Avant, lorsque le répondeur de son GSM se mettait en route, on entendait le speaker de l'Allianz Arena qui exhortait les supporters à fêter un but du Bayern Munich ! Le 19 mai, GuillaumeGillet sera encore davantage derrière le club bavarois que durant sa jeunesse, puisqu'une victoire allemande face à Chelsea assurerait à Anderlecht une place dans les poules de la Ligue des Champions.

Quand il débarquait à Gand, en provenance de l'AS Eupen, il découvrait la D1 à 22 ans. Jusque-là, il avait privilégié ses études en éducation physique. Au stade Otten, il est subitement devenu arrière droit. " Coach, vous vous êtes trompé, ce n'est pas là que je joue ", lança-t-il à GeorgesLeekens en découvrant le tableau lors de sa première titularisation. Mais LongCouteau, qui n'en était pas à son coup d'essai puisqu'il avait déjà transformé les attaquants GordanVidovic et SandyMartens en défenseurs avant de refaire le même coup avec BrechtCapon à Courtrai, ne s'était pas trompé. Gillet, qui a horreur du banc, a été contraint d'accepter et sera longtemps jugé comme un back par tous les suiveurs de la D1 qui ne s'intéressaient pas forcément aux divisions inférieures et ne l'avaient jamais vu jouer ailleurs.

Or, son truc à lui, c'est marquer. Il a le sens du but et sent où le ballon va tomber. Le chiffre 16 lui a longtemps trotté en tête cette saison, parce qu'il rêvait d'égaler (ou mieux, de dépasser) le nombre de buts inscrits avec Eupen en 2005-2006. Mais cette reconversion comme arrière droit, en plus d'étoffer son registre, n'a pas eu que des effets négatifs, puisque c'est en tant que tel qu'il est devenu Diable Rouge et qu'Anderlecht l'a transféré.

Anderlecht, l'autre club de son c£ur. Car, quand on est Sang et Marine à l'origine, on est plutôt Mauve que Rouche. Guillaume apparaît même en couverture du livre dédié au 120e anniversaire du matricule 4, dont il assume le parrainage. Il rêve d'ailleurs d'y terminer sa carrière. Mais pas tout de suite. Il vient de signer à Anderlecht jusqu'en 2016 et il ne lui déplairait pas d'y passer dix ans. Les méchantes langues prétendent qu'il ne peut pas viser plus haut. En attendant, il est l'un des joueurs au plus gros temps de jeu et le meilleur buteur du club.

DANIEL DEVOS

Avant, lorsque le répondeur de son GSM se mettait en route, on entendait le speaker de l'Allianz Arena qui exhortait les supporters à fêter un but du Bayern Munich ! Le 19 mai, GuillaumeGillet sera encore davantage derrière le club bavarois que durant sa jeunesse, puisqu'une victoire allemande face à Chelsea assurerait à Anderlecht une place dans les poules de la Ligue des Champions. Quand il débarquait à Gand, en provenance de l'AS Eupen, il découvrait la D1 à 22 ans. Jusque-là, il avait privilégié ses études en éducation physique. Au stade Otten, il est subitement devenu arrière droit. " Coach, vous vous êtes trompé, ce n'est pas là que je joue ", lança-t-il à GeorgesLeekens en découvrant le tableau lors de sa première titularisation. Mais LongCouteau, qui n'en était pas à son coup d'essai puisqu'il avait déjà transformé les attaquants GordanVidovic et SandyMartens en défenseurs avant de refaire le même coup avec BrechtCapon à Courtrai, ne s'était pas trompé. Gillet, qui a horreur du banc, a été contraint d'accepter et sera longtemps jugé comme un back par tous les suiveurs de la D1 qui ne s'intéressaient pas forcément aux divisions inférieures et ne l'avaient jamais vu jouer ailleurs. Or, son truc à lui, c'est marquer. Il a le sens du but et sent où le ballon va tomber. Le chiffre 16 lui a longtemps trotté en tête cette saison, parce qu'il rêvait d'égaler (ou mieux, de dépasser) le nombre de buts inscrits avec Eupen en 2005-2006. Mais cette reconversion comme arrière droit, en plus d'étoffer son registre, n'a pas eu que des effets négatifs, puisque c'est en tant que tel qu'il est devenu Diable Rouge et qu'Anderlecht l'a transféré. Anderlecht, l'autre club de son c£ur. Car, quand on est Sang et Marine à l'origine, on est plutôt Mauve que Rouche. Guillaume apparaît même en couverture du livre dédié au 120e anniversaire du matricule 4, dont il assume le parrainage. Il rêve d'ailleurs d'y terminer sa carrière. Mais pas tout de suite. Il vient de signer à Anderlecht jusqu'en 2016 et il ne lui déplairait pas d'y passer dix ans. Les méchantes langues prétendent qu'il ne peut pas viser plus haut. En attendant, il est l'un des joueurs au plus gros temps de jeu et le meilleur buteur du club. DANIEL DEVOS