La désolation se lisait dans le regard de tous les Carolos samedi passé. Ce ne fut pas un bon match, loin de là, mais, comme le rappelait Grégory Dufer, son club a mené à la marque pour la septième fois cette saison. Et, comme d'habitude, les Zèbres ont laissé filer leur première victoire.
...

La désolation se lisait dans le regard de tous les Carolos samedi passé. Ce ne fut pas un bon match, loin de là, mais, comme le rappelait Grégory Dufer, son club a mené à la marque pour la septième fois cette saison. Et, comme d'habitude, les Zèbres ont laissé filer leur première victoire. Cette fois, c'est Istvan Dudas, le meilleur de la bande depuis le début de la saison, qui a signé "l'erreur qui tue" sur l'égalisation de Ricardo Magro. A sa décharge, on signalera que son collègue, Silvio Proto, aurait pu attraper une mauvaise bronchite. Le gardien louviérois n'a pas eu grand-chose à faire pour se réchauffer par un temps sibérien au Mambourg. C'était trop maigre dans le chef d'une équipe jouant à domicile et qui lutte pour sa survie en D1. Il ne fallait pas un microscope pour détecter le virus qui mine le groupe cher à Dante Brogno: Charleroi n'a pas de ligne médiane. Personne, dans ce secteur, n'a assez de personnalité pour contrôler les événements, ou de talent pour imprimer un cachet au jeu. Dante Brogno et Ariel Jacobs étaient d'accord pour souligner le manque de maîtrise technique des médians. Mais si les attaques des deux camps ne reçurent guère de bons ballons, ce fut surtout criarde dans le camp carolo. Critiqué pour certaines options, Dante est pourtant le premier à mesurer cette indigence. Durant la semaine qui précéda la visite des Loups au stade Zoé Drion, il travailla beaucoup le mental de ses troupes et un plan tactique. Herreman va partirTrès présent, expliquant tout d'une voix ferme, il lança à plus d'une reprise: "Exprimez-vous sur les ailes. La Louvière massera dix joueurs devant son rectangle. Leur bloc défensif sautera si Charleroi signe de bons débordements. Il faut placer des centres dans le dos de leurs arrières". En défense, le jeune Stéphane Ghislain, 18 ans, était déjà une de ses certitudes. Dans six mois, il aura terminé ses humanités et pourra se consacrer entièrement au football. Bon dans le marquage sur l'homme, le jeunot permet à son coach d'aligner Frank Defays au back droit afin de résoudre le problème dû à la suspension de Gauthier Remacle. Ghislain, c'est la petite éclaircie des nuits de décembre. A gauche, lecoach zébré savait que le choix était plus délicat. TonyHerreman était malade et, à son âge, les débauches d'efforts se payent cash. Le bon Tony aurait une offre intéressante d'un club de D2 de sa région avec un emploi à la clef. Charleroi ne s'opposera pas à son départ si cela se concrétise et réalisera ainsi des économies à placer sur le marché des transferts. A gauche, Brogno hésita entre Oben ErnestEtchi et KanforySylla avant d'opter pour ce dernier. Un problème qui résume tout: pour le moment, Charleroi n'a pas un groupe de D1. Beaucoup de joueurs sont trop limités. Certains peuvent engager de grosses dépenses physiques mais techniquement, c'est pauvre. Il est désormais évident qu' AbbasBayat va délier les cordons de la bourse. Les Carolos sondent le marché français mais suivent aussi des pistes en Belgique. Les agents tournent autour du club. A Gistel, après le match de Coupe de Belgique, Fernando Goyvaerts tenait absolument à rencontrer Abbas Bayat. Samedi passé, d'autres managers veillaient au grain, dont Zoran Jevtic, le bras droit de Ranko Stojic Il avait certainement des solutions dans sa serviette, à moins que ce n'était une facture de Darko Pivaljevic qui réclame un petit oubli, comme tant d'autres, dit-on. Brogno avait d'autres soucis en tête. Sa ligne médiane est famélique. Dante opta dès le milieu de la semaine pour le quatre suivant: Kolotilko-Dufer- Kere- Yazdani. Un choix qui se révéla finalement catastrophique. A part Dufer, les trois autres sont passés par la fenêtre. Après 36 minutes de jeu, le coach fit sauter le Russe au profit d' Aluspah Brewah. Ne fallait-il pas être plus patient avec le pauvre Sacha, qui n'est quand même pas un flanc droit? "Je veux des joueurs qui se mouillent le maillot comme si c'était une finale de Coupe d'Europe: Kolo ne l'a pas fait", précisa Dante Brogno. "Je voulais une équipe offensive. Si j'ai décalé Alexandre à droite, c'est parce que j'avais assez d'attaquants dans l'axe: Eduardo, Lisasi Boeka et Dufer. Kolotilko n'a pas compris qu'il pouvait de distinguer à droite". Trois renforts? C'est noté mais n'aurait-il pas été plus intéressant de placer Dufer à droite (sa place préférée) et d'introduire tout de suite Adrian Aliaj aux côtés de Kere? La défense, ça va, l'attaque a des arguments mais le centre du terrain, c'est le désert de Gobi. Il n'y a pas une goutte d'eau pour étancher une soif mortelle et ce n'est pas Yazdani qui trouvera une oasis. Le championnat file comme le sable fin entre les doigts. Etienne Delangre avait laissé sa peau dans cette sécheresse. Même s'il est plus énergique, ce sera aussi le cas de Dante Brogno, piégé par le manque de talent de son groupe. Mais si Delangre n'avait plus assez d'énergie pour dompter le groupe (assez indiscipliné ou mal surveillé dans son travail au quotidien durant des mois) à la fin de son règne, Brogno a remis de l'ordre. Personne n'oserait manger avant ou après le moment prévu pour tout le groupe. Les joueurs blessés sont étroitement encadrés même quand ils se rendent à la piscine. Brogno demandera donc des renforts. Au moins trois. Des médians Des patrons. Des gueulards. Des personnalités. Des gars qui ont du poil au menton. Après la récente arrivée de Bertrand Laquait, le gardien de Nancy qui a signé pour six mois on lui a aussi proposé Dejan Mitrovic, Zoran Ban, Marco Casto, etc. Il étudie tout et suit d'autres pistes. S'il pouvait choisir tout de suite un joueur, son choix se porterait sur Harald Meyssen. Un nom qui symbolise ce dont il a besoin: organisation, distribution, calme et frappe à distance. Gand courtise aussi le Standardman qui sera libre et gratuit en fin de saison. Mais les Gantois n'ont plus aucun rôle à jouer cette saison. Et leurs moyens sont limités, au point qu'ils n'auraient pas pu payer le contrat d' Eric Joly la saison prochaine et l'ont cédé pour de bon à Mons. Genk s'est également intéressé à Meyssen qui est originaire du Limbourg. Luciano D'Onofrio acceptera-t-il de le céder alors que son club sort du trou et a placé ses espoirs européens dans la Coupe de Belgique? Une semaine de travail aura finalement été réduite à néant par la bourde du brave Dudas. Pour mériter la dinde de Noël, les Carolos devront d'abord se mettre à table à Beveren, au Standard (huitièmes de finale de la Coupe de Belgique), face à Westerlo au Mambourg. Tous les joueurs veulent un six sur six en championnat. Si ne n'est pas le cas, Dante Brogno les privera-t-il de congés de fin d'année comme Luka Peruzovic le fit autrefois? Pierre BilicGhislain, la petite éclaircie des nuits de décembre