LUNDI 21 FÉVRIER LE CORBEAU EST RÂPÉ

Portugais ensablé. Son Standard a les pieds dans l'eau, Conceiçao sort ses sacs de sable : " Ce club est ma famille, je ne partirai pas, je reste avec Dominique. " Les autres, T2 Sergio va les attraper : " J'en ai plein les bonbons des critiqueurs ! " Son ami Delire par exemple ? Le commentateur se fait menacer juste pour avoir décelé chez certains fans une touche, disons, bovine. Mais si les supporters kiffent la télé, celle-ci le leur rend bien : la caméra gantoise a repéré six lanceurs de pétards. Grâce à la loi foot, ils risquent, eh oui, de bientôt manquer le sketch hebdomadaire de leurs chéris.
...

Portugais ensablé. Son Standard a les pieds dans l'eau, Conceiçao sort ses sacs de sable : " Ce club est ma famille, je ne partirai pas, je reste avec Dominique. " Les autres, T2 Sergio va les attraper : " J'en ai plein les bonbons des critiqueurs ! " Son ami Delire par exemple ? Le commentateur se fait menacer juste pour avoir décelé chez certains fans une touche, disons, bovine. Mais si les supporters kiffent la télé, celle-ci le leur rend bien : la caméra gantoise a repéré six lanceurs de pétards. Grâce à la loi foot, ils risquent, eh oui, de bientôt manquer le sketch hebdomadaire de leurs chéris. Stijn, une affaire qui roule. " Stijnen est sous le choc et vit un drame humain " : les mots sont de l'agente du webmaster ganté, qui serait sous médicaments. Reclus dans son blockhaus hasseltois, le roi du clic très gauche entrevoit une luciole : négociant pied à pied au Breydel ses avocats arrachent deux des quatre années de contrat, soit un million brut. A ce tarif, un " drame humain " reste une aubaine. Collaboration, suite : Piop et Frigo, le deux smileys sympas du moment, sont signalés sur le forum... d'Heerenveen, époque Sollied-Van Puyvelde ! Le buzz Stijnen dépasse bien le Beffroi et la Frise libre : le corbeau fromagé fait la une en Serbie, au Pérou et même à... Singapour. Et le foot chipoté par internet, les garçons savent y faire là-bas. Choc psychologique. Il y a peu Jacobs délogeait Van Himst comme 3e coach mauve le plus durable. Popol se venge : " Il faut aligner un 2e attaquant pour aider Lukaku. " Ariel blanchit : " C'est n'importe quoi, quand Rom marquait il était aussi seul devant. " Au moins le Pelé blanc l'a dit dans la gazette, et sans pseudo. Ludisme pour tous. A Malines, le kop monte sa cote auprès des comitards fichés Houba : les fans ont trouvé très ludique la rime Malinwa-caca osée par le clan de Genk. " Au foot on n'est pas au cinéma, on doit pouvoir s'exprimer, on ripostera en play-offs. " Pas de doute, les Malinois c'est... des sympas. Bous light. Prenez quelques nervures de Mbark, faites réduire et déglacez : Boussoufa pourrait quitter le Parc pour six millions, prix raboté ensemble par les deux parties. Démenti immédiat de la maison purple : Van Holsbeeck donne trois semaines au fils caché de Président Roger pour dire s'il prend un kot ou pas. En plus, ce sale ket vient de rompre un pont d'or tracé du Daghestan par Anzhi Makhatchkala, les nouveaux amis de Joao Carlos : Mbark ne kiffe ni les frimas caucasiens, ni le scrabble local. Etonnez-vous après que les prix chutent... Bous aurait-il déjà des regrets ? Les boyaux de l'émir gargouillent, c'est une grippe intestinale, l'ex-fan d'Ajax pourra brosser le retour honteux à l'ArenA. Vise-moi cette épaule. Qui a dit que Sclessin rimait avec bovin ? Defour montre son épaule et ses jarrets chez le Dr Declercq, qui affiche un air plutôt satisfait. Plus rien ne s'oppose au retour de Steven-le-teigneux. Dominique D'Onofrio croise enfin des gens aimables, mais c'est en Bourgogne : il est à Auxerre avec Wilmots, de Sart et Scifo pour visiter