Il y a exactement un an, le 10 octobre 2017, c'était l'incrédulité totale aux USA. L'équipe nationale avait été battue 2-1 par Trinité et Tobago. Oui, un état nain de 1,3 million d'habitants. Du coup, les Yanks n'étaient que cinquièmes de leur poule de qualification pour le Mondial, derrière le Mexique, le Costa Rica, le Panama et le Honduras.
...

Il y a exactement un an, le 10 octobre 2017, c'était l'incrédulité totale aux USA. L'équipe nationale avait été battue 2-1 par Trinité et Tobago. Oui, un état nain de 1,3 million d'habitants. Du coup, les Yanks n'étaient que cinquièmes de leur poule de qualification pour le Mondial, derrière le Mexique, le Costa Rica, le Panama et le Honduras. La quatrième place donnait accès à un match de barrage contre l'Australie mais les USA l'ont donc loupée et avec elle le Mondial, pour la première fois depuis 1986. Dans la foulée, le gardien Tim Howard (39 ans) et Clint Dempsey (35) ont pris congé de l'équipe nationale. Bruce Arena, qui avait remplacé Jürgen Klinsmann en cours de campagne, avait démissionné trois jours plus tard. Un an plus tard, il n'y a toujours pas de nouveau sélectionneur. Dave Sarachan, l'ancien adjoint de Bruce Arena, assure toujours l'intérim. Il va donc diriger les matches amicaux des States contre la Colombie vendredi et le Pérou mercredi. Carlos Cordeiro, qui a succédé en février à Sunil Gulati à la présidence de la fédération, n'est pas pressé. " Nous n'avons pas de date-butoir. Nous ne voulons pas embaucher un entraîneur pour quatre mois mais pour quatre ans. " Ernie Stewart est chargé de dénicher la perle rare. L'ancien médian du VVV, de Willem II et du NAC, âgé de 49 ans, a été bombardé general manager de la fédération le 1er août. La fonction n'existait pas auparavant. Il espère avoir trouver un sélectionneur d'ici la fin de l'année. Le problème du football US ne se situe pas uniquement au sommet de la pyramide, en équipe nationale : c'est surtout la base qui coince. Plusieurs journaux ont remué le couteau dans la plaie. C'est le Los Angeles Times qui est allé le plus loin en titrant : " Here's how screwed up the state of US Soccer is right now ". Les chiffres sont alarmants : ces trois dernières années, le pourcentage des six à douze ans s'adonnant régulièrement au football a chuté de 14 %, soit 600.000 enfants en moins. Le football perd beaucoup plus d'adeptes que les autres sports. Le base-ball et le basket ont même gagné en popularité. Le coût du football constitue le principal obstacle aux Etats-Unis. La plupart des familles ne peuvent tout simplement pas s'offrir une affiliation. La gardienne Hope Solo, âgée de 37 ans, a tiré la sonnette d'alarme : " Si j'étais une jeune fille maintenant, ma famille ne pourrait pas se permettre de me laisser jouer au football. Les frais écartent beaucoup de communautés : les Latinos, les Noirs, les habitants des campagnes et les communautés sous-représentées. A l'heure actuelle, le football est le sport des riches enfants blancs. " Carlos Cordeiro veut rendre le football plus accessible mais le chemin est encore long...