Comme promis, le génial Ian Holloway revient en troisième semaine. Mais croyez-le si vous voulez, Ian m'a contacté : " Arrête Fred please ! Je ne mérite pas de passer toute les semaines dans la bible du foot belge. Je ne mérite pas tant d'honneur ! "
...

Comme promis, le génial Ian Holloway revient en troisième semaine. Mais croyez-le si vous voulez, Ian m'a contacté : " Arrête Fred please ! Je ne mérite pas de passer toute les semaines dans la bible du foot belge. Je ne mérite pas tant d'honneur ! " On s'est vus et j'ai été obligé de lui dire en face ce qu'on pense de lui : " Mais Ian ton honneur fait notre bonheur. Tu as redonné la foi à des millions de Belges. Ils croient à nouveau que le foot peut mettre en avant des vrais hommes. Des hommes qui placent les sentiments avant le rendement. Non, Ian t'es pas tout seul. Belgium loves you. In french et in dutch. " Voilà ! Ian a pleuré 48 minutes dans mes bras, il voulait plus me lâcher. Soit ! Il vous embrasse. Faut dire qu'Holloway, la fleur de peau il l'a style orchidée. Style sensible. Avant, c'était peau de crocodile. Un cuir tanné à se damner. A en rester crétin à vie, à en rester perméable à la vraie vie. Et puis, en 2004, la BBC lui propose de participer à un documentaire sur les gens stressés. La révélation. Quand il voit l'émission qui l'a suivi dans son quotidien pendant plusieurs jours, il a honte : " J'ai vu un sale con. Un sale égoïste qui ne pense qu'à lui et à son p... de foot. Toute ma famille en souffrait sans oser me le dire. Je me prenais pour un mec bon, respectable. " Les experts lui expliquent qu'à force de ramener tout son stress de coach à la maison, il allait détruire tout son entourage. " Sans ces spécialistes, je ne serais pas là devant vous. " Mais il y est et il crève l'écran mais pas seulement. Il donne la leçon. On peut faire du très bon avec du très peu. Il est tellement bon que beaucoup de journalistes se rendent aux matches de Blackpool plus pour la conférence d'après match que pour le match. On les comprend ! Petit aperçu des petits bonheurs signés Holloway : - " David Beckham anobli ? Vous voulez rire. C'est juste un bon footballeur avec une sacrée biche. Vous imaginez qu'on puisse appeler sa femme Lady Beckham ? Un peu de sérieux svp. " -" En première mi-temps, on a été comme des poules sans tête. En deuxième on a joué comme le Real Madrid et à la fin du match, j'étais comme un Jack Russell très énervé. J'ai aboyé pendant 30 minutes. "-A propos de son plus vieux joueur : " Paul est un peu ma vieille Rolls Royce. Elle est payée et ne me coûte plus rien. Je la bichonne, j'en prends bien soin. Surtout de la mécanique parce que je la sors tous les jours. Pas que pour les mariages. " -" Pas de nouvelles blessures à signaler, Ian ?" " Non, non, tout va bien, je suis en pleine forme. "-" You'll never walk alone était la chanson préférée de mon père alors quand le Kop de Liverpool l'a chantée avant le match, je l'ai chantée avec eux. Ça m'a fait un bien fou. C'était génial. Comme si mon père était revenu. " -" Jouer la coupe du Monde 2022 en hiver ? My God, ils deviennent fous. C'est comme si j'allais trouver mes dindes la veille de Noël et que je leur dise : - Salut les filles vous avez de la chance, la FIFA vient de décider que cette année Noël se fêtera en été. " Délicieux non ? Pas étonnant que deux livres aient été déjà écrits sur le phénomène. Dont une biographie cosignée par lui et déjà rééditée en 2009... Trop de demande. En 2005 déjà, un recueil de ses bons mots fut publié. Il s'était classé dans le top 15 des livres les plus drôles de l'année. JOURNALISTE BE/TVPAR FRÉDÉRIC WASEIGEHolloway (3e en partant de la droite) et ses joueurs pour un calendrier caritatif !" Le football n'est pas un simple jeu. C'est une arme de la révolution. " Che Guevara