l'AJA. Avec un petit Chablis cuvée Guy Roux ? G11, touché-coulé. Le fruit a pourri plus vite que prévu : le G4 arrache l'accord écrit de sept clubs du G11 pour garder sa belle D1 à 16 avec play-offs. Comme d'habitude la réunion a squatté deux pièces de la Maison de Verre, avec De Witte, raclette et torchons à la ceinture, faisant l'essuie-glace pour faire blinquer tout ça. Au final, les puissants ont sorti quelques sesterces pour les mécréants, mais c'est bien le prix de " l'intérêt général du foot belge " (copyright Van Holsbeeck). Manque de bol vraiment, le Standard et Saint-Trond ont été prévenus... juste trop tard, et Abbas Bayat a claqué la porte après dix minutes. Finalement, la démocratie, c'est tout simple : tu votes comme je te dis - à faire passer chez Kadhafi. Tiens justement, et le peuple ? La Fédération nationale des supporters tient son AG et vote en masse contre les play-offs. Big Ben sonne les cloches. Benteke règle ses comptes à distance avec le Standard : le colosse malinois, prévu initialement en tribune, entre et marque illico au Stayen (0-1). Malines met quatre points dans la vue rouche, mais le match a titillé le zéro sidéral : tout cela valait-il un double axel présidentiel, un comité sportif et un jury d'appel ? En tribune, les fans du Kavé font la fête... à leurs dirigeants. Par banderoles, ils dénoncent la volte-face du Club et son ralliement à la cause du G4 : Play-offs = dictature et Vendredi vous voterez pour ou contre... vos supporters. Et depuis la faillite de 2002, les fans pèsent lourd derrière les ex-Casernes. Stijnothon. Retrouvailles au Breydel depuis la tornade web du dimanche : Adrie Koster emmène son groupe au bois pour un cross de 15 km tout près... du logement brugeois de Stijnen. Le wifi n'était pas branché. Sinon, tout le monde semble d'accord : oui, le roi du pseudo mérite une seconde chance, et pas forcément en Alaska avec un bas de femme sur le faciès. Abbas Bayat découvre l'empathie : " Stijn a le droit au travail, ce n'est pas un criminel, on peut discuter s'il est intéressé. " Même refrain à Eupen : " Si on cherche un gardien on le contactera. " Sur le net, plaine de jeu favorite de Stijn, un site de vacatures a placé son profil dans les rubriques Responsable RH, Directeur de ventes et même... Ghostwriter - paraîtrait que le garçon n'a aucun souci avec les noms d'emprunt. En revanche, le job d'ingénieur informatique lui est déconseillé. Pensée positive. Veille de liquidation à Ajax, Jacobs y croit à fond : " On a 1 % de chance, il faut le jouer à fond. ". Et Frère Ariel de regarder par la fenêtre : " L'année passée aussi il neigeait, c'est un bon présage. " Un peu d'encens au vestiaire, et le tour est joué. Guillaume Gillet garde aussi la foi, l'ex-marmot sang et marine met ses maillots sur eBay pour son FC Liège : " Si on est champion, je verserai aussi une partie de ma prime. " Vercauteren, sois large d'esprit. Le réveil des sans-culottes. Veille de vote, c'est l'heure des derniers pétards mouillés. Pierre François s'est procuré par la bande l'accord sur la réforme, et pour lui c'est une ineptie : " On vend des primes TV qu'on n'a pas encore négociées, on installe un système de relégation absurde calculé sur trois ans et on brise la concurrence avec la D2 en subsidiant les descendants. " A force, le Standard se sentirait si bien chez les petits ? Car les clubs de D2 ont fait sonner le téléphone rouche : à l'Antwerp l'éternel poseur de bombes Eddy Wauters réfère aux... CCC (comme combine et corruption) et à Mons, Dominique Leone pleure sur l'éthique perdue. Heureusement le Père Noël passe aussi au printemps : " On n'a acheté personne, les primes sont juste un geste de solidarité ", explique