Dimanche dernier, au coup de sifflet final du match contre Virton, le FC Liège ne savait toujours pas où il disputerait sa prochaine rencontre de championnat " à domicile ", programmée pour le 12 octobre face à Oud Heverlee. Le problème du RFCL est double : d'une part, il attend la construction d'un stade à Alleur mais celui-ci ne sera pas prêt avant 2010 au mieux. En attendant, il doit trouver refuge ailleurs puisque le terrain sur lequel il évoluait en Promotion et en D3, à Ans, a été décrété non conforme p...

Dimanche dernier, au coup de sifflet final du match contre Virton, le FC Liège ne savait toujours pas où il disputerait sa prochaine rencontre de championnat " à domicile ", programmée pour le 12 octobre face à Oud Heverlee. Le problème du RFCL est double : d'une part, il attend la construction d'un stade à Alleur mais celui-ci ne sera pas prêt avant 2010 au mieux. En attendant, il doit trouver refuge ailleurs puisque le terrain sur lequel il évoluait en Promotion et en D3, à Ans, a été décrété non conforme par la cellule football du ministère de l'Intérieur. Dans un premier temps, la commune d'Ans avait proposé que Liège joue à Buraufosse, l'ancien terrain de Tilleur, sur la commune de Saint-Nicolas. Mais des travaux de rénovation s'imposaient et ceux-ci ne seront pas réalisés avant avril 2009. De plus, Liège devrait supporter 25 % de la facture évaluée à 850.000 euros, ce qui est cher pour un stade provisoire. Liège a disputé ses premiers matches de D2 à Verviers mais le public ne suit pas. Le budget avait été calculé sur 4.000 supporters de moyenne mais ils ne sont pas plus de 1.500. De plus, la buvette, une des ressources principales du club, fonctionne beaucoup moins bien. Enfin, il est difficile d'attirer des sponsors quand on n'a rien à leur proposer en termes d'infrastructures. Le budget du club est donc mis en péril. Et de toute façon, le stade de Verviers ne dispose pas des caméras de surveillance obligatoires depuis le 1er octobre. Le RFCL s'est donc mis à la recherche d'un nouvel abri mais les solutions s'amenuisent ou s'avèrent très coûteuses, comme à Saint-Trond ou Eupen. Seraing, où un club de D3 et un de Promotion cohabitent déjà difficilement au Pairay, serait d'accord de dépanner mais jusqu'à la fin de l'année seulement. A partir de janvier, Liège pourrait trouver refuge à Tongres,... à condition de fournir des tribunes tubulaires. Le deuxième volet du problème concerne la construction du stade d'Alleur. Pour lancer le projet, la commune d'Ans attend que les administrateurs du club fournissent une garantie bancaire de 1,25 million, soit la partie non financée par la Région wallonne. Garantie que, jusqu'à présent, personne n'a voulu fournir. Un vide qui pourrait provoquer la convocation d'une AG extraordinaire et des changements à la tête du club. Selon certaines sources, cette solution recevrait le soutien des autorités communales qui ne veulent pas être accusées d'ingérence dans les affaires du club mais qui, selon des sources de plus en plus nombreuses, souhaitent le départ du président actuel, Jules Dethier. PATRICE SINTZEN