Depuis la reprise du club par l'avocat liégeois, Jean-Paul Lacomble, en 2011, le RFC Liège soigne sa reconstruction. Sous les ordres de son nouveau président, les Sang et Marine ont retrouvé leur fief historique de Rocourt en 2015. Cette année-là, ils soulèvent la Promotion, le quatrième échelon de l'époque. La refondation de la pyramide du football belge a ensuite redistribué les cartes...

Depuis la reprise du club par l'avocat liégeois, Jean-Paul Lacomble, en 2011, le RFC Liège soigne sa reconstruction. Sous les ordres de son nouveau président, les Sang et Marine ont retrouvé leur fief historique de Rocourt en 2015. Cette année-là, ils soulèvent la Promotion, le quatrième échelon de l'époque. La refondation de la pyramide du football belge a ensuite redistribué les cartes. " À l'heure actuelle, c'est très dur de se sortir de là ", souffle GaëtanEnglebert, le directeur sportif maison. L'ancien Diable garde en mémoire ce tour final manqué, en 2016. Les Liégeois loupent le coche et ainsi, le train qui file vers la toute neuve D1 amateurs. Il y a un an, ils se tirent encore une balle dans le pied. Malgré un avantage glané à l'aller chez les oignons d'Alost, ils galvaudent leur chance de grimper, enfin, vers cet étage supérieur qui les nargue. Cette saison, le tour final devrait à nouveau être leur dernier recours pour ne pas vivre une troisième désillusion de rang. " On reste dans les temps ", tempère Englebert. " Ce qui frappe surtout, c'est l'impatience des supporters, de l'entourage du club et même de notre part. Il faut que Liège retrouve le niveau qu'il mérite. " Le discours montre tout de même que l'horloge commence à se faire insistante du côté de la Cité Ardente. Avec un budget qui avoisine les 1,5 million d'euros, construit sur fonds propres, le RFCL se doit de quitter le gouffre que représente la D2 amateurs. Début février, le board du matricule 4 annonce la probable sortie de terre de sa nouvelle enceinte - la Franki Arena - pour le créneau 2019/2020 et une capacité de 8.000 personnes, extensible à 11.000. Soit juste ce qu'il faut pour entrer dans les normes du monde pro. Encore faut-il y proposer des rencontres d'un niveau équivalent. Englebert : " Le projet de stade ne bougera pas, quoi qu'il arrive. On veut monter, mais le mieux, c'est quand même d'atteindre cet objectif dès le mois de mai. "