Ivan De Witte. Pigé, les petits ? Ô public ami. Le Pays Noir n'en finit plus de sourire, Mehdi Bayat appelle à l'union sacrée des ultras : " Face au Standard nous voulons un stade comble pour le seul vrai derby de Belgique. " Bruges et le Limbourg, c'est donc pour les chiens. Crocs rayés pour Martos et Grégoire : les deux flancs s'offrent une élongation et quinze jours de passage aux stands. Ki(e)ll Chris. Son passage chez les dingues du Brussels n'a pas suffi : Chris Van Puyvelde s'engage au GB Anvers comme directeur technique. Un job à risques : depuis la fusion en 99, sept types y ont laissé leur culotte. Guilaume François est au car-wash pour deux semaines, sa cuisse a claqué. Drame dans la famille Monteyne : Martijn plante son vieux frère Pieter-Jan, il signe pour quatre ans à Roda. Qui va faire l'apéro du dimanche ? Mise à mort à l'ArenA. Second acte de la corrida pour Anderlecht dans l'arène ajacide : Lecjaks joue les taureaux myopes et ouvre son boulevard, Sulejmani sort les piques et enfourche le bovin mauve, un quart d'heure d'observation et le match est déjà fini (2-0). Il n'avait jamais débuté : " A la théorie déjà, certains dormaient... ", dénonce De Sutter -pas sûr qu'en fayottant comme ça, Tom va gagner plus de temps de jeu. L'essorage européen est terminé, le Sporting peut reprendre ses activités domestiques. On se rendort et on dit merci. Coups de pompes. Lukaku file direct d'Amsterdam à Nuremberg pour tester des pompes orange : Rom est au QG allemand du cordonnier qui a fait un modèle sur mesure pour son 48,5. Un régime réservé à quelques quidams nommés Messi, van Persie, Gerrard et Robben. Au Parc, Papa Roger voit Van Holsbeeck pour évoquer le malaise de son bébé Mbark : " On a parlé de tout et n'importe quoi, c'était... très instructif. " Du plastique au plastic. Ça sent le lino en salle des référés, les avocats carolos sont venus causer bâche au juge, qui promet un verdict dans les quinze jours. Etendons les plaisirs : le Sporting saisit la Commission belge d'Arbitrage du Sport. Au fait : pourquoi pas interpeller le Tribunal Pénal International sur ce génocide ? Steven, le mutant. Defour est un gars pressé : le capi rouche arrive au point-presse avant les journalistes, sa revalidation a pris quinze jours d'avance et il intègre le noyau contre Malines. Côté sportif, Steven vise au centre : " On a été champion grâce aux joueurs, quand on est nul c'est de notre faute. " Boum, pleine face. Habemus reformam. Comme obstétricien, De Witte a un faciès rassurant : la vieille Ligue pro était toute contractée mais grâce aux forceps de Van Holsbeeck et la ventouse des ex-rebelles gagnés par le pognon, le marmot pointe sa tête de Rubik's Cube. " Le bébé n'est pas très beau, mais adulte il sera charmant ", promet le terrible Dr. Ivan. La D1 à 16 et les play-offs repartent donc pour trois ans, avec force pépettes pour les nuls de fond de classe et une descente calculée sur trois saisons avec coefficient spécial pour les montants, un machin sorti des méninges torturées de Philips. Standard, Charleroi, Saint-Trond, Lierse et GB Anvers s'épongent des éclaboussures de placenta et peuvent se pendre avec le cordon ombilical. " On se moque des supporters ", clame Bayat, un expert sur la question. Et fait des émules : le Lierse veut aller en justice. Le Standard trace son sillon : il rejette le volet financier et palpite déjà pour ses petits droits télé. Au fait : et si on calculait aussi le champion et le Pichichi sur trois ans ? Va-et-vient. Fulham et Tottenham auraient 12 millions pour Boussoufa, DG Herman a bien fait de démentir les soldes. Jacobs a donné week-end libre à ses Mauves : Proto, Gillet, Biglia et Suarez filent à Rome et Lecjaks... à