Il y a des affiches qui peuvent surprendre. Quand Lyon et Paris sont tombés en quarts, un duel entre Monaco et Bordeaux aurait encore pu attirer les curieux. Mais après avoir battu les deux plus grosses armadas du championnat, Strasbourg et Guingamp se sont également payé le scalp des outsiders pour se retrouver sur la pelouse du stade Pierre Mauroy, à Lille.

L'enceinte du Nord sera d'ailleurs remplie pour assister à ce choc entre deux formations pourtant anonymes au sein d'une Ligue 1 vampirisée par le PSG et, dans une moindre mesure, par les deux Olympique.

Du côté des Alsaciens, toujours soutenus par une impressionnante ferveur populaire, on comptera notamment sur les parades de Matz Sels, l'une des révélations de la saison française. Le Diable rouge, notamment protégé par Stefan Mitrovic, voit sa défense complétée sur le côté droit par Kenny Lala, qui figure parmi les sensations de l'année dans l'Hexagone. Sans véritable star aux avant-postes, c'est surtout derrière que les Strasbourgeois font fureur.

Chez les Bretons, où Lucas Deaux (ex-Gand) et Ronny Rodelin (passé par Mouscron) font figure de noms connus de notre côté de la frontière, le nom qui circule sur toutes les lèvres est celui de Marcus Thuram. Fils du champion du monde et ancien défenseur du Barça et de la Juve Lilian, le gamin de 21 ans s'est déjà forgé une solide réputation au stade du Roudourou, avec onze buts marqués toutes compétitions confondues.

Buteur sur penalty lors de la qualification héroïque des hommes de Jocelyn Gourvennec en quarts de finale face à l'ogre parisien, quintuple tenant du titre, Thuram avait pourtant vu sa première tentative depuis les onze mètres repoussée par Alphonse Areola trente minutes plus tôt.

Son audace et son sang-froid pour arracher la qualification dans les arrêts de jeu ont inévitablement attiré les projecteurs sur lui. Son dernier défi sera désormais de prendre la mesure d'un Sels irréprochable dans les grands rendez-vous cette saison.

Il y a des affiches qui peuvent surprendre. Quand Lyon et Paris sont tombés en quarts, un duel entre Monaco et Bordeaux aurait encore pu attirer les curieux. Mais après avoir battu les deux plus grosses armadas du championnat, Strasbourg et Guingamp se sont également payé le scalp des outsiders pour se retrouver sur la pelouse du stade Pierre Mauroy, à Lille. L'enceinte du Nord sera d'ailleurs remplie pour assister à ce choc entre deux formations pourtant anonymes au sein d'une Ligue 1 vampirisée par le PSG et, dans une moindre mesure, par les deux Olympique. Du côté des Alsaciens, toujours soutenus par une impressionnante ferveur populaire, on comptera notamment sur les parades de Matz Sels, l'une des révélations de la saison française. Le Diable rouge, notamment protégé par Stefan Mitrovic, voit sa défense complétée sur le côté droit par Kenny Lala, qui figure parmi les sensations de l'année dans l'Hexagone. Sans véritable star aux avant-postes, c'est surtout derrière que les Strasbourgeois font fureur. Chez les Bretons, où Lucas Deaux (ex-Gand) et Ronny Rodelin (passé par Mouscron) font figure de noms connus de notre côté de la frontière, le nom qui circule sur toutes les lèvres est celui de Marcus Thuram. Fils du champion du monde et ancien défenseur du Barça et de la Juve Lilian, le gamin de 21 ans s'est déjà forgé une solide réputation au stade du Roudourou, avec onze buts marqués toutes compétitions confondues. Buteur sur penalty lors de la qualification héroïque des hommes de Jocelyn Gourvennec en quarts de finale face à l'ogre parisien, quintuple tenant du titre, Thuram avait pourtant vu sa première tentative depuis les onze mètres repoussée par Alphonse Areola trente minutes plus tôt. Son audace et son sang-froid pour arracher la qualification dans les arrêts de jeu ont inévitablement attiré les projecteurs sur lui. Son dernier défi sera désormais de prendre la mesure d'un Sels irréprochable dans les grands rendez-vous cette saison.