LUNDI 22 NOVEMBRE DOREGE EST UN FIDÈLE

Com et pas com. Le Standard teste la communication paradoxale : la maison rouche, pourtant peu diserte sur les rumeurs, renonce à Van Damme jugé trop cher. Fin de la surenchère. Ou pas... Pour le reste, c'est silence radio pour toute la semaine : les points-presse sont supprimés et les séances à huis clos. Conséquence du prurit de Zulte : les joueurs sont privés de ballon, aujourd'hui c'est tours de terrain - et rien que ça. Sauf pour Tchité : entorse au genou, le garçon reviendra en deuxième semaine. Les internautes flamands élisent la pichenette lierroise de Pocognoli plus joli but du premier tour, ça change des doubles biscottes jaunes.
...

Com et pas com. Le Standard teste la communication paradoxale : la maison rouche, pourtant peu diserte sur les rumeurs, renonce à Van Damme jugé trop cher. Fin de la surenchère. Ou pas... Pour le reste, c'est silence radio pour toute la semaine : les points-presse sont supprimés et les séances à huis clos. Conséquence du prurit de Zulte : les joueurs sont privés de ballon, aujourd'hui c'est tours de terrain - et rien que ça. Sauf pour Tchité : entorse au genou, le garçon reviendra en deuxième semaine. Les internautes flamands élisent la pichenette lierroise de Pocognoli plus joli but du premier tour, ça change des doubles biscottes jaunes. Restons groupés. Au Club Bruges plus que jamais, place au bloc-équipe. Au vestiaire, au bois, à la cantine Devroe serre l'équipe de près pendant que Koster, pour le septième lundi de suite, promet que ça ira mieux demain. Par mail, Dehaene somme Jonckheere de rester calme, et l'attaché de presse jure que, non, 100 fois non, Kouemaha n'aime pas Faithless, d'ailleurs le grand black aperçu au Sportpaleis la veille du derby n'était qu'un sosie. Clonage, suite ? Non : c'est le vrai Akpala qui rejoue le soir en Espoirs après trois mois de plonge. Blup blup. Ça grenouille en fond de jacuzzi : Lukaku tire le string à Bous et Klejstan-la-moustache scrute le torse pileux de Coach Ariel. Les Mauves relâchent muscles et maxillaires aux thermes de Melsbroeck, rayon teambuilding Legear aimait mieux que Voronezh. Gillet est rompu : " C'est une adresse de Leekens, avec Gand et les Diables on est déjà venu. " Peaux de bébé. Un cheveu blanc de plus, juste un, pour Broos : Karel D'Haene, déchiré à la cuisse, est out jusqu'en janvier. Un sourire de plus, mais un très grand, pour Stijn Meert, papa d'une belle Hélène. Le parrain n'est pas Sergio. A chacun sa musique. Auditions en série à la fanfare du Lisp : tour à tour Nicaise, Radzinski et Van Meir donnent leur la, pour finir ce sont les joueurs qui décident. Nicaise est envoyé dans le noyau B... et re-percute : " C'est une décision de quatre joueurs dont Radzinski et Cavens, deux types qui ont leur avenir derrière eux et s'amusent comme ils peuvent. " A venir : la création d'un noyau C ? Frédéric Frans a le cartilage en purée et s'efface pour cinq mois. Le capitaine local négociait justement un contrat à la hausse... Old Kehrweg. Antonio Imborgia annonce son départ pour Grossetto (D2 italienne) où il sera directeur sportif, tout en surveillant de loin ses Pandas. Eupen-Manchester, c'est kif : " Je ne suis pas inquiet, l'Alliance a sa structure et Cartier est mon Ferguson. " Et Jadid son Nani ? Presque : Abderrazzak est élu par un site allemand dans le onze... européen de la semaine, aux côtés de Ronaldo et Messi ! Accélération, petit pont, lucarne. Trophée baraki ? Raï et polka au programme du vestiaire mauve : Boussoufa et Marecek reprennent l'entraînement. Plan Sterchele ou Taylor ? Anderlecht suit Thomas Meunier, le buteur de Virton (D3). Le garçon, produit... de l'Académie rouche, est chaud : " Anderlecht est mon club, mes idoles sont Wilhelmsson, Koller et... Radzinski. " Double soirée : en Espoirs Wasyl joue stopper et bat le PSV 2-0 presque tout seul, à Namur le Mérite de l'Espoir francophone revient à Lukaku. Mais personne n'est venu du Parc chercher la statuette. Du boulot pour Vandelanotte ? Import- export. Comme Gand Malines kiffe l'Ivoirien sauce thaï : le Kavé signe Mohamed Koné, deuxième buteur de Muangthong derrière... Soumahoro. Genclerbirligi tape un forcing d'enfer sur Mununga, à qui il réserve le contrat du siècle. En soirée, Malines fume le saumon : l'équipe B tape 4-0 les... A de Rosenborg, venus préparer un match de C2 à Leverkusen... Gooch & Co. Sommé de quitter Milan pour crime de lèse-Zlatan, Onyewu décline : il ne veut pas revenir à Sclessin, malgré l'assaut des fans sur son portail Facebook. Le Standard branche la machine à cloner : deux baobabs footeux sont scoutés, le Burundais Nahayo (Kaizer Chiefs, 26 ans) et le Sénégalais Ba (Porto, 19 ans). Ce dernier a une bonne opinion sur son talent : " Je suis un leader, j'ai une bonne frappe, je suis puissant et je marque facilement. " Il est frais, mon poisson. Voici le poisson du jour, au prix du marché : l'Atletico Madrid prend son ticket dans la file au Lukaku, il aurait 15 millions tout prêts car Forlan veut retourner en Premier League. Breaking news from Argentina : Biglia saisit le stick et lance Belgique-Argentine de hockey. Lucas porte la poisse, ses couleurs mènent 0-2 puis... perdent 3-2. Suivez l'étoile. Double drame domestique à Sclessin et au Fallon. Au tirage de la Coupe, le Standard hérite de Malines : " Après l'Antwerp et Genk, le sort est terrible avec nous ", geint D'Onofrio. Mais ce sera toujours sans Benteke... Et le White Star de tirer le tableau fort : un duel avec le tenant gantois avant - qui sait ? - de retrouver le lauréat du duel précité. " C'est bien pour la recette, on espère faire rentrer nos jeunes ", rêve le président local. Ivan De Witte rasera-t-il gratis, mieux que Roger Lambrecht ? Un jour sans fin. Au Kiel une délégation de fans rencontre la direction - laquelle déjà ? Par communiqué les sponsors clament qu'ils en ont marre des bacs à sable. Le soir, au conseil communal de la Ville, un élu s'inquiète pour le futur stade commun. Au même moment, De Boeck alias le roi du timing bien dosé, dîne avec... son ex-président du Cercle. Avant cela, Glen avait privé De Decker et Haroun de leurs brassards de capitaine et vice-capitaine, pour les céder à Clement et Cruz, plombant davantage encore l'ambiance du vestiaire. Bref, une journée ordinaire. On bâche. De tous les peuples de la Gaule, le Panda est le plus sibérien : au matin, on s'entraîne sous les premiers flocons. A Courtrai le terrain est sous eau, la faute au gazon britannique dont les racines sont trop... serrées ! A Gand, on tente la luminothérapie : éclairer l'herbe avec des ampoules spéciales, paraît qu'au Real et au Bayern le gazon pousse comme ça, même en hiver. A Saint-Trond, les ouvriers du Stayen déploient la grande bâche, avec ventilation d'air chaud par-dessous. Fermeture générale : le forum web du club est aussi bâché, on y dérape trop. " Cela effraie les parents qui veulent inscrire leurs enfants chez nous ", résume, bon gestionnaire, Roland Duchâtelet. Scouts, toujours prêts. Champagne en