Pilzen. Le grand Jan déprime : après la soirée courant d'air de l'ArenA, la direction doute à lever l'option. Saré lui sait, il signe à Cluj dans les Carpates. Bande d'ingrats. Premier stress pour Bart Verhaeghe dans sa marche triomphale : le président brugeois se fait chauffer en AG de l'asbl Club Bruges et échappe de peu au vote secret. A main levée ça passe, tout le monde a eu trop peur. Et si Bart virait aussi tous les petits actionnaires ? Mommens est bienvenu : croix de bois croix de fer, l'ex-scout carolo quitte déjà Courtrai vers la cellule brugeoise. Au Club, on n'a rien oublié : c'est Raymond qui avait découvert Sterchele. Rémi, c'est pour rire gamin. Ernest, Teddy et Rémi n'ont pas été sages : à Zulte Broos envoie Nfor, Chevalier et Maréval dans le noyau B réfléchir à leur sérieux au boulot. Le bon Hugo pensait pourtant avoir repris la main après le laxiste Bart De Roover. A vos bannières. C'est la soirée des banderoles. A Sclessin les fans rouches vélisés par Delire servent de l' Ane au Marco cathodique. Dans son biotope, Stijnen garde des fans : contre Virton le kop de Kermt-Hasselt (D3) affiche son soutien au roi des courriels. Même à Coxyde Stijn a du réseau : le club local de D3 lui propose son stade pour garder la condition jusqu'en été. Au même moment, Verbauwhede et signalé en visite au Breydel avec... Philippe Vande Walle. Quoi, même le vieux Verlinden va devoir dégager de l'organigramme ? Defour était chaud. Un seul être revient et tout est repeuplé : le chef Steven dirige son orchestre vers les play-offs, le soliste Witsel retrouve ses gammes et place deux croches. Le Standard taille Malines et revient à un point du top 6 (3-0). Les Rouches retrouvent corps, âme et espoir. Maintenant, surtout ne pas s'enflammer. Tous Place Tahrir. La voix des peuples gagne nos stades : la Fédération nationale des supporters annonce de grandes actions anti-réforme. L'heure est grave, le ton solennel : " Comment expliquer à nos enfants, les supporters de demain, le mode d'emploi du championnat ? Pourquoi bafoue-t-on les droits du fan, principal actionnaire du sport-roi ? Que devient l'éthique avec tous ces marchandages ?" Du haut de sa chaire, Ivan De Witte promet le bien de tous : " Parfois il faut aller contre l'opinion générale. " Sors de ce corps, Mouammar. Suture pour Lepoint. Christophe Lepoint reprend du baxter : son crash a aussi brisé son ligament croisé, le genou doit passer sur le billard, le grand rasé loupera la préparation estivale. Jorgacevic a meilleur moral : le Serbe qui voulait partir veut maintenant resigner et même jouer champion en Buffalo. Le service commercial sort les tarifs pour les PO1, le mini-abonnement classe 1 est à 500 euros... deux fois le prix à Anderlecht. C'est pour les primes de Bojan ? Un bien mouillé. Pacovski a le rouge aux joues, il vient de rouler sa première pelle d'ado sur les lèvres charnues de la petite voisine. En fait, le portier du GB Anvers résume son émotion pour son retour après sept mois de galère. Pour info, les Rats battent Westerlo (2-0). Eupen est moins chiche, il fait défiler huit buteurs odorants à Herve (0-9) et élit Melen-Micheroux (P2 liégeoise) comme nouveau club-satellite. Au Kehrweg on sait voir grand. Tarif standard. A Saint-Trond, le Cercle se paie le régime Standard : même score (0-3), même espoir retrouvé vers les PO et Reynaldo double buteur façon Witsel. Pourtant Peeters avait mis son équipe B avant la Coupe. Mais les Canaris dévastés par la grippe avaient les tripes chevrotantes : ça vous fait une semaine infernale (0 sur 9) et une replongée dans la mélasse, sans jouer Charleroi et Eupen ont passé un bon week-end. AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT