Il n'a jamais fallu me convaincre des qualités d'entraîneur de Michel Preud'homme. Mais pour ce qui est de certaines de ses analyses d'après-match, je suis beaucoup moins fan... Avant, pendant et après le match à Gand, il s'est trompé. C'était un choc très tactique, il l'a perdu, c'est Hein Vanhaezebrouck qui l'a gagné. Preud'homme n'a pas trouvé la solution pour contrer le trio d'attaquants de La Gantoise, le coach adverse l'a bluffé. Il est à côté de la plaque quand il justifie la défaite par la fatigue du match européen en semaine. OK, Bruges avait joué en déplacement le jeudi mais c'était à Aalborg, hein ! A côté de ça, Anderlecht avait évolué à domicile mais c'était con...

Il n'a jamais fallu me convaincre des qualités d'entraîneur de Michel Preud'homme. Mais pour ce qui est de certaines de ses analyses d'après-match, je suis beaucoup moins fan... Avant, pendant et après le match à Gand, il s'est trompé. C'était un choc très tactique, il l'a perdu, c'est Hein Vanhaezebrouck qui l'a gagné. Preud'homme n'a pas trouvé la solution pour contrer le trio d'attaquants de La Gantoise, le coach adverse l'a bluffé. Il est à côté de la plaque quand il justifie la défaite par la fatigue du match européen en semaine. OK, Bruges avait joué en déplacement le jeudi mais c'était à Aalborg, hein ! A côté de ça, Anderlecht avait évolué à domicile mais c'était contre le Dinamo Moscou, on ne parle pas de la même chose. Et on a vu des Mauves encore frais à Genk alors que c'était pratiquement le même onze de base dans les deux matches. Dans ses interviews, Preud'homme a aussi oublié de signaler que son équipe aurait dû recevoir trois cartes rouges ! Désolé, mais Simons, Bolingoli et Vormer n'auraient pas dû finir le match. Quand on parle et quand on se fâche, il faut tout dire ! Reconnaître aussi, par exemple, qu'il y avait une plus grande envie dans le camp d'en face. Anderlecht est en jambes au meilleur moment. Pas le choix parce qu'il n'a plus que des gros matches d'ici la fin de la saison. Il y a maintenant le retour à Moscou. Ses trois dernières rencontres en phase classique seront sérieuses avec Courtrai, Lokeren et Gand. Ils joueront la finale de la Coupe contre Bruges. Et les dix matches de play-offs. Anderlecht n'a plus un seul petit rendez-vous avant l'été ! Et pour le moment, j'ai l'impression que plus l'adversaire est bon, plus les Mauves sont dans le coup. La clé est dans l'entrejeu et elle ouvre toutes les portes. Le trio Steven Defour - Leander Dendoncker - Youri Tielemans a vraiment trouvé ses marques. Et Aleksandar Mitrovic est redevenu Aleksandar Mitrovic. Il y a aussi l'affirmation de Rolando. Il disait qu'il n'était pas tout à fait prêt mais il vient d'enchaîner presque trois matches complets en une semaine et ça se passe bien. Anderlecht a de nouveau sorti Genk du Top 6, pourtant je crois que cette équipe va jouer les play-offs 1. Elle va maintenant affronter le Lierse et Zulte Waregem avant de finir au Standard. Cela me semble plus abordable que le programme de Charleroi qui a Lokeren, Bruges et Mouscron. A Genk, ça ne joue pas mal, il manque juste quelqu'un devant pour mettre les occasions au fond. Quelque chose me dit que la patte de lapin d'AlexMcLeish fera la différence ! Elle l'a déjà bien servi depuis qu'il est arrivé chez nous. Maintenant, je ne dis pas qu'une qualification pour les PO1 serait tout à fait méritée par rapport à Charleroi et Lokeren. L'équipe de Peter Maes risque de payer très cher son gros creux aux environs du Nouvel An, et à Charleroi, je crains qu'on parle longtemps de deux rendez-vous cruciaux qui ont été mal négociés, à domicile contre le Cercle et Gand. Charleroi aurait dû prendre six points, il n'en a eu qu'un seul et ça se paie cher. Ce sera malheureux s'ils ne se qualifient pas parce que sur l'ensemble de la phase classique, ils méritent plus la qualification que Genk et Lokeren. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYEMoscou, Courtrai, Lokeren, Gand, finale de Coupe, play-offs : Anderlecht n'a plus un seul petit rendez-vous avant l'été. Mais plus l'adversaire est bon, plus il est dans le coup.