guards à domicile et une liasse de tickets d'avion en business. " Ma sécurité a joué ", glisse le Bous qui crèchera à Moscou et ne fera le saut du Daguestan que pour les matches. Même pas le sursaut éthique ? Dans l'affaire, Anderlecht sauve son image mais perd sa culotte : Mbark s'en va pour huit millions, deux de plus que la clause de fin de saison mais avec le risque accru de perdre le titre.... La déprime somatise au Parc : après Biglia et Suarez, c'est Lukaku qui est stoppé par son genou. Salam Aleikoum. Boussoufa cause une dernière fièvre médiatique, on se presse pour l'ultime point-presse en mauve : " Je ne fais pas de politique, moi je suis footballeur ", répond-il agacé aux questions de type éthique. " Ne soyons pas plus catholiques que Benoît XVI ", ajoute son apôtre de gauche Van Holsbeeck. Le nouveau boss russe de Mbark n'est pas rancunier : il a perdu 700 millions d'euros dans l'affaire Fortis... Le Bous non plus, il cède ses 15 % sur le deal et reste humble : " Même sans moi le Sporting sera champion. " Un conseil quand même, Mbark : le 20 mai, évite le derby à Grozny, car le sieur Kadyrov serait un peu nerveux. Tous en D2. Parlez d'un timing vicieux : Charleroi lève l'option sur Serwy, qui se retrouve Zèbre jusqu'en 2013. Jérémy est déjà très pro : " Je suis sûr que le Sporting peut encore se sauver. " Ça mérite une augmentation. La rumeur enfle : Abbas Bayat a rencontré un coach belge pour les PO3... Leader ès blessures. Journée trois couleurs pou r Legear. Au juge saisi de son roulé-bourré du Carré en 2009, le flanc mauve demande à purger une peine sociale auprès de jeunes pour leur dire que la conduite, c'est du sérieux. Preuve de sa nouvelle maturité, Jona veut devenir un leader suite au départ de Boussoufa. La douche froide est signée Jacobs : " Etre un leader, c'est sur le terrain, pas dans ces journaux. " Le terrain, justement : le goéland blond se claque à l'entraînement et retourne aux soins. Justice pour tous. Gand re-pille Zulte : Dury débauche son coach mental pour ses footeux frivoles, des entretiens individuels sont prévus pour faire... le point. Pas de seconde chance pour le home-jacker des De Keersmaeker, il prend trois mois de taule. Tout ça après avoir déjà dû subir un plaquage au sol signé Super Swâ.A chacun sa migration. C'est déjà la saison des transhumances : à Saint-Trond les grues creusent le parking sous-terrain car durant les play-offs 2 les Canaris migreront à Westerlo. En surface, Sidibe-le-rebelle enchaîne seul les tours. A Zulte Waregem, le futur stade sera bâti en 2014 mais tout est déjà prévu : pendant les travaux l'Essevee ira jouer à Mouscron. Le Canonnier va re-mugir en D1. Remettons à demain... Terrain impraticable, match remis : la Ligue pro obtient le report du vote sur la réforme à la Commission nationale d'études. Le camouflet est évité, mais vu l'abandon programmé du calcul du maintien sur trois ans, Lokeren hausse le ton : c'est retour à 18 ou plus de pèze pour les petits. Une éponge neuve pour le front de De Witte, SVP. André Antoine revient toujours : " Selon mes avocats la réforme est illégale, l'Union belge prône le fair-play mais ne l'applique pas ". Si le ministre du Sport s'ennuie en juin, il peut postuler à la Fédé : De Keersmaeker est seul candidat à l'élection. Bon sang ne peut mentir. Opéré du genou, Vargas a quelques cathéters de stock à la maison. Ronald passe à la Croix Rouge brugeoise pour la journée Don de Sang : " Les infirmiers-bénévoles m'ont bien aidé, c'est mon tour. " Ménage quand même tes globules, Ron. Le Romelu nouveau. Au Kehrweg, Lukaku ouvre l'ère post-Bous par un premier pion en 2011, et le Sporting mièvre et blanc passe en tête vu la réussite perdue du couple Vossen-Ogunjimi face au voisin Westerlo (0-2). PO1 ou Coupe, Gand et Cercle préparent l'avenir, Mboyo assure le présent (1-0). A Bruges-Courtrai, Perisic (deux buts, total 16) joue les Vossen post-hivernaux, sans pitié pour le futur collègue Verbauwhede (4-1). Blondel a changé, il sert les louches au lieu des semelles. Dirar pas : nouveau fritage public avec Vadis, Nabil rejoint le vestiaire plus tôt. Le chagrin des peuples. Le derby des bassins s'annonçait électrique, il fut fumigène. Les fans rouches ressortent leurs pétards gantois, leurs confrères zébrés les balles jaunes façon Coupe Davis avant d'anticiper le démontage du stade : les kops footeux demeurent basiques. " Quelle lamentable image de la Wallonie ", résume le sage Hendrickx. Sinon, Riou s'est revu à Marseille côté Bengale, Tchité a bien bricolé ses guibolles et Van Damme replané comme aux temps mauves (0-2). Malgré les t-shirts anti-play-offs soldés par la maison Renard de Malines, le Standard reprend pied dans le top 6, le Kavé ayant galvaudé gore au Kiel de Goor (1-1). Condamné à la lanterne, Charleroi attend son adversaire : Eupenois et Lierrois s'arrachent contre Anderlecht et Lokeren, Espinal picore un but qui pourrait peser lourd (1-1). Saint-Trond est rassuré : Dufer, encore lui, profite du final bâclé de Zulte (1-2). C'est encore moi. Grâce à ses gamins cramponnés, la direction brugeoise travaille toujours le dimanche : trois semaines après le buzz Stijnen, Dirar oblitère son ticket de retour vers le noyau B où il gardé beaucoup d'amis. Le psy est aussi de faction en réserve ? Chaud devant. A Sclessin et au Mambourg aussi le webmaster bosse le dimanche : Standard et Sporting condamnent " fermement " les incidents de la veille, mais seront sanctionnés pour leurs fans. La cellule foot dénombre 22 arrestations mais le match ne sera pas rejoué, confirme l'Union belge : de fait, il n'y avait pas un camp pour sauver l'autre. Bien vu, Lucas. Même blessé Biglia garde sa cote à l'argus : l'AC Milan et Valence auraient sept millions en caisse pour le transfert du gaucho mauve. Ça fait un Boussoufa, moins un million, mais sans les barbouzes et la qualité de vie en plus. Dans la foulée le médian chevelu reçoit sa troisième sélection en albiceleste : il est repris pour le diptyque USA-Costa Rica fin mars. Petits ménages. Michel D'Hooghe était bien là par hasard : promis-juré, il n'a tiré aucune ficelle et n'est pour rien dans les réformes de son cher Club Bruges. Voilà Pol Jonckheere rassuré. Moins plaisant, la Baron brugeois annonce la fin de la Casa Hogar à Toluca : " Les gens ont oublié Mexico 86, on ne récolte plus l'argent aussi facilement ". Un peu plus loin, Gert Verheyen vend sa villa de Sint-Adries : quatre façades, six chambres, deux salles de bain, home-cinéma, piscine chauffée et grand jardin aménagé en terrain de foot, pour la modique somme d'1,75 millions d'euros. Comme dirait Vadis, c'est l'avantage d'avoir fait carrière dans un seul club.