salle de presse à Gand : les Buffalos révèlent, tout fiers, que De Groote et Schepens, les magiciens de leur cellule scouting, ont refusé le débauchage au Club Bruges. Et Louwagie d'en rajouter : " C'est de la déstabilisation ! " Allons donc. Un sifflet sous le kilt. La fédé écossaise est aux abois, ses arbitres sont en grève générale, et notre CCA est sollicitée pour dépanner. D'abord favorable, Jeurissen finit par renoncer : car des menaces de mort circulent sur le web scottish pour les briseurs de grève. Et comme chacun sait, Bob-the-ref a déjà des soucis de recrutement. La banque saute. C'est sûr, Alain Courtois n'a pas d'actions chez BetClick : chapitre 2018, le bookmaker pointe le bidbook belgo-batave à... 50/1 et place la Russie en favorite (1.8/1) devant l'Angleterre (2.5/1) et le duo Espagne-Portugal (5/1). Michel D'Hooghe garde, lui, des billes à la FIFA : les cliniques de Bruges et de Roulers reçoivent l'Award médical de la Maison Zurich. Encore bravo aux chefs de service Michel et... Pieter D'Hooghe. Money time. Un bloc compact, avec doubles flancs et infiltrations par le centre : Yves Leterme présente sa philosophie de jeu pour le déplacement périlleux à Zurich. Le Premier a sa compo : Reynders à la caisse, Demotte en marquage culotté et Antoine pour le coaching verbal. Les deux Premiers partagent le brassard, Hiddink et Leekens le tableau noir. Sur la pelouse les anciens pullulent : Pfaff fera son Mexicain en cage, Cruijff lancera Gullit, et si la hanche à Popol flanche De Bilde fera le backup. Leterme a déjà écrit la trame : " On n'est pas favori, mais on peut surprendre tout à la fin comme Bolat contre AZ ou Ruiz en cas de péno. " Nos chances ? Ariel y croit sûrement beaucoup. Beaucoup. Beaucoup. Flament, le chat noir. Il avait remis le duel Eupen-Malines, l'arbitre Flament récidive avec Courtrai-Lokeren : le terrain est un marais. La firme ayant refusé l'épandage, la menace du forfait plane déjà : Van Haezebrouck accuse la Ville, l'échevin plaide la force incompressible des éléments et propose au grand Hein le job de démiurge. Et à Lokeren, on glisse que six Courtraisiens étaient justement sur le flanc... Il est mort, le leader. Toujours se méfier de ses amis : pour Frankie, le félon s'appelle Francky. Genk perd contre Gand, Dury scalpe son cher Vercauteren avec Arbeitman en roi du taf (1-2). Pour enfin battre un ténor, rien de plus simple : enfiler ses habits. Les Buffalos avaient oublié leurs plumes et ont gagné avec le maillot orange du Racing. Ravi, le sponsor. Y a des périodes comme ça. Didier Frenay propose à Abbas Bayat de s'occuper, ben tiens !, du mercato zébré. Le président décline. Moins drôle : les enquêteurs carolos ont noté que sur 200 millions de francs (5 millions d'euros) empruntés jadis par la Ville au profit du Sporting, cinq millions (125.000 euros) prévus pour l'Olympic se sont évaporés... Le prix de quelques joueurs médiocres ? La tête à l'endroit. Après les semaines laissées au copain Frankie, Coach Ariel reprend le pouvoir : Anderlecht passe en tête malgré un clafoutis carolo (4-1). Losada et Kaya tressent le but visiteur de fil mauve, et le Sporting local doit attendre l'extermination de la race zèbrée (expulsions de Fabris et Ederson) et le passage des substituts pour décoller : avec Legear et Kabananga, le bonheur du Parc est dans le banc. Surtout pour le bon Wasyl : fin de la galère, le plafonneur des tibias est de retour. Wé- wé. Les fesses bleues, les snotneus de Sclessin ( copyright Sergio) refilent la branlée au Lierse : le Standard tape l'hospice du bon Van Meir, qui doit regretter sa volte-face du dimanche d'avant (7-0). Cyriac place les trois traits du cavalier noir, Witsel en plante deux, comme un hommage à son pote polonais. Le tapis était bien rouge : Pieroni (un pion) et Blazic (un péno stoppé), tout sauf ingrats, dédicacent Spéciale Coach Dom. Au même moment, Bailly glisse son souhait de quitter Gladbach : " Pourquoi ne pas venir à Sclessin ? " Et les gants de Van Hout et Blazic de rebattre l'air vide. Rayon dédicace, fiston Francesco déguste les sifflets pour son entrée : ce public-là mérite des mottes. A chacun son nul. Du foot et du tricot : à Westerlo, Eupen fait circuler mais oublie de percuter (1-1). C'est le soir d'ex : Vandenbergh place dans son jardin, Farssi offre un hors-jeu farci pour tondre le Panda. Comme d'hab, Werner (un péno) a mis ses mains partout et Lepiller tâté du poteau. Dommage que les assistants avaient mis leur drapeau à l'envers. Cercle et GB Anvers rentrent le score idéal (1-1) : Peeters et De Boeck sauvent la face, Haroun offre aux Rats un premier but en six matches, Boi remet déjà ses v£ux à son meilleur ennemi Glen. Le compte est (pas) bon. Le foot reste un truc à part. Malgré sa saison de feu, Genk rentre trois millions de pertes pour 2010, alors qu'au Club Bruges ça rigole plus à la comptabilité que sur la pelouse : 1,6 million de bénef et... 13 millions qui dorment dans les coffres. " On a de la marge pour investir ", lâche le directeur financier. L'agent de Van Damme remercie, la valeur de son Wolve repart à la hausse. Jelle pourra toujours investir en Pampers : après son Leo Cruz, il est papa d'une petite Cleo. De là-haut, Papy Lei décide toujours des prénoms. Père circulaire. Le Cercle a son Bob... et son Papa : les Verts et Noir signent Papa Sene, ex-sans papiers accueilli à Menin et devenu buteur de Coxyde (D3). Ça fait deux gifles pour le Club Bruges : chaque été, les Gazelles renflouent le commerce local avec leur stage à Coxyde, et c'est leur ex-icône Staelens, désormais scout circulaire, qui a fait le transfert. Parfois ça sert d'habiter Menin. Black power. Résurgence de l'apartheid à Westerlo : De Petter est opéré de l'orbite car à l'entraînement, ce bon Flamand s'est pris son Bafana de collègue Van Heerden dans le faciès. En six semaines à la maison, Steven aura bien le temps de relire les Mémoires du Révérend Tutu. Même avec un £il. Dans le coin. On se recase : Mark De Man, ex-fils caché de Vercauteren mais moins seyant auprès de De Boeck, file à Los Angeles. Au programme, un test chez les Vancouver Whitecaps, où Bruce Grobbelaar s'était révélé avant Liverpool. Cédric Roussel signe à Hoek (D3 hollandaise), le club Google où Van Haezebrouck avait déniché son Istvan Bakx. Ils ont toujours le wi-fi à Hoek ? RIP Adrie. A Bruges, rien de nouveau : le Club domine, gaspille... et se crashe donc à Saint-Trond (2-1). Sidibe part en balade, Dirar marque pour son pote Adrie donc... pour rien puisque Mennes sort le coup franc parfait. Mieux, en tout cas, que Van der Heyden, lauréat de l'exclusion stupide. Koster rentre sa septième défaite mais à la sortie, le duo Jonckheere-Devroe vient répéter que, non vraiment, tout va très, très bien. Pardonnez- nous, mon Père. Mgr Léonard a bien ri, mais c'est bien le seul : Malines et Zulte appliquent la privation et le dénuement, Benteke le péché de maladresse. En l'honneur du primat, la double calotte était de mise (0-0).